Samson, une histoire pour les petits ?

Mise en ligne le 25 mars 2024.

IL Y A bien des histoires que nous aimons raconter au coin du feu... Parmi celles contenues dans la Bible, les récits de la vie de Jésus-Christ. D'après un recueil d'histoires bibliques pour enfants, certaines histoires auraient soi-disant « le don de ravir les tout-petits » et de « captiver les jeunes esprits ».

En réalité, est-ce vraiment le cas ? Pourquoi certaines histoires bibliques, sont-elles plus ou moins épurées de leurs violences et de leurs atrocités, pour être ainsi adaptées à un jeune public ? S'agit-il d'une méthode pensée pour favoriser en douceur, l'endoctrinement des plus jeunes ? Ces livres à connotations apocalyptiques, sont-ils vraiment sans danger ? Etc.

Au nombre de ces récits violents enseignés, l'histoire de Samson contenue dans le livre des Juges, le septième livre de la Bible. Ce personnage biblique, est souvent présenté aux enfants tout comme aux adultes, comme un super-héros ou « l'homme le plus fort que la terre ait jamais porté ».(+)

Mais, que raconte vraiment cette histoire ?

Contexte biblique et résumé de l'histoire

Le livre des Juges raconte qu'il y a fort longtemps, à une époque où la monarchie n’avait pas encore été établie en Israël, que le peuple entrant dans le pays aurait fait ce qui déplaisait à Dieu, et que celui-ci les aurait alors livré durant quarante années aux mains des Philistins(1) ; un peuple antique qui aurait vécu proche de la mer et du Jourdain, au pays de Canaan ( Juges 13:1 ; 17:6 / Josué 13:3 ).
Bibliquement parlant, ce contexte se déroule bien après la mort de Josué, après qu'une génération entière fut passée... La génération suivante, qui n'avait apparemment pas connu les œuvres que Dieu avait accomplies pour le peuple d'Israël, se serait alors mise à pratiquer d'autres cultes ( Juges 2:7-8, 10, 11-13 ).

Samson : naissance, naziréat et obéissance

Alors qu'elle était stérile, un ange de Dieu apparut à la femme de Manoah de la tribu de Dan, et lui annonça qu'elle mettrait prochainement au monde un fils ; qu'il serait « naziréen » ou « consacré à Dieu » dès sa naissance, et délivrerait le peuple d'Israël de la main des Philistins ( Juges 13:2-6 ).

D'après la Bible, certaines personnes auraient été des naziréens à vie, de par la volonté de Dieu ; ce fut par exemple le cas de Samson, de Samuel et probablement de Jean le Baptiste ( Juges 13:7 / I Samuel 1:20, 25-28 / Luc 1:13-17 ). — Selon la Loi mosaïque, le nazir devait suivre trois commandements : 1) S'abstenir de toute boisson alcoolisée, ainsi que de tout produit issu de la vigne ; 2) Ne pas couper ses cheveux ; 3) Ne pas s'approcher ou toucher un corps mort ( Nombres 6:3-6 ). L'ensemble des instructions concernant ce vœu de consécration particulier, est consigné dans le livre des Nombres ( Nombres 6:2-21 ).(2)

Cependant, le récit raconte que tout au long de sa vie, Samson ne respecta pas vraiment ce naziréat perpétuel hormis la longueur de ses cheveux, qui lui procurait étrangement et comme indépendamment de Dieu, une force surhumaine ( Juges 16:19 ).

Par exemple, quelques jours après qu'il eut tué à mains nues un lion, il retourna sur le lieu et vit qu'un essaim d’abeilles s'était formé à l'intérieur de la carcasse de la bête morte, et il en mangeât :

« Samson donc descendit avec son père et sa mère à Timna, et ils vinrent jusqu’aux vignes de Timna, et voici, un jeune lion rugissant [venait] contre lui. Et l’Esprit de l’Éternel ayant saisi Samson, il déchira le lion comme s’il eût déchiré un chevreau, sans avoir rien en sa main ; mais il ne déclara point à son père ni à sa mère ce qu’il avait fait. » — Juges 14:5-6, Traduction par David Martin, édition de 1744.

« Et il en prit en sa main, et s’en alla son chemin, en mangeant ; et étant arrivé vers son père, et vers sa mère, il leur en donna, et ils [en] mangèrent ; mais il ne leur déclara pas qu’il avait pris ce miel dans la charogne du lion. » — Juges 14:9, Traduction par David Martin, édition de 1744.

Si le texte ne précise pas si Samson devait s'abstenir de toucher des cadavres, ‘il n'explique pas non plus qu'il en était exempt’ ; c'est en tout cas ce que semble confirmer le récit ci-dessus, puisque Samson s'abstint volontairement et à deux reprises, de raconter cette histoire à ses parents... Tout comme l'ensemble des Juifs de son époque, Samson et ses parents étaient assujettis à la Loi de Moïse.

— Malheureusement, ce genre de raisonnement va parfois à l'encontre de l'eiségèse excessive de certains enseignements religieux, qui semblent comme volontairement faire fi de nombreux versets bibliques ; et cela, afin de justifier la violence et les meurtres de Samson.

Mais que s'est-il passé ensuite, et en quoi l'histoire de Samson peut-elle de manière identique, s'avérer progressivement nocive ?

Avant de poursuivre, ce blog tient à rappeler qu'il ne cautionne absolument pas ce genre de textes extrémistes, ni n'encourage à croire ou à soutenir l'idée d'accuser Dieu de tels actes de barbarie, sans aucune preuve tangible, scientifique ou archéologique. Ce sujet a pour but de mettre en évidence, la dangerosité de ce genre d'endoctrinement apocalyptique et l'effet dévastateur que cela pourrait éventuellement avoir sur de jeunes esprits ou des esprits fragiles, etc.

Samson : pari, meurtre et vole de 30 philistins

Par la suite, après avoir joué et perdu au pari une énigme construite autour de cette histoire, et trompé par la ruse de sa première compagne, Samson descendit à Askelon l'une des principales villes philistines et tua de sang-froid trente hommes ; juste pour leur voler leurs vêtements, et afin de pouvoir payer sa dette auprès d'autres philistins avec qui il avait fait ce stupide pari ( Josué 13:3 / Juges 14:19 ). Et bien sûr, le récit affirme que Dieu aurait soi-disant béni cette barbarie.
Probablement lié au comportement instable et criminel de Samson, reparti entre-temps chez ses parents à la suite de cette barbarie ( Juges 14:19b ), son beau-père, pensant qu'il devait certainement haïr à présent sa fille qui l'avait ainsi manipulée sous la pression des Philistins, approuva de la donner finalement en mariage à un autre ( Juges 14:20 ; 15:2 ).

Samson : un dangereux criminel pyromane, irrespectueux de la nature et des animaux

De retour après son absence, et pour se venger de ce que sa compagne avait finalement préféré se remarier avec semble-t-il un de ses amis, Samson réussit l'exploit de réunir 300 renards pour déclencher un gigantesque incendie criminel ; se révélant être de ce fait également, un dangereux pyromane, irrespectueux de la nature et des animaux.

— Si vous vivez à la campagne, vous constaterez très vite que pour trouver 300 renards, ce n'est pas si simple... Soit cette région était infestée de renards, soit ce récit raconte vraiment des salades ! De plus, il est peu probable que 150 couples de renards ayant leurs queues attachées l'un contre l'autre par une torche emflamée comme le prétends le récit, décident intelligemment de se mettre à courrir dans le même sens à travers champs, pour mettre le feu aux différentes plantations des Philistins ( Juges 15:4-5 ) ; Samson aurait certainement plus vite fait de s'assoir une minute pour réfléchir, etc.

Samson : un homme assoiffé de haine, de vengeances, de violences et de barbaries

À la suite de cet acte criminel, les Philistins apprenant que Samson en été l'auteur du fait que son beau-père avait entre-temps remarié sa fille, finirent eux-mêmes par se venger et brûlèrent tels des barbares le beau-père et sa fille ( Juges 15:6 ).

La suite du récit raconte des exécrations :

« ¶ Et Samson leur dit, Puisque vous avez fait cela, cependant je me vengerai de vous et seulement après je cesserai. Et il les anéantit complètement dans un grand carnage : et il descendit, et demeura en haut du roc Etam. » — Juges 15:7-8, Traduction française de la Bible King James par N. L. Stratford, édition de 2022.

« ¶ Puis les Philistins montèrent et campèrent en Judah, et se répandirent en Lehi. Et les hommes de Judah dirent, Pourquoi êtes-vous montés contre nous ? Et Ils répondirent, Nous sommes montés pour lier Samson, afin de lui faire comme il nous a fait. Alors trois mille hommes de Judah allèrent en haut du roc Etam, et dirent à Samson : Ne sais-tu pas que les Philistins dominent sur nous ? Pourquoi donc nous as-tu fait ceci ? Et il leur dit : Comme ils m’ont fait, ainsi je leur ai fait. Et ils lui dirent : Nous sommes descendus pour te lier, afin de te livrer en la main des Philistins. Et Samson leur dit : Jurez-moi que vous ne vous jetterez pas vous-mêmes sur moi. Et ils lui parlèrent, disant, Non, mais nous te lierons fermement, et nous te livrerons en leur main : mais sûrement nous ne te tuerons pas. Et ils le lièrent avec deux cordes neuves, et le firent monter hors du roc. ¶ Et lorsqu’il arriva à Léhi, les Philistins s’exclamèrent contre lui : et l’Esprit du SEIGNEUR vint puissamment sur lui, et les cordes qui étaient à ses bras devinrent comme du lin qui brûle au feu, et ses liens se détachèrent de ses mains. Et il trouva une mâchoire d’âne fraîche, et il avança sa main et la prit, avec laquelle il tua mille hommes. Et Samson dit : Avec une mâchoire d’âne, et monceaux sur monceaux, avec une mâchoire d’âne j’ai tué mille hommes. » — Juges 15:9-16, Traduction française de la Bible King James par N. L. Stratford, édition de 2022.

Après cela, Samson alla faire un tour chez une prostituée ; après tout, quoi de plus naturel pour un ‘Juge’ soi-disant représentant exemplaire de Dieu ( Juges 16:1 ) !

Etc.

Samson : un extrémiste kamikaze

La fin du récit raconte que Samson fut finalement capturé par les Philistins, après avoir été à nouveau trompé par la ruse de sa seconde compagne Dalila, à qui il révéla cette fois-ci, le secret de sa force ( Juges 16:4-21 ). Il termina sa vie par un acte kamikaze suicidaire, lors d'une cérémonie religieuse organisée par les Philistins. En faisant s'effondrer le temple sur eux, il provoqua la mort de 3 000 hommes, femmes et enfants ( Juges 16:22-30 ).

Et le récit précise, qu'il s'écria tel un enragé : « Que je meure avec les Philistins ! ».

Comprendre le DANGER de l'endoctrinement...

Pour justifier de cette sauvagerie ou de cette barbarie et la rendre plus acceptable, certains enseignements religieux expliquent parfois, que les Philistins avaient soi-disant pour coutume de sacrifier des enfants, etc. — Or, lorsqu'on regarde de plus près les récits de l'Ancien Testament comme par exemple la règle du herem ou « voué à la destruction(3) », il n'y a pourtant guère de différence !

Ainsi, l'idée d'une destruction apocalyptique de l'humanité paraît alors plus juste aux yeux des fidèles ; inconscients de la manipulation mentale, dont ils sont en réalité victimes, dès leurs plus jeunes âges.

En résumé

L'histoire de Samson, souvent utilisée dans ces recueils d'histoires bibliques à connotations apocalyptiques, raconte celle d'un homme dont ses cheveux indépendamment de Dieu lui procurait une force surhumaine. Tels l'incroyable Hulk et autres advengers imaginaires modernes, il suffisait que des ennemis lui coupent les cheveux pour qu'il perde instantanément sa force ou qu'il la retrouve après avoir repoussés.

Mais cette histoire raconte surtout celle d'un vagabond, d'un meurtrier haineux, étant en même temps irrespectueux des lois de Moïse auxquelles il était soi-disant assujetti ; d'un parieur et d'un joueur de jeux de hasard, d'un pyromane criminel, qui termina son épopée dans la vengeance et la haine d'autres civilisations, par un acte suicidaire kamikaze, etc.

— Et dire qu'en 2024, on enseigne encore cela aux enfants, et ce, dès le plus jeune âge !

De nos jours, le comportement de Samson porte un nom très différent du livre des Juges, on appelle cela des extrémistes, etc.

Alors la prochaine fois que vous lirez ce genre de récit à vos enfants, demandez-vous sincèrement :

En quoi ce genre de récit biblique, est-il constructif à sa santé mentale et spirituelle de mon enfant ?


report_problem
print

Livre : Recueil d’histoires bibliques, éditions de 1980 & 2006, préface § 4. | Livre : Étude perspicace - volume 2, édition de 1997, p. 383 § 1. | Revue : La tour de garde du 15 avril 2024, page 29 § 3.[Afficher les citations]
(+) Voir le livre : Recueil d’histoires bibliques, éditions de 1980 & 2006, page 54 § 1.
(1) Le mot « Philistins » (hébreux : פְּלִשְׁתִּים) apparaît pour la première fois dans le livre de la Genèse ; ce verset explique, que « Misraïm fut la souche des Loudim, des Anamim, des Lehabim, des Naftouhim ; des Pathrousim, des Kaslouhim (d’où sortirent les Philistins) et des Kaftorim. » ( Genèse 10:13-14 ). — Dans la Bible, les Philistins seraient les descendants de Cham, l'un des fils de Noé, père de Misraïm ( Genèse 10:1, 6) ; les Philistins auraient eu pour roi Abimélech. [Wikipédia]
(2) Pour plus d'informations sur ce vœu de consécration, voir le sujet : La fille de Jephté, et l'ostracisme.
(3) Dans la Bible, le mot « herem » (hébreu : חרם) traduit en grec par « anathème », comporte plusieurs acceptions. Considéré comme la part du butin réservée au chef militaire, le herem est dans la Bible, dès le début au temps de l'Israël antique, la part vouée à Dieu, leur chef, par la destruction ou à un usage sacré, et pour que personne d'autre ne puisse en bénéficier ( Nombres 21:1-3 / Deutéronome 20:4 ) ; la première mention biblique de cette forme d'interdit se trouve dans le livre de l'Exode ( Exode 22:20 ). Plusieurs traductions remplacent ce terme par des expressions : « à l'anathème », « voué à la destruction » ou encore « à la façon de l'interdit », etc.



Commentaires (1)
Le 15 juillet 2024, 16:06
Ajouter votre commentaire...
Le 11 mai 2024 à 10:11.
"En quoi ce genre de récit biblique, est-il constructif à sa santé mentale et spirituelle de mon enfant ?": excellente question que devraient se poser tous les parents soucieux du bien-être de leurs enfants, tout particulièrement ceux qui leur présentent le recueil d'histoires bibliques édité par les Témoins de Jéhovah. Je me suis souvent posé cette question lorsque j'étais encore dans l'organisation et que j'ouvrais le livre avec mes deux fils, la violence de certaines histoires ainsi que leurs illustrations (par exemple celle du déluge où l'on voit des bébés avec leur mère attendre avec effroi d'être engloutis dans les eaux) sont extrêmement perturbants. C'est aussi ce qui alimentait mes doutes: Dieu veut-il cette violence, n'est-elle pas tout simplement le récit des hommes au gré des contextes historiques, sociaux... et de leurs fantasmes... Comment présenter une telle image de Dieu et en même temps proclamer qu'il est Amour? Bravo pour votre article et tout ce travail effectué.