La violence dans la Bible : Dieu a dit, Dieu a fait ?

Mise à jour du 4 décembre 2020.

D'UN BOUT à l'autre de la Bible et particulièrement dans l'Ancien Testament, les récits bibliques nous entraînent dans d'innombrables scènes de violences et de cruautés sans pareilles. Parmi ces histoires souvent rocambolesques, nombreux sont également les propos qui imputent directement à Dieu, la responsabilité d'avoir ordonné, béni ou participé à des croisades enflammées et des actes de barbarie épouvantables.

Ces récits bibliques sont-ils vraiment dignes de foi, ou s'agit-il de fictions littéraires religieuses violentes ou de légendes racontées de bouche-à-oreille ? Dieu, a-t-il réellement ordonné ou participé à ces atrocités ? Comment analyser ou comprendre certains textes de la Bible, d'un point de vue rédactionnel et exégétique ? Devrais-je laisser ma conscience réagir, si je fréquente une assemblée religieuse qui m'obligerait à croire, à penser ou à accepter cette sauvagerie comme normale ou juste ? Dans ma recherche libre et respectueuse du Père, ma conscience m'autorise-t-elle “sans preuveˮ, à l'entacher d'actes aussi cruels ? Etc.

Évidemment, ces questions peuvent certainement troubler, car elles remettent indéniablement en question certaines parties de nos croyances, et notamment le rejet de cette folie imputée à Dieu sans preuve ; ou encore, elles peuvent encourager la volonté de protéger son cœur de toute forme de violence ( Proverbes 4:23 ).

Apprendre à connaître notre Père céleste et notre Seigneur Jésus-Christ, commence-t-il finalement d'abord et modestement, par un profond respect sincère ( I. Jean 4:8, 18 / Matthieu 11:27-30 ) ?

Rédaction des récits bibliques, influences et traditions

De tout temps, les humains ont imputé à Dieu toutes sortes d'évènements : un bonheur, une réussite, un enfant en bonne santé, etc. ; mais aussi des situations difficiles, qui à tous peuvent malheureusement nous toucher. Certains se réjouissent même parfois du mal qui arrive à telle ou telle personne, en particulier si celle-ci était méchante ou malhonnête ; ils pensent que « c'est Dieu qui l'a puni » ou « discipliné », etc. Par ailleurs, dans notre langage familier, nous utilisons parfois aussi et généralement sans même y réfléchir certaines expressions, comme par exemple : « Si Dieu le veut » ou « Si Dieu le permet » ; pourtant, ce sont en réalité parmi les plus vieux adages religieux déjà présents il y a près de 2 000 ans ( Jacques 4:15 / Hébreux 6:3 ), etc. — Ainsi, toutes sortes d'influences, de traditions et de pensées religieuses ont traversé les millénaires, et accompagné notre histoire humaine.

Est-ce également le cas en matière de rédaction ou de traduction de certains textes de la Bible ? Ces récits, bien que souvent peu appuyés par des preuves archéologiques solides(+), peuvent-ils avoir été en partie influencés par une autorité, une perception ou des conclusions purement humaines, et notamment comme c'est toujours le cas de nos jours, lors de victoires remportées ou de certaines réussites ? En toute modestie, est-il vraiment raisonnable en tant que croyant libre, respectueux et pacifiste, de prendre part à de telles accusations contre Dieu lui-même, et ce, sans aucune preuve véritablement tangible ?

Bien sûr, si aujourd'hui beaucoup considèrent cette violence et cette barbarie comme dépassées et faisant partie des mœurs et des coutumes propres à cette époque biblique, il ne faut pourtant pas se leurrer ou tomber dans le piège trompeur de l'endoctrinement et de son eiségèse maladif : Dieu est amour et ne change pas ( I. Jean 4:8 / Jacques 1:17 ).
Par conséquent, même si la Bible explique avec une grande clarté que notre Dieu et Père sait parfaitement lire dans le cœur et les pensées des humains ( 1 Samuel 16:7 / Romains 8:26-27 ), il peut néanmoins être bouleversant pour un chrétien sincère, de découvrir que celle-ci se contredit aussi dans certains de ces récits empreints de violence, lorsqu'elle affirme “collectivement ou individuellementˮ, que Dieu aurait éprouvé des humains pour savoir ce qui était dans leurs cœurs ( Deutéronome 8:2 / II Chroniques 32:31 / Proverbes 17:3, etc. | Comparer avec : Jacques 1:13 ).

En complément, voir le sujet : Dans la Bible, Dieu éprouve-t-il vraiment les humains ?.

Le danger de l'endoctrinement

Dans la Bible, certains passages sont parfois rédigés d'une manière si autoritaire, qu'ils donnent l'impression que c'est Dieu lui-même qui parle ; pourtant, ces textes furent bien rédigés par la main de l'homme. Cependant, certains adeptes affirment que la Bible serait en totalité inspirée de Dieu, tel un patron ou un homme d'affaires qui dicterait textuellement à sa secrétaire une lettre.

Cette image, est-elle vraiment réaliste ou encourage-t-elle l'endoctrinement par une anesthésie de l'esprit critique ? Par ce schéma de pensée fermé, où eiségèse et directives autoritaires humaines dominent, quels sont réellement les risques pour un chrétien honnête, de développer par la suite une forme quelconque d'extrémiste religieux ?

Si malheureusement il existe dans ce monde agité, bien des formes d'extrémismes et de dérives religieuses dangereuses, un chrétien n'est toutefois pas à l'abri d'y participer même inconsciemment, surtout s'il n'apprend pas à s'en protéger ( Proverbes 14:15 ). C'est pourtant la triste réalité, comme l'auteur de ce blog, l'expérience déchirante que subissent injustement de nombreuses personnes et familles partout sur la Terre, de la part de leurs anciens coreligionnaires endoctrinés ; parce qu'ils ont consciemment choisi, de manière définitive et avec courtoisie, de ne plus être membre de l'organisation des témoins de Jéhovah.

Et même si la radicalisation imposée par les dirigeants autoritaires de cette organisation est bel et bien un acte de violence haineux et cruel, en se révélant finalement avec le temps dépourvu de sentiments, d'amour et de bon sens ; et si contre toute vraisemblance, les fidèles de ce groupe d'hommes ne sont apparemment pas à compter parmi les religieux les plus gentils au monde, ni les plus honnêtes derrière leurs beaux costumes arrangés, il faut toutefois être humble pour pouvoir se reconstruire dans la paix, et reconnaître aussi qu'ils ne sont pas non plus les plus dangereux.

En complément, voir le sujet : La radicalisation des témoins de Jéhovah, quand cessera-t-elle ?.

Apprendre à se protéger

Bien que ce blog n'ait pas pour objectif de décourager la foi de qui que ce soit, il encourage en outre vivement, la réflexion sur les dangers de vivre sa foi sous l'emprise de l'endoctrinement et du béni-oui-oui ; de prendre le risque de perdre inconsciemment une partie de sa liberté de pensée, de croire ou d'aimer, ou pire, d'anesthésier la sensibilité de sa conscience ou de son cœur ( Matthieu 7:12 / Romains 13:10 ).

Si dans son ensemble, la Bible représente néanmoins un ouvrage remarquable en dehors de ces scènes de violences religieuses ou de certaines lois dépassées, elle décrit avec tant de grâce, le lien étroit qui unit la conscience au cœur. Par exemple, l'apôtre Paul l'associa à un témoignage intérieur qui nous rassure ou nous accuse parfois ; comme une loi précieuse que Dieu aurait écrite dans le cœur de tous les humains :

« Or quand les Gentils, qui n’ont point la Loi, font naturellement les choses qui sont de la Loi, n’ayant point la Loi, ils sont Loi à eux-mêmes. Et ils montrent par-là que l’œuvre de la Loi est écrite dans leurs cœurs ; leur conscience leur rendant témoignage, et leurs pensées s’accusant entre elles, ou aussi s’excusant. » — Romains 2:14-15.

Ou, combien ce vieux proverbe du sage roi Salomon mentionné en introduction, se révèle encore si riche de sens pour celles et ceux qui apprennent désormais à rejeter l'endoctrinement, la haine et la violence sous toutes ses formes :

« Garde ton cœur de tout ce dont il faut se garder ; car de lui procèdent les sources de la vie. » — Proverbes 4:23.

Libre de l'endoctrinement

Si la joie que ressentent ceux qui vivent aujourd'hui leur foi d'une manière libre est difficilement exprimable, tellement celle-ci est immense, la valeur de celle-ci ne repose plus sur l'appartenance et la fidélité à un groupe religieux, à ses dirigeants ou certains privilèges ; mais sur l'amour et la fidélité bienveillante du Père. Continuant à s'appliquer à toujours faire de leur mieux au quotidien, ils apprennent désormais en matière de foi, à véritablement mieux le connaître, à lui faire confiance et à s'attacher à lui seul par la foi en Jésus-Christ ( Jean 14:20-21 / Actes 17:27 ). L'espérance n'est alors plus celle d'un monde imaginaire matérialiste, placé sous la gouvernance autoritaire d'un siège mondial terrestre, qui représenterait soi-disant le gouvernement messianique visible(#), mais celle bien réelle, de pouvoir espérer continuer modestement et librement à apprendre à le connaître, sous l'ubiquité puissante de sa seule et unique direction bienveillante, rassurante et encourageante ( Jean 17:3 / Jean 4:24 / Matthieu 6:10 ).

« Car ce qui fait notre gloire, c’est le témoignage que notre conscience nous rend, que nous nous sommes conduits dans le monde, et surtout à votre égard, en simplicité et en sincérité devant Dieu, non point avec une sagesse charnelle, mais avec la grâce de Dieu. » — II. Corinthiens 1:12.

Et toi, que penses-tu de la violence contenue dans la Bible ? ...


report_problem
print

(+) À titre d'exemple : à ce jour (déc. 2020), aucune donnée archéologique disponible sur l'ensemble des découvertes recensées dans l'égyptologie, n'apporte la moindre preuve concrète sur ces siècles d'esclavage, de l'Exode ou de Moïse, là où les archéologues auraient pourtant dû en trouver. Sources Wikipédia : Données archéologiques sur l'Exode et Moïse.
(#) Selon la société Watchtower, le royaume de Dieu serait étonnamment incapable d'établir « l'unité mondiale » sans un « siège d'administration visible » sur Terre. — Voir en complément : The governing body show ! Convoitise en Russie. [Épisode 1].
Brochure : Que nous enseigne la Bible, édition de 2016, page 20 § 5 ; Livres : Qu'enseigne réellement la Bible ?, édition de 2005, page 19 § 5 ; Vous pouvez vivre éternellement sur une terre qui deviendra un paradis, édition de 1982, page 49 § 8. [Afficher les citations]



Commentaires (0)
Le 28 février 2021, 08:00
Ajouter votre commentaire...