1879-1884, William Henry Conley : le premier président de la société Watchtower

Mise en ligne le 18 février 2020.

LA SOCIÉTÉ « Zion’s Watch Tower Tract Society » qui devint en 1896 la « Watch Tower Bible and Tract Society » puis en 1955 la « Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania », fut officiellement et étonnamment “fondéeˮ le 16 février 1881 ; soit, un peu plus d'une année et demie après la sortie publique du premier numéro de son magazine, en juillet 1879.

Bien que considéré comme le premier président et son fondateur, Charles Taze Russell occupait à cette époque la fonction de secrétaire-trésorier et rédacteur en chef du magazine. Aussi, jusqu'à l'enregistrement prétendu “légalˮ de l'organisation le 15 décembre 1884, durant plus de cinq années, le premier président de la société Watchtower fut un homme du nom de « W. Conley » ; mais curieusement, les dirigeants de l'organisation réécriront plusieurs fois l'histoire de cette époque, en prétendant que Russell en fut le premier président :

« C’est en 1877 qu’à titre de coauteur, le premier président de la Société des témoins de Jéhovah appelée Watchtower, Charles T. Russell, expliqua dans le livre The Three Worlds (Les trois mondes) la chronologie biblique relative à cette date. » — Revue : La tour de garde du 1er septembre 1952, page 259 § 2.

« En 1881, Charles Russell fonda la Société qui est devenue la Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania, l’instrument juridique des témoins de Jéhovah ; en 1884, cette société fut enregistrée et dotée de statuts juridiques ; Russell en était le premier président. » — Revue : La tour de garde du 1er janvier 1971, page 26 § 4.

Etc.(!)

Les dirigeants de la société Watchtower qui valident ces lectures, n'ont-ils pas connaissance de ce personnage ? Qui fut ce mystérieux monsieur « W. Conley » mentionné qu'une seule fois dans le livre « Prédicateurs » de 1993 ? Pourquoi ne trouve-t-on, pour ainsi dire, aucune autre information sur ce sujet dans l'ensemble des publications modernes de l'organisation ?

Le premier président de la société Watchtower

Les numéros d'avril 1880 et 1881 du magazine « Zion’s watch tower and herald of Christ’s presence » apportent un premier éclaircissement sur ce sujet :

« It has for several years been the custom of many of us here in Pittsburgh to do this ; i. e., remember the Passover, and eat the emblems of our Lord’s body and blood, and it has ever been an occasion of solemn pleasure and communion, and was particularly so this year. We met on the night of March 24th, as usual, at the house of Brother and Sister Conley (it being the most commodious) ; and ate together the unleavened bread—eating, meantime “the truthˮ which it symbolized, viz: That Jesus was unleawened (without sin), holy, harmless, undefiled, and therefore food “of which, if a man eat, he shall never die.ˮ » — Magazine : Zion’s watch tower and herald of Christ’s presence, Christ our Passover, April 1880, page 8 [94] § 3.

« We have so observed it here in Pittsburgh for some years and it has ever been a blessed occasion. We will celebrate it this year at the residence of Bro. W. H. Conley, No. 50, Fremont street, Allegheny City, Pa., April 14th at 8 o’clock P. M., and cordially invite all who can do so, to be present and ioin with us. Brethren and sisters from a distance will be Entertained by the friends here. If possible please send a postal card to “Watch Tower” office, No. 101 Fifth avenue, Pittsburgh, and call there on your arrival. » — Magazine : Zion’s watch tower and herald of Christ’s presence, The Lord’s supper, April 1881, page 3 [208] § 3.

Traduction :

« Cela fait plusieurs années que beaucoup d’entre nous, à Pittsburgh, ont l’habitude de faire cela ; i. e., souvenez-vous de la Pâque et mangez les emblèmes du corps et du sang de notre Seigneur, et cela a toujours été une occasion de plaisir solennel et de communion, et cela a été particulièrement le cas cette année. Nous nous sommes rencontrés dans la nuit du 24 mars, comme d’habitude, chez frère et sœur Conley (c’est le plus commode) ; et mangèrent ensemble le pain sans levain, en mangeant entre-temps “la véritéˮ qu’elle symbolisait, à savoir: Jésus a été libéré (sans péché), saint, inoffensif, sans souillure, et donc un aliment “dont l’homme, s’il mange, ne mourra jamais.ˮ » — Revue (Traduction) : Le phare de la tour de Sion et messager de la présence de Christ, Christ notre Pâque, avril 1880, page 8 [94] § 3.

« Nous l’avons tellement observé ici à Pittsburgh depuis quelques années et cela a toujours été une occasion bénie. Nous allons célébrer cette année à la résidence de frère W. H. Conley, n° 50, rue Fremont, Allegheny City, Pennsylvanie, le 14 avril à 20 heures, et invite cordialement tous ceux qui le peuvent à assister à la cérémonie et à se joindre à nous. Les frères et sœurs à distance seront divertis par les amis ici. Si possible, envoyez une carte postale au bureau « Watch Tower », n° 101, cinquième avenue, Pittsburgh, et appelez-le à votre arrivée. » — Revue (Traduction) : Le phare de la tour de Sion et messager de la présence de Christ, Le repas du Seigneur, avril 1881, page 3 [208] § 3.

Selon « The national cyclopædia of american biography », à cette époque, W. H. Conley fut William Henry Conley ; un riche industriel et homme d'affaires philanthrope chrétien d'Allegheny, en Pennsylvanie.(1) En juin 1894, Charles Taze Russell introduisit une lettre de W. H. Conley dans son magazine, en le citant brièvement comme un membre de la première classe biblique d'Allegheny ; ce sera aussi la dernière mention de lui, jusqu'en 1993 :

« [Another brother who was a member of the early Allegheny Bible Class writes as follows] My Dear Bro. in Christ:—I have read carefully pages 92 to 119 of A Conspiracy Exposed and Harvest siftings with special interest, and must say my recollection of events named by you are very much like your own ; and while there are details, in some cases, of which I know nothing, and hence cannot speak as to them, yet I do know there were such transactions as you name, and at the dates given. I am quite conversant with some of the dealings, and am surprised at the very merciful manner in which you speak of those with whom you were associated. “The servant is not greater than his Lord.” “If they have done these things in a green tree, what will they do in the dry ?”—“Perils among false brethren,” etc., etc. As to myself, you can rely on one thing, viz., All reports stating that I deny the ransom are absolutely false. The noransom people may talk, but they “have nothing in me.” As ever, Yours in him, W. H. Conley. Massachusetts. » — Magazine : Zion’s watch tower and herald of Christ’s presence, June 1894, pages 174-177 [1664] § 10-12.

Traduction :

« [Un autre frère qui était membre de la première classe biblique d’Allegheny écrit ce qui suit] Mon cher frère en Christ : J’ai lu attentivement les pages 92 à 119 de A Conspiracy Exposed and Harvest siftings avec un intérêt particulier, et je dois dire que mon souvenir des événements que vous avez nommés ressemble beaucoup aux vôtres ; et bien qu’il y ait des détails, dans certains cas, dont je ne sais rien, et donc ne peux parler d’eux, je sais pourtant que des transactions comme votre nom, et aux dates données, existent. Je connais bien certaines de ces relations et je suis surpris de la manière très miséricordieuse dont vous parlez de ceux avec qui vous avez été associés. “Le serviteur n’est pas plus grand que son Seigneur.” “S’ils ont fait ces choses dans un arbre vert, que feront-ils à sec ?” —“Périls parmi les faux frères”, etc., etc. Quant à moi, vous pouvez compter sur une chose, à savoir que tous les rapports indiquant que je nie la rançon sont absolument faux. Les gens sans rançon peuvent parler, mais ils “n’ont rien en moi”. Comme toujours, en lui, W. H. Conley. Massachusetts. » — Revue (Traduction) : Le phare de la tour de Sion et messager de la présence de Christ, juin 1894, pages 174-177 [1664] § 10-12.

En réalité, cette lettre faisait suite à une dite « Conspiration de 1894 » ; Charles Taze Russell y était accusé de malhonnêteté dans les affaires et des rumeurs de destitution circulaient à son encontre au sein de l'organisation ; l'affaire fut réglée, comme de coutume, par l'exclusion de certains hauts dirigeants.

En publiant cette lettre, il semble évident que Russell voulut à travers le témoignage de W. H. Conley, justifier que certains de ses propos tenus deux mois plus tôt dans une édition spéciale de son magazine, composée de deux longs articles « A Conspiracy Exposed » et « Harvest siftings », étaient bien exacts ; mais le plus intéressant dans cette lettre et qui mérite certainement d'être souligné, est la manière dont Charles T. Russell considérait William H. Conley, alors que celui-ci avait fait le choix personnel de ne plus être membre de l'organisation ; pire, en 1894, il était devenu membre et vice-président local d'une autre organisation chrétienne ; et c'est probablement la raison précise pour laquelle les dirigeants actuels se refusent énergiquement aujourd'hui, de le mentionner dans leurs publications.(2)

En effet, dans cette lettre, William H. Conley semble aussi vouloir rassurer les lecteurs, en expliquant qu'il n'a pas renié le Christ, et ses propos ne semblent pas du tout déranger Charles Taze Russell, qui les publia. Il est donc indéniable, que Russell semble ici faire preuve d'un point de vue plus modeste et plus raisonnable que celui du collège central de notre époque moderne.

En outre, si Charles T. Russell n'a jamais dit de lui-même qu'il était le premier président durant cette période, il omit dans son article ce jour-là de le spécifier pour William H. Conley, alors que les propos tenus par celui-ci, démontrent clairement, qu'il avait occupé une place très importante dans l'organisation ; peut-être Russell craignait-il de perdre davantage de sa crédibilité auprès de ses fidèles.

1881 et l'enregistrement prétendu “légalˮ de 1884

« En 1884, en Pennsylvanie (États-Unis), la Zion’s Watch Tower Tract Society fut constituée en association à but non lucratif. [...] Cet instrument juridique, qui ne dépendait en aucune façon de la vie d’un homme, ferait progresser l’œuvre d’éducation biblique. Charles Taze Russell fut élu président et son bureau était considéré comme le siège de cette association. » — Brochure : Les Témoins de Jéhovah unis pour faire la volonté de Dieu sur toute la terre, édition de 1986, pages 8-9 § 8.

« En 1884, la Zion’s Watch Tower Tract Society a été enregistrée légalement » — Livre : Les témoins de Jéhovah, prédicateurs du royaume de Dieu, édition de 1993, page 576 § 1.

En 1881, l'organisation n'était-elle pas déjà une association déclarée, et ce, quelle que soit la forme “légaleˮ de son enregistrement à cette époque ? Pourquoi monsieur W. H. Conley est-il alors désigné dans le livre « Prédicateurs » comme son « président » et C. T. Russell comme le « secrétaire-trésorier » ?

C'est ce que la brochure « Les témoins de Jéhovah du XXe siècle » permet de comprendre, dans cet immense folichon puzzle :

« En juillet 1879 parut le premier numéro du périodique La Tour de Garde et Messager de la présence de Christ. Le petit cercle d’étude de la première heure devait se multiplier et, en 1880, on comptait un grand nombre de groupes (congrégations) semblables dans les États voisins de celui de Pennsylvanie. En 1881 fut créée une association sans capacité juridique: la Zion’s Watch Tower Tract Society. En 1884, cette association acquit la capacité juridique et Russell en devint le premier président. » — Brochure : Les témoins de Jéhovah du XXe siècle, éditions de 1978 & 1989, page 6 § 1.

Dès lors, même si les publications peuvent parfois laisser entendre que l'organisation n'était pas légalement enregistrée, et que par conséquent « Russell en devint le premier président », en 1881 tout comme en 1884, celle-ci était bien une association à but non lucratif en bonne et due forme, et “légalementˮ déclarée. En 1884, elle fut seulement enregistrée comme une corporation (ou incorporation), ce qui lui permettait de bénéficier, en tant qu'association, de certaines lois de la Constitution des États-Unis.(+) Mais voici plutôt ce qu'expliqua Charles T. Russell dans son édition spéciale d'avril 1894 :

« The Society was formed in 1881, [...]. Later, in 1884, at the instance of friends of the cause, who advised that matters be put upon a legal footing so that the work might not be interrupted in case of my sudden death, the Society applied for a charter under the laws of the State of Pennsylvania, and received one dated December 13, 1884—a copy of which we here present. » — Magazine : Extra edition, Zion’s watch tower and herald of Christ’s presence of 25 avril 1894, A Conspiracy Exposed by C. T. Russell, page 55 § 2.

Ainsi, contrairement aux explications fournies dans les publications de l'organisation moderne, Russell explique simplement ici, qu'il fût conseillé en 1884 par ses proches collaborateurs, de mettre les affaires de la société sur un certain pied d'égalité juridique proposé par les lois de l'État de Pennsylvanie ; et pour que le travail de la société ne soit pas interrompu en cas de mort soudaine de sa personne.

Mais alors... Si en pleine conspiration de 1894, William H. Conley avait déjà quitté l'organisation et son rôle de président, peut-il vraiment s'agir de la même personne mentionnée par la cyclopædia ?

Face au mensonge

Au mois d'avril 1894, lors de la sortie de l'édition spéciale du magazine mentionnée ci-dessus, William H. Conley s'apprêtait avec sa femme à accueillir chez eux, comme ils en avaient l'habitude, leurs compagnons chrétiens. Une série de discours d'une semaine ou plus y était prévue ; mais comme cela peut surprendre, bien que leur adresse postale soit toujours la même, le pasteur attendu ne fut pas Russell... William H. Conley était devenu membre d'un autre groupe religieux naissant :

« Pastor Stockmayer in Alleghany. There will be a series of meetings in the parlors of Mr. W. H. Conley, 50 Fremont Street, Alleghany City, afternoons and evenings, commencing April 22, and lasting a week or more, under the charge of Pastor Stockmayer, Mrs. Baxter and Miss Murray. » — Magazine : The christian alliance and foreign missionary weekly, April 13 1894, page 1 § 1.

Ainsi, face à l'étendue de cette tromperie, il n'est pas étonnant de constater que de nos jours, la majorité des fidèles de la société Watchtower répondent tous « Charles Taze Russell » à la question : « Qui fut le premier président de la société Watchtower ? ».

Réécrivant comme leurs propres histoires, les dirigeants successifs de l'organisation noyés probablement par les exigences de leurs responsabilités, caractérisées par des manques répétitifs de transparence et parfois d'honnêteté, et pour ne pas avouer que le premier président nommé à la tête de la société Watchtower fut aussi le premier à s'être retiré volontairement, enseigneront ainsi jusqu'à ce jour, de nombreux mensonges et demi-vérités trompeuses dépourvues de clarté, de franchise et malencontreusement aussi par cette tricherie, de considération de leur prochain.

Face à ce mensonge, les dirigeants actuels de l'organisation, auront-ils un jour la volonté de vouloir exprimer clairement la vérité sur ce sujet ? Et si tout ce que je croyais savoir sur l'organisation et ses enseignements, n'avait finalement toujours été finement que ce qu'ils souhaitaient seulement que je sache ? Que peuvent encore révéler ces vieux magazines évangéliques sur ce personnage historique ?


report_problem
print

Livre : Les témoins de Jéhovah, prédicateurs du royaume de Dieu, édition de 1993, page 576 § 1 ; Encadré, page 229 § 1. Revues : La tour de garde du 15 juin 1955, page 186 § 1 ; La tour de garde du 1 mai 1994, page 14 § 3. | Revue : La tour de garde du 15 octobre 1989, page 19 § 19. | Livre : L’humanité à la recherche de Dieu, édition de 1990, page 352 § 18. Revue : La tour de garde du 1 juin 1955, page 172 § 1. Livres : Annuaire des témoins de Jéhovah de 1975, page 40 § 3 ; Les témoins de Jéhovah dans les desseins divins, édition de 1971, page 27 § 1 ; A Great Battle in the Ecclesiastical Heavens, by J. F. Rutherford, edition of 1915, page 14 § 2. | Autres sources — Livres : Twenty-five wonderful years, 1889-1914, A popular sketch of the Christian and missionary alliance, november 1914, pages 208-209 § 1 ; Manual of rules and officers of the Christian and missionary alliance, 1897, page 5. Magazine : The christian alliance and missionary weekly, march 21-28 1890, page 195 § 3. [Afficher les citations]
Documents disponibles — Magazine : Extra edition — Zion’s watch tower and herald of Christ’s presence du 25 avril 1894. | Magazine : The christian alliance and foreign missionary weekly du 13 avril 1894, page 1 § 1.
(!) Lors de la rédaction de ce sujet (janv. 2020), la bibliothèque en ligne du site officiel de la société Watchtower comportait « 137 occurrences » trompeuses, désignant monsieur Russell comme le « premier président » nommé. (Publications proposées jusqu'en 1951)
(1) The national cyclopædia of american biography, volume XIV, par James T. White, édition de 1910, pages 72-73.
(2) Le magazine « The christian alliance and foreign missionary weekly » du 19 juin 1896 page 594, précise que M. Conley fut nommé « président » de la filiale (ou headquarters) de Pittsburgh, lors de la réunion du premier anniversaire de celle-ci, le 21 mai 1896.
(+) Sources complémentaires Wikipédia : Corporation : Pays anglophones ; Incorporation : Entreprise, etc.



Commentaires (2)
Le 12 avril 2021, 18:11
Ajouter votre commentaire...
Le 04 mars 2021, 16:53
Mon Frere
Je ne connaissais pas cet homme.
Je suis à nouveau surpris et déçu à nouveau du comportement de l'organisation.
Depuis tout jeune j'ai aimé l'histoire et je me régalait de lire de livre Prédicateurs.
Je pensais dans ma tête me sentir proche de Jéhovah.
Ça me met en colère tout le temps que j'ai perdu, tout le temps où je me suis sacrifié (le service de pionnier, assistant ministeriel, etc..) pour des hommes se disant être le canal de Dieu et qui se transmettent les mensonges entre eux et les suivants.
Certainement tu ressens plus de choses en les découvrant.
Ça me rappelle un frère qui stockait toutes les vieilles publications chez lui (des périodiques du début du 20eme siecle, des parties du photodrame, etc..). Mais les a t-il lu? A t'il fait une réelle recherche? Il était fier de tout ce qu'il possédait. ..mais en définitive on peut penser qu'il était pauvre spirituellement ou aveugler.
Je te remercie vraiment pour la lumière que tu déploie sur l'organisation.


Le 05 mars 2021, 08:31
Oui, ça fait un choc au début. Tu trouveras l'ensemble des références ainsi que toute l'histoire de William Henry Conley dans la seconde partie de ce sujet. Sincères salutations.