William Henry Conley : un riche homme d'affaires philanthrope chrétien d'Allegheny

Mise en ligne le 18 février 2020.

D'APRÈS les publications modernes de la société Watchtower, Charles Taze Russell aurait dirigé et formé en 1870, avec sa famille et quelques amis de Pittsburgh et d'Allegheny, un petit groupe d'étude de la Bible ; par la suite, ils se firent appeler les étudiants de la Bible.

Né le 16 février 1852 à Allegheny, Charles Taze Russell n'est en réalité en 1870, qu'un gamin d'à peine 18 ans.(+) Dans le magazine de juin 1894, cité dans la première partie de ce sujet, celui-ci alors âgé de 42 ans indiquait que ces réunions avaient lieu à Allegheny, lorsqu'il mentionne monsieur W. H. Conley comme « Un autre frère qui était membre de la première classe biblique d’Allegheny ».

Qui fut vraiment William Henry Conley ? Pourquoi ce personnage a-t-il marqué l'histoire de son époque, au point de se retrouver dans une cyclopædia biographique américaine ? Que peuvent encore révéler ces vieux magazines évangéliques sur ce personnage historique ?

William Henry Conley, un personnage historique

Selon « The national cyclopædia of american biography », William Henry Conley était un fabricant. Né à Pittsburgh en Pennsylvanie, le 11 juin 1840, il était fils de George Washington et de Matilda (Balsley) Conley ; une famille de longue date, dont les membres vivaient généralement au-delà de quatre-vingts ans. Son premier représentant dans ce pays fut Nicholas Conley, un immigrant d'Irlande qui servit dans la guerre révolutionnaire aux côtés des colons.

William Henry Conley a commencé à gagner sa vie à l'âge de douze ans, travaillant dans un moulin à laine à Alleghany, il était orphelin de père, sa mère étant restée veuve. Quelques années plus tard, il fut apprenti chez un oncle dans l'imprimerie, demeurant avec lui pendant dix ans à Blairsville, puis il partit avec son oncle à Plymouth vers 1857, où il rencontra sa femme et y resta jusqu'en 1865, avant de revenir et de s'établir à Pittsburgh.

Entrant dans une maison de commission, il devint plus tard le comptable de James M. Hiter, tôlier et forgeron. En 1873, monsieur James M. Riter décéda et William H. Conley prit une participation de moitié dans l'entreprise avec Thomas B. Hiter ; le nom de l'entreprise fut alors changé et devint « Riter & Conley » ; celui-ci s'occupait alors des travaux financiers et de bureau tandis que monsieur Hiter s'occupait de la partie extérieure et mécanique.

La prospérité fut au rendez-vous dans la nouvelle société ; son usine fut agrandie de temps en temps, jusqu'à devenir la plus étendue du genre au monde, engagée dans la construction et l'équipement d'aciéries, de raffineries de pétrole, de hauts fourneaux et de laminoirs.

En 1884, John W. Seaver (maintenant de Wellman, Seaver, Morgan & Co., de Cleveland) et William C. Coflin (plus tard vice-président de Hiter-Conley Co.), se joignirent à l'entreprise en tant qu'ingénieurs associés. Les liens avec monsieur Conley se sont poursuivis jusqu'à sa mort en 1897 et son nom demeura par la suite dans le titre de l'entreprise. La cyclopædia explique aussi que William H. Conley fut durant plus de vingt ans un administrateur de l'ancienne troisième banque nationale d'Alleghany, maintenant l'Alleghany Trust Co., ce qui a abouti à la formation de nombreuses amitiés solides.

Au cours de sa résidence en Ohio, il était membre de l'Église luthérienne, mais après s'être installé à Pittsburgh, il est allé à l'Église méthodiste. Il était profondément intéressé par les missions et le travail de l'église en général, et avait l'habitude de donner des lectures bibliques qui étaient porteuses de beaucoup de bien. Sa modestie naturelle empêchait le public de connaître les objets et l'étendue de ses dons à la charité, mais ceux-ci étaient vastes et accordés avec une grande impartialité. Monsieur Conley aimait la musique, chantait avec goût et avait beaucoup de talent pour jouer de la flûte et de la guitare.

Marié à Plymouth (Ohio) en 1860, avec Sarah, fille de Josiah Schafer, de vieille souche allemande de Pennsylvanie, il décéda (de la grippe) à Pittsburgh, le 25 juillet 1897.

William Henry Conley, dans le magazine « The christian alliance and missionary weekly »

Comme le résumé précédent l'expliquait, traduit de la cyclopædia biographique de James T. White éditée en 1910, William Henry Conley était également connu pour sa générosité impartiale ; une générosité dont Charles Taze Russell dut certainement bénéficier et il est fort probable, au regard des citations des magazines ci-dessous, que William Henry Conley soit aussi à l'origine, celui qui encouragea généreusement le jeune Charles Taze Russell à créer sa propre société, en devenant lui-même le président et Russell le secrétaire-trésorier, le temps de faire démarrer l'affaire...

Dans l'édition spéciale de son magazine d'avril 1894, citée dans la première partie de ce sujet, C. T. Russell expliquait qu'il fut conseillé en 1884 par ses proches collaborateurs, de constituer la société en incorporation, etc. Tout laisse donc à penser que ce fut en cette période que William H. Conley quitta la société Watchtower ; c'est ce que confirme le magazine « Zion’s watch tower and herald of Christ’s presence » du 1er janvier 1885, puisque son nom disparaît des statuts :

« DIRECTORS C. T. RUSSELL, Pres., M. F. RUSSELL, Sec. and Treas., W. C. McMILLAN, W. I. MANN, Vice Pres., J. B. ADAMSON, J. F. SMITH. » — Magazine : Zion’s watch tower and herald of Christ’s presence, Zion’s watch tower tract society, January 1 1885, page 1 [707] § 2.

Même si ce blog libre ne partage pas l'ensemble des opinions religieuses évangéliques ou toute autre confession, l'auteur tient à remercier très respectueusement le site « cmalliance.org » pour la mise à disposition gratuite de ces documents anciens tombés dans le domaine public. Loin de s'en douter, ces magazines permettent de remonter le temps et de mieux faire connaissance avec ce personnage historique ; mais surtout, de connaître enfin une partie de la vérité sur ce mensonge, orchestré depuis plus d'un siècle par les dirigeants successifs de la société Watchtower.

Ainsi, la première mention de monsieur Conley dans ce magazine figure dans l'édition du 6 décembre 1889. À cette époque, William Henry Conley avait déjà quitté les voies de Russell et était déjà devenu membre local du collège administrateur de cet autre groupe religieux naissant ; en 1890, il fut nommé vice-président, puis président de la filiale de Pittsburgh en 1896. Sa femme fut une chrétienne exemplaire ; quelques années après le décès de son mari, elle fut nommée à son tour vice-présidente du groupe de Pittsburgh et resta fidèle dans son église jusqu'à sa mort survenue en 1908. Voici donc ci-dessous l'ensemble des références, de 1889 à 1916 :

Libéré du piège de l'oiseleur

Comme des oiseaux libérés, le psaume 124:7-8 illustre parfaitement bien la situation de celles et ceux qui dès aujourd'hui ouvrent leurs yeux ; et pour certains, comme l'auteur de ce modeste blog, apprennent désormais à s'en remettre uniquement au Père, confiants dans le nom du Seigneur Jésus-Christ :

« Notre âme s’est échappée, comme un passereau, du filet des chasseurs : le filet a été brisé, et nous avons été délivrés. Notre secours est dans le nom du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre. » — Psaumes 124:7-8, Traduction par L. I. Lemaistre de Saci, édition de 1855.

En matière de foi, est-ce vraiment raisonnable de confier son existence tout entière entre les mains d'un groupe d'hommes, comme ce collège central l'exige, plutôt que d'apprendre sincèrement à s'en remettre uniquement au Père ( Matthieu 6:6 ) ?


report_problem
print

(+) Voir la vidéo « Les Témoins de Jéhovah. La foi en action, 1re partie (15:07 - 16:07 min.) », Charles Russell est présenté à l'âge de 25 ans, alors qu'en réalité en 1869, il a à peine 17 ans.
Brochure : Les témoins de Jéhovah qui sont-ils ?, édition de 2000, page 6 § 1. Livres : Le royaume de Dieu en action !, édition de 2014, page 28 § 3 ; Les témoins de Jéhovah, prédicateurs du royaume de Dieu, édition de 1993, page 42 § 3. [Afficher les citations]
Documents disponibles — Livre : The national cyclopædia of american biography, volume XIV, par James T. White, édition de 1910, pages 72-73. | Magazine : Zion’s watch tower and herald of Christ’s presence du 1 janvier 1885, Zion’s watch tower tract society, page 1 § 2.



Commentaires (0)
Le 12 avril 2021, 18:33
Ajouter votre commentaire...