Comparateur de Bibles

De à
Préférences d'affichage Afficher par défaut :

Afficher uniquement les traductions en :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :

1Traduction par David Martin
Édition de 1744, libre de droits.
1 Après ces choses il y avait une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. (5:1) 2 Or il y a à Jérusalem, au marché aux brebis, un lavoir appelé en Hébreu Béthesda ayant cinq portiques ; (5:2) 3 Dans lesquels gisait un grand nombre de malades, d’aveugles, de boiteux, [et de gens] qui avaient les membres secs, attendant le mouvement de l’eau. (5:3) 4 Car un Ange descendait en certains temps au lavoir, et troublait l’eau ; et alors le premier qui descendait au lavoir après que l’eau en avait été troublée, était guéri, de quelque maladie qu’il fût détenu. (5:4) 5 Or il y avait là un homme malade depuis trente-huit ans. (5:5) 6 [Et] Jésus le voyant couché par terre, et connaissant qu’il avait déjà été là longtemps, lui dit : veux-tu être guéri ? (5:6) 7 Le malade lui répondit : Seigneur, je n’ai personne qui me jette au lavoir quand l’eau est troublée, et pendant que j’y viens, un autre y descend avant moi. (5:7) 8 Jésus lui dit : lève-toi, charge ton petit lit, et marche. (5:8) 9 Et sur-le-champ l’homme fut guéri, et chargea son petit lit, et il marchait. Or c’était [un jour] de Sabbat. (5:9) 10 Les Juifs donc dirent à celui qui avait été guéri : c’est [un jour] de Sabbat, il ne t’est pas permis de charger ton petit lit. (5:10) 11 Il leur répondit : celui qui m’a guéri m’a dit : charge ton petit lit, et marche. (5:11) 12 Alors ils lui demandèrent : qui est celui qui t’a dit : charge ton petit lit, et marche ? (5:12) 13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était : car Jésus s’était éclipsé du milieu de la foule qui était en ce lieu-là. (5:13) 14 Depuis, Jésus le trouva au Temple, et lui dit : voici, tu as été guéri ; ne pèche plus désormais, de peur que pis ne t’arrive. (5:14) 15 Cet homme s’en alla, et rapporta aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. (5:15) 16 C’est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus, et cherchaient à le faire mourir, parce qu’il avait fait ces choses [le jour du] Sabbat. (5:16) 17 Mais Jésus leur répondit : mon Père travaille jusqu’à maintenant, et je travaille aussi. (5:17) 18 Et à cause de cela les Juifs tâchaient encore plus de le faire mourir, parce que non seulement il avait violé le Sabbat, mais aussi parce qu’il disait que Dieu était son propre Père, se faisant égal à Dieu. (5:18) 19 Mais Jésus répondit, et leur dit : en vérité, en vérité je vous dis, que le Fils ne peut rien faire de soi-même, sinon qu’il le voie faire au Père : car quelque chose que le Père fasse, le Fils aussi le fait de même. (5:19) 20 Car le Père aime le Fils, et lui montre toutes les choses qu’il fait ; et il lui montrera de plus grandes œuvres que celle-ci, afin que vous en soyez dans l’admiration. (5:20) 21 Car comme le Père ressuscite les morts et les vivifie, de même aussi le Fils vivifie ceux qu’il veut. (5:21) 22 Car le Père ne juge personne ; mais il a donné tout jugement au Fils ; (5:22) 23 Afin que tous honorent le Fils, comme ils honorent le Père ; celui qui n’honore point le Fils, n’honore point le Père qui l’a envoyé. (5:23) 24 En vérité, en vérité je vous dis : que celui qui entend ma parole, et croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle, et il ne sera point exposé à la condamnation, mais il est passé de la mort à la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité je vous dis : que l’heure vient, et elle est même déjà [venue], que les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue, vivront. (5:25) 26 Car comme le Père a la vie en soi même, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en soi-même. (5:26) 27 Et il lui a donné le pouvoir de juger parce qu’il est le Fils de l’homme. (5:27) 28 Ne soyez point étonnés de cela : car l’heure viendra, en laquelle tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix. (5:28) 29 Et ils sortiront, savoir ceux qui auront bien fait, en résurrection de vie ; et ceux qui auront mal fait, en résurrection de condamnation. (5:29) 30 Je ne puis rien faire de moi-même : je juge conformément à ce que j’entends, et mon jugement est juste ; car je ne cherche point ma volonté, mais la volonté du Père qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si je rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas digne de foi. (5:31) 32 C’est un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est digne de foi. (5:32) 33 Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. (5:33) 34 Or je ne cherche point le témoignage des hommes ; mais je dis ces choses afin que vous soyez sauvés. (5:34) 35 Il était une lampe ardente et brillante ; et vous avez voulu vous réjouir pour un peu de temps en sa lumière. (5:35) 36 Mais moi j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que mon Père m’a données pour les accomplir, ces œuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que mon Père m’a envoyé. (5:36) 37 Et le Père qui m’a envoyé, a lui-même rendu témoignage de moi ; jamais vous n’ouîtes sa voix, ni ne vîtes sa face. (5:37) 38 Et vous n’avez point sa parole demeurante en vous ; puisque vous ne croyez point à celui qu’il a envoyé. (5:38) 39 Enquérez-vous diligemment des Écritures : car vous estimez avoir par elles la vie éternelle, et ce sont elles qui portent témoignage de moi. (5:39) 40 Mais vous ne voulez point venir à moi, pour avoir la vie. (5:40) 41 Je ne tire point ma gloire des hommes. (5:41) 42 Mais je connais bien que vous n’avez point l’amour de Dieu en vous. (5:42) 43 Je suis venu au Nom de mon Père, et vous ne me recevez point ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, puisque vous cherchez la gloire l’un de l’autre, et que vous ne cherchez point la gloire qui vient de Dieu seul ? (5:44) 45 Ne croyez point que je vous doive accuser envers mon Père ; Moïse sur qui vous vous fondez, est celui qui vous accusera. (5:45) 46 Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi ; vu qu’il a écrit de moi. (5:46) 47 Mais si vous ne croyez point à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ? (5:47) Jean
5:1-47
2Traduction King James revue par B. Blayney
Édition de 1769, libre de droits (hors GB).
1 After this there was a feast of the Jews ; and Jesus went up to Jerusalem. (5:1) 2 Now there is at Jerusalem by the sheep market a pool, which is called in the Hebrew tongue Bethesda, having five porches. (5:2) 3 In these lay a great multitude of impotent folk, of blind, halt, withered, waiting for the moving of the water. (5:3) 4 For an angel went down at a certain season into the pool, and troubled the water : whosoever then first after the troubling of the water stepped in was made whole of whatsoever disease he had. (5:4) 5 And a certain man was there, which had an infirmity thirty and eight years. (5:5) 6 When Jesus saw him lie, and knew that he had been now a long time in that case, he saith unto him, Wilt thou be made whole ? (5:6) 7 The impotent man answered him, Sir, I have no man, when the water is troubled, to put me into the pool : but while I am coming, another steppeth down before me. (5:7) 8 Jesus saith unto him, Rise, take up thy bed, and walk. (5:8) 9 And immediately the man was made whole, and took up his bed, and walked : and on the same day was the sabbath. (5:9) 10 The Jews therefore said unto him that was cured, It is the sabbath day : it is not lawful for thee to carry thy bed. (5:10) 11 He answered them, He that made me whole, the same said unto me, Take up thy bed, and walk. (5:11) 12 Then asked they him, What man is that which said unto thee, Take up thy bed, and walk ? (5:12) 13 And he that was healed wist not who it was : for Jesus had conveyed himself away, a multitude being in that place. (5:13) 14 Afterward Jesus findeth him in the temple, and said unto him, Behold, thou art made whole : sin no more, lest a worse thing come unto thee. (5:14) 15 The man departed, and told the Jews that it was Jesus, which had made him whole. (5:15) 16 And therefore did the Jews persecute Jesus, and sought to slay him, because he had done these things on the sabbath day. (5:16) 17 But Jesus answered them, My Father worketh hitherto, and I work. (5:17) 18 Therefore the Jews sought the more to kill him, because he not only had broken the sabbath, but said also that God was his Father, making himself equal with God. (5:18) 19 Then answered Jesus and said unto them, Verily, verily, I say unto you, The Son can do nothing of himself, but what he seeth the Father do : for what things soever he doeth, these also doeth the Son likewise. (5:19) 20 For the Father loveth the Son, and sheweth him all things that himself doeth : and he will shew him greater works than these, that ye may marvel. (5:20) 21 For as the Father raiseth up the dead, and quickeneth them ; even so the Son quickeneth whom he will. (5:21) 22 For the Father judgeth no man, but hath committed all judgment unto the Son : (5:22) 23 That all men should honour the Son, even as they honour the Father. He that honoureth not the Son honoureth not the Father which hath sent him. (5:23) 24 Verily, verily, I say unto you, He that heareth my word, and believeth on him that sent me, hath everlasting life, and shall not come into condemnation ; but is passed from death unto life. (5:24) 25 Verily, verily, I say unto you, The hour is coming, and now is, when the dead shall hear the voice of the Son of God : and they that hear shall live. (5:25) 26 For as the Father hath life in himself ; so hath he given to the Son to have life in himself ; (5:26) 27 And hath given him authority to execute judgment also, because he is the Son of man. (5:27) 28 Marvel not at this : for the hour is coming, in the which all that are in the graves shall hear his voice, (5:28) 29 And shall come forth ; they that have done good, unto the resurrection of life ; and they that have done evil, unto the resurrection of damnation. (5:29) 30 I can of mine own self do nothing : as I hear, I judge : and my judgment is just ; because I seek not mine own will, but the will of the Father which hath sent me. (5:30) 31 If I bear witness of myself, my witness is not true. (5:31) 32 There is another that beareth witness of me ; and I know that the witness which he witnesseth of me is true. (5:32) 33 Ye sent unto John, and he bare witness unto the truth. (5:33) 34 But I receive not testimony from man : but these things I say, that ye might be saved. (5:34) 35 He was a burning and a shining light : and ye were willing for a season to rejoice in his light. (5:35) 36 But I have greater witness than that of John : for the works which the Father hath given me to finish, the same works that I do, bear witness of me, that the Father hath sent me. (5:36) 37 And the Father himself, which hath sent me, hath borne witness of me. Ye have neither heard his voice at any time, nor seen his shape. (5:37) 38 And ye have not his word abiding in you : for whom he hath sent, him ye believe not. (5:38) 39 Search the scriptures ; for in them ye think ye have eternal life : and they are they which testify of me. (5:39) 40 And ye will not come to me, that ye might have life. (5:40) 41 I receive not honour from men. (5:41) 42 But I know you, that ye have not the love of God in you. (5:42) 43 I am come in my Father’s name, and ye receive me not : if another shall come in his own name, him ye will receive. (5:43) 44 How can ye believe, which receive honour one of another, and seek not the honour that cometh from God only ? (5:44) 45 Do not think that I will accuse you to the Father : there is one that accuseth you, even Moses, in whom ye trust. (5:45) 46 For had ye believed Moses, ye would have believed me ; for he wrote of me. (5:46) 47 But if ye believe not his writings, how shall ye believe my words ? (5:47) John
5:1-47
3Traduction revue par J. F. Ostervald
Édition de 1823, libre de droits.
1 Après cela, comme les Juifs avaient une fête, Jésus monta à Jérusalem. (5:1) 2 Or, il y avait à Jérusalem, près de la porte des brebis, un réservoir d’eau, appelé en hébreu Béthesda, qui avait cinq portiques, (5:2) 3 Où étaient couchés un grand nombre de malades, d’aveugles, d’impotents et de gens qui avaient les membres secs, et qui attendaient le mouvement de l’eau. (5:3) 4 Car un ange descendait, en un certain temps, dans le réservoir, et en troublait l’eau ; et le premier qui descendait dans le réservoir, après que l’eau avait été troublée, était guéri, de quelque maladie qu’il fût détenu. (5:4) 5 Or, il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans. (5:5) 6 Jésus le voyant couché, et sachant qu’il était malade depuis long-temps, lui dit : Veux-tu être guéri ? (5:6) 7 Le malade lui répondit : Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans le réservoir quand l’eau est troublée ; car, pendant que j’y viens, un autre y descend avant moi. (5:7) 8 Jésus lui dit : Lève-toi, emporte ton lit et marche. (5:8) 9 Et incontinent l’homme fut guéri ; et il prit son lit et se mit à marcher. Or, ce jour-là était un jour de sabbat. (5:9) 10 Alors les Juifs dirent à celui qui avait été guéri : C’est aujourd’hui le sabbat ; il ne t’est pas permis d’emporter ton lit. (5:10) 11 Il leur répondit : Celui qui m’a guéri, m’a dit : Emporte ton lit, et marche. (5:11) 12 Et ils lui demandèrent : Qui est cet homme qui t’a dit : Emporte ton lit, et marche ? (5:12) 13 Mais celui qui avait été guéri ne savait qui c’était ; car Jésus s’était échappé au travers de la foule qui était en ce lieu-là. (5:13) 14 Depuis, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit : Voilà, tu as été guéri ; ne pèche plus désormais, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. (5:14) 15 Cet homme s’en alla et rapporta aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. (5:15) 16 A cause de cela, les Juifs poursuivaient Jésus, et cherchaient à le faire mourir, parce qu’il avait fait cela le jour du sabbat. (5:16) 17 Mais Jésus leur dit : Mon Père agit jusqu’à présent, et j’agis aussi. (5:17) 18 A cause de cela, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non-seulement parce qu’il avait violé le sabbat, mais encore parce qu’il disait que Dieu était son propre Père, se faisant égal à Dieu. (5:18) 19 Jésus prenant la parole, leur dit : En vérité, en vérité je vous dis, que le Fils ne peut rien faire de lui-même, à moins qu’il ne le voie faire au Père ; car tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. (5:19) 20 Car le Père aime le Fils, et il lui montre tout ce qu’il fait, et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, en sorte que vous en serez remplis d’admiration. (5:20) 21 Car comme le Père ressuscite les morts et leur donne la vie, de même aussi le Fils donne la vie à ceux qu’il veut. (5:21) 22 Le Père ne juge personne, mais il a donné au Fils tout pouvoir de juger, (5:22) 23 Afin que tous honorent le Fils, comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. (5:23) 24 En vérité, en vérité je vous dis, que celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle, et il ne sera point sujet à la condamnation, mais il est passé de la mort à la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité je vous dis, que le temps vient, et qu’il est déjà venu, que les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et que ceux qui l’auront entendue vivront. (5:25) 26 Car, comme le Père a la vie en lui-même, il a aussi donné au Fils d’avoir la vie en lui-même. (5:26) 27 Et il lui a aussi donné l’autorité d’exercer le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme. (5:27) 28 Ne soyez pas surpris de cela : car le temps viendra que tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix ; (5:28) 29 Et ceux qui auront fait de bonnes œuvres en sortiront et ressusciteront pour la vie ; et ceux qui en auront fait de mauvaises ressusciteront pour la condamnation. (5:29) 30 Je ne puis rien faire de moi-même ; je juge selon que j’entends, et mon jugement est juste, car je ne cherche point ma volonté, mais je cherche la volonté du Père qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si je me rends témoignage à moi-même, mon témoignage n’est pas digne de foi. (5:31) 32 Il y en a un autre qui me rend témoignage, et je sais que le témoignage qu’il me rend est digne de foi. (5:32) 33 Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. (5:33) 34 Pour moi, je ne cherche point le témoignage des hommes, mais je dis ceci, afin que vous soyez sauvés. (5:34) 35 Jean était une chandelle allumée et brillante, et vous avez voulu, pour un peu de temps, vous réjouir à sa lumière. (5:35) 36 Mais moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que mon Père m’a donné le pouvoir d’accomplir, ces œuvres-là que je fais rendent ce témoignage de moi, que mon Père m’a envoyé. (5:36) 37 Et le Père qui m’a envoyé a lui-même rendu témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, ni vu sa face. (5:37) 38 Et sa parole ne demeure pas en vous, puisque vous ne croyez point à celui qu’il a envoyé. (5:38) 39 Sondez les Ecritures ; car c’est par elles que vous croyez avoir la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi. (5:39) 40 Mais vous ne voulez point venir à moi, pour avoir la vie. (5:40) 41 Je ne cherche point ma gloire de la part des hommes ; (5:41) 42 Mais je sais que vous n’avez point en vous l’amour de Dieu. (5:42) 43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, vu que vous aimez à recevoir de la gloire les uns des autres, et que vous ne recherchez point la gloire qui vient de Dieu seul ? (5:44) 45 Ne pensez point que ce soit moi qui doive vous accuser devant mon Père ; Moïse, en qui vous espérez, est celui qui vous accusera. (5:45) 46 Car si vous croyiez à Moïse, vous croiriez aussi en moi ; car il a écrit de moi. (5:46) 47 Mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ? (5:47) Jean
5:1-47
4Traduction par H.-A. Perret-Gentil
Édition de 1847-1861, libre de droits.
— Cette traduction ne possède que l'Ancien Testament.
5Traduction par L. I. Lemaistre de Saci
Édition de 1855, libre de droits.
1 APRES cela la fête des Juifs étant arrivée, Jésus s’en alla à Jérusalem. (5:1) 2 Or il y avait à Jérusalem la piscine des brebis, qui s’appelle en hébreu Bethsaïda, qui avait cinq galeries, (5:2) 3 dans lesquelles étaient couchés un grand nombre de malades, d’aveugles, de boiteux et de ceux qui avaient les membres desséchés ; et tous attendaient que l’eau fût remuée. (5:3) 4 Car l’ange du Seigneur en un certain temps descendait dans cette piscine, et en remuait l’eau ; et celui qui y entrait le premier après que l’eau avait été ainsi remuée, était guéri, quelque maladie qu’il eût. (5:4) 5 Or il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans. (5:5) 6 Jésus l’ayant vu couché, et connaissant qu’il était malade depuis fort longtemps, lui dit : Voulez-vous être guéri ? (5:6) 7 Le malade lui répondit : Seigneur ! je n’ai personne pour me jeter dans la piscine après que l’eau a été remuée : et pendant le temps que je mets à y aller, un autre y descend avant moi. (5:7) 8 Jésus lui dit : Levez-vous, emportez votre lit, et marchez. (5:8) 9 À l’instant cet homme fut guéri ; et prenant son lit, il commença à marcher. Or ce jour-là était un jour de sabbat. (5:9) 10 Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : C’est aujourd’hui le sabbat, il ne vous est pas permis d’emporter votre lit. (5:10) 11 Il leur répondit : Celui qui m’a guéri, m’a dit : Emportez votre lit, et marchez. (5:11) 12 Ils lui demandèrent : Qui est donc cet homme qui vous a dit : Emportez votre lit, et marchez ? (5:12) 13 Mais celui qui avait été guéri, ne savait pas lui-même qui il était : car Jésus s’était retiré de la foule du peuple qui était là. (5:13) 14 Depuis, Jésus trouva cet homme dans le temple, et lui dit : Vous voyez que vous êtes guéri ; ne péchez plus à l’avenir, de peur qu’il ne vous arrive quelque chose de pis. (5:14) 15 Cet homme s’en alla trouver les Juifs, et leur dit que c’était Jésus qui l’avait guéri. (5:15) 16 Et c’est pour cette raison que les Juifs persécutaient Jésus, parce qu’il faisait ces choses le jour du sabbat. (5:16) 17 Alors Jésus leur dit : Mon Père ne cesse point d’agir jusqu’à présent, et j’agis aussi incessamment. (5:17) 18 Mais les Juifs cherchaient encore avec plus d’ardeur à le faire mourir ; parce que non-seulement il ne gardait pas le sabbat, mais qu’il disait même que Dieu était son Père, se faisant ainsi égal à Dieu. Jésus ajouta donc, et leur dit : (5:18) 19 En vérité, en vérité je vous dis, que le Fils ne peut rien faire de lui-même, et qu’il ne fait que ce qu’il voit faire au Père : car tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait comme lui ; (5:19) 20 parce que le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des oeuvres encore plus grandes que celles-ci, en sorte que vous en serez vous-mêmes remplis d’admiration. (5:20) 21 Car comme le Père ressuscite les morts, et leur rend la vie ; ainsi le Fils donne la vie à qui il lui plaît. (5:21) 22 Car le Père ne juge personne : mais il a donné tout pouvoir de juger au Fils ; (5:22) 23 afin que tous honorent le Fils, comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore point le Fils, n’honore point le Père qui a envoyé. (5:23) 24 En vérité, en vérité je vous le dis : celui qui entend ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle, et il ne tombe point dans la condamnation ; mais il est déjà passé de la mort à la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité je vous le dis : l’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu ; et ceux qui l’entendront vivront. (5:25) 26 Car comme le Père a la vie en lui-même, il a aussi donné au Fils d’avoir la vie en lui-même ; (5:26) 27 et il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu’il est Fils de l’homme. (5:27) 28 Ne vous étonnez pas de ceci : car le temps vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres, entendront la voix du Fils de Dieu : (5:28) 29 et ceux qui auront fait de bonnes oeuvres, sortiront des tombeaux pour ressusciter à la vie ; mais ceux qui en auront fait de mauvaises, en sortiront pour ressusciter à leur condamnation. (5:29) 30 Je ne puis rien faire de moi-même. Je juge selon ce que j’entends, et mon jugement est juste ; parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si c’est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas véritable. (5:31) 32 Mais il y en a un autre qui rend témoignage de moi ; et je sais que le témoignage qu’il en rend, est véritable. (5:32) 33 Vous avez envoyé à Jean ; et il a rendu témoignage à la vérité. (5:33) 34 Pour moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage ; mais je dis ceci afin que vous soyez sauvés. (5:34) 35 Jean était une lampe ardente et luisante ; et vous avez voulu vous réjouir pour un peu de temps à la lueur de sa lumière. (5:35) 36 Mais pour moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean : car les oeuvres que mon Père m’a donné pouvoir de faire, les oeuvres, dis-je, que je fais, rendent témoignage de moi, que c’est mon Père qui m’a envoyé ; (5:36) 37 et mon Père qui m’a envoyé, a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, ni rien vu qui le représentât ; (5:37) 38 et sa parole ne demeure point en vous ; parce que vous ne croyez point à celui qu’il a envoyé. (5:38) 39 Vous lisez avec soin les Écritures, parce que vous croyez y trouver la vie éternelle ; et ce sont elles qui rendent témoignage de moi. (5:39) 40 Mais vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie. (5:40) 41 Je ne tire point ma gloire des hommes. (5:41) 42 Mais je vous connais ; et je sais que vous n’avez point en vous l’amour de Dieu. (5:42) 43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas : si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, vous qui recherchez la gloire que vous vous donnez les uns aux autres, et qui ne recherchez point la gloire qui vient de Dieu seul ? (5:44) 45 Ne pensez pas que ce soit moi qui doive vous accuser devant le Père : vous avez un accusateur, qui est Moïse, en qui vous espérez. (5:45) 46 Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi ; parce que c’est de moi qu’il a écrit. (5:46) 47 Si vous ne croyez pas ce qu’il a écrit, comment croirez-vous ce que je vous dis ? (5:47) Jean
5:1-47
6Traduction par Albert Rilliet
Édition de 1858, libre de droits.
1 Après cela eut lieu une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. (5:1) 2 Or il existe à Jérusalem, près de la porte des brebis, une piscine, celle qui est nommée en hébreu Bethsaïda ; elle est entourée de cinq portiques, (5:2) 3 dans lesquels était couchée une multitude de malades, aveugles, boiteux, paralysés. (5:3) 4 [Car un ange du Seigneur descendait de temps en temps dans la piscine et agitait l’eau ; celui donc qui entrait le premier dans la piscine après l’agitation de l’eau était guéri, de quelque maladie qu’il fût atteint.] (5:4) 5 Or il se trouvait là un homme qui était depuis trente-huit ans en état de maladie ; (5:5) 6 Jésus l’ayant vu couché, et ayant su qu’il l’était déjà depuis longtemps, lui dit : « Veux-tu être guéri ? » (5:6) 7 Le malade lui répliqua : « Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine quand l’eau a été agitée ; mais pendant que j’y vais moi-même un autre descend avant moi. » (5:7) 8 Jésus lui dit : « Lève-toi, emporte ta couchette, et marche. » (5:8) 9 Et aussitôt l’homme fut guéri, et il emporta sa couchette, et il marchait ; or ce jour-là était un jour de sabbat. (5:9) 10 Les Juifs disaient donc au guéri : « C’est un jour de sabbat, il ne t’est pas permis d’emporter ta couchette. » (5:10) 11 Mais il leur répliqua : « Celui qui m’a guéri m’a dit lui-même : Emporte ta couchette, et marche. » (5:11) 12 Ils lui demandèrent : « Qui est l’homme qui t’a dit : Emporte, et marche ? » (5:12) 13 Mais le guéri ne savait qui c’était, car Jésus s’était esquivé grâce à la foule qui se trouvait en cet endroit. (5:13) 14 Ensuite Jésus le trouve dans le temple et il lui dit : « Voici, tu as été guéri, ne pèche plus, afin qu’il ne t’arrive pas pire. » (5:14) 15 L’homme s’en alla, et il informa les Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri ; (5:15) 16 c’est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus, parce qu’il avait fait cela un jour de sabbat. (5:16) 17 Mais Jésus leur répliqua : « Mon Père travaille jusques à maintenant, et moi aussi je travaille. » (5:17) 18 A cause de cela les Juifs cherchaient donc encore plus à le faire mourir, parce que non seulement il anéantissait le sabbat, mais encore parce qu’il appelait Dieu son propre père, se faisant lui-même égal à Dieu. (5:18) 19 Il reprit donc la parole et il leur disait : « En vérité, en vérité je vous le déclare : le Fils ne peut rien faire de lui-même, s’il ne le voit faire au Père ; car quoi que fasse Celui-ci, le Fils aussi le fait pareillement ; (5:19) 20 car le Père aime le Fils, et Il lui montre tout ce qu’il fait lui-même, et Il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez émerveillés ; (5:20) 21 car comme le Père ressuscite et vivifie les morts, de même aussi le Fils vivifie qui il veut ; (5:21) 22 le Père non plus ne juge personne, mais Il a remis au Fils le jugement tout entier, (5:22) 23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père ; celui qui n’honore point le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. (5:23) 24 En vérité, en vérité je vous déclare que celui qui écoute ma parole, et qui croit en Celui qui m’a envoyé possède la vie éternelle, et il ne subit pas de jugement, mais il est passé de la mort à la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité je vous déclare que l’heure vient, et elle est maintenant arrivée, où les morts entendront la voix du fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront ; (5:25) 26 car, comme le Père a la vie en Lui-même, ainsi Il a donné aussi au Fils d’avoir la vie en lui-même, (5:26) 27 et Il lui a donné pouvoir de juger, parce que c’est un fils d’homme. (5:27) 28 Ne vous en étonnez pas, car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront, (5:28) 29 ceux qui auront fait le bien, pour une résurrection de vie, ceux qui auront fait le mal, pour une résurrection de jugement. (5:29) 30 Je ne puis, quant à moi, rien faire de moi-même ; comme j’entends je juge, et mon jugement est juste, parce que je ne recherche pas ma propre volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si c’est moi qui témoigne en ma faveur, mon témoignage n’est pas véridique ; (5:31) 32 c’est un autre qui témoigne pour moi, et je sais que le témoignage qu’il porte en ma faveur est véridique. (5:32) 33 Pour vous, vous avez envoyé auprès de Jean, et il a rendu témoignage à la vérité ; (5:33) 34 mais moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage qui m’est rendu ; si j’en parle, c’est afin que vous soyez sauvés ; (5:34) 35 il était la lampe qui brûle et qui luit, mais vous, vous avez voulu vous égayer un instant à sa lumière. (5:35) 36 Quant à moi, j’ai un témoignage qui est plus grand que celui de Jean, car les œuvres que le Père m’a données afin que je les accomplisse, ces œuvres mêmes que je fais témoignent pour moi que le Père m’a envoyé ; (5:36) 37 et le Père qui m’a envoyé, c’est Lui qui a témoigné pour moi. Jamais vous n’avez entendu Sa voix, ni vous n’avez vu Sa figure, (5:37) 38 et vous n’avez pas Sa parole demeurant en vous, car vous ne croyez pas en celui que Lui-même a envoyé. (5:38) 39 Vous scrutez les Écritures, parce que vous pensez posséder en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui témoignent pour moi, (5:39) 40 et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! (5:40) 41 Ce n’est pas que j’accepte une gloire dispensée par les hommes, (5:41) 42 mais j’ai connu que vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu ; (5:42) 43 moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, celui-là, vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, vous qui acceptez une gloire que vous vous dispensez mutuellement, et qui ne cherchez pas la gloire qui vient de l’Unique ? (5:44) 45 Ne pensez pas que ce soit moi qui vous accuserai auprès du Père ; votre accusateur auprès du Père, c’est Moïse en qui vous avez espéré ; (5:45) 46 car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, car il a écrit sur moi ; (5:46) 47 mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment pouvez-vous croire à mes paroles ? » (5:47) Jean
5:1-47
7Traduction dite Bible de Lausanne
Édition de 1861-1872, libre de droits.
1 Après ces choses, il y avait une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. (5:1) 2 Or il y a, dans Jérusalem, près de la [porte] des brebis, un réservoir d’eau, appelé en hébreu Béthesda (maison de miséricorde), ayant cinq portiques, (5:2) 3 où étaient couchés une grande multitude de malades, d’aveugles, de boiteux, d’étiques, qui attendaient le mouvement de l’eau. (5:3) 4 Car un ange descendait en [son] temps dans le réservoir et troublait l’eau ; et le premier qui entrait après que l’eau avait été troublée, était guéri, de quelque maladie qu’il fût détenu. (5:4) 5 Or il y avait là un homme qui était atteint d’une infirmité depuis trente-huit ans. (5:5) 6 Jésus le voyant couché, et connaissant qu’il en était atteint déjà depuis longtemps, lui dit : Veux-tu être guéri ? — (5:6) 7 Le malade lui répondit : Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans le réservoir quand l’eau a été troublée, et pendant que je vais un autre descend avant moi. — (5:7) 8 Jésus lui dit : Lève-toi, emporte ta couchette et marche. — (5:8) 9 Et aussitôt l’homme fut guéri, et il emporta sa couchette et il marchait. Or ce jour-là était un jour de sabbat. (5:9) 10 Les Juifs disaient donc à celui qui avait été guéri : C’est le jour du sabbat, il ne t’est pas permis d’emporter ta couchette. — (5:10) 11 Il leur répondit : Celui qui m’a guéri, c’est lui qui m’a dit : Emporte ta couchette et marche. — (5:11) 12 Ils lui demandèrent donc : Qui est l’homme qui t’a dit : Emporte ta couchette et marche ? — (5:12) 13 Mais celui qui avait été guéri ne savait qui c’était ; car Jésus s’était dérobé, vu qu’il y avait foule en cet endroit. (5:13) 14 Après cela, Jésus le trouve dans le lieu sacré, et lui dit : Te voilà guéri ; ne pèche plus, de peur que pis ne t’arrive. (5:14) 15 Cet homme s’en alla, et annonça aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. (5:15) 16 Et à cause de cela, les Juifs poursuivaient Jésus et cherchaient à le faire mourir, parce qu’il faisait ces choses le jour du sabbat. — (5:16) 17 Mais Jésus leur répondit : Mon Père travaille jusqu’à maintenant ; moi aussi je travaille. — (5:17) 18 A cause de cela donc, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, parce que non seulement il ébranlait le sabbat, mais aussi qu’il disait Dieu son propre Père, se faisant égal à Dieu. (5:18) 19 Jésus donc répondit et leur dit : Amen, amen, je vous le dis : Le Fils ne peut rien faire de son chef, à moins qu’il ne le voie faire au Père ; car quelques choses qu’il fasse, le Fils aussi les fait, pareillement. (5:19) 20 Car le Père affectionne le Fils, et il lui montre tout ce qu’il fait lui-même ; et il lui montrera de plus grandes œuvres que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement. (5:20) 21 Car comme le Père réveille les morts et les fait vivre, de même aussi le Fils fait vivre ceux qu’il veut. (5:21) 22 Car le Père non plus ne juge personne, mais il a donné le jugement tout entier au Fils, (5:22) 23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Qui n’honore pas le Fils, n’honore pas le Père qui l’a envoyé. (5:23) 24 Amen, amen, je vous le dis, qui entend ma parole, et croit celui qui m’a envoyé, a la vie Eternelle ; et il ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. (5:24) 25 Amen, amen, je vous dis que l’heure vient, et qu’elle est maintenant, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu ; et ceux qui l’auront entendue vivront. (5:25) 26 Car comme le Père a la vie en lui-même, il a aussi donné au Fils d’avoir la vie en lui-même. (5:26) 27 Et il lui a donné même l’autorité d’exercer le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme. (5:27) 28 Ne soyez point étonnés de cela ; car l’heure vient en laquelle tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix et sortiront ; (5:28) 29 ceux qui auront pratiqué le bien, pour un relèvement de vie ; mais ceux qui auront fait le mal, pour un relèvement de jugement. (5:29) 30 Pour moi, je ne puis rien faire de mon chef : je juge selon que j’entends ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté du Père qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si c’est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai. (5:31) 32 Il en est un autre qui rend témoignage de moi ; et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est vrai. (5:32) 33 Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. (5:33) 34 Pour moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage ; mais je dis ces choses afin que vous soyez sauvés. (5:34) 35 Il était, lui, la lampe ardente et brillante ; et vous, vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. (5:35) 36 Mais moi, j’ai un témoignage qui est plus grand que Jean ; car les œuvres que le Père m’a données pour les consommer, ces œuvres mêmes que je fais témoignent à mon sujet que le Père m’a envoyé. (5:36) 37 Et le Père qui m’a envoyé, a rendu lui-même témoignage à mon sujet. Vous n’avez jamais entendu sa voix, ni n’avez vu sa face ; (5:37) 38 et sa parole, vous ne l’avez point demeurant en vous, parce que vous ne croyez pas celui qu’il a envoyé. (5:38) 39 Vous scrutez les Ecritures, parce que vous pensez avoir par elles la vie Eternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi ; (5:39) 40 et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie. (5:40) 41 Une gloire de la part des hommes ! je ne la reçois pas. (5:41) 42 Mais je vous connais. Vous n’avez point en vous-mêmes l’amour de Dieu. (5:42) 43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, celui-là, vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, vous qui recevez de la gloire les uns des autres et qui ne cherchez pas la gloire qui est de la part de Dieu seul ? (5:44) 45 Ne pensez pas que ce soit moi qui doive vous accuser devant le Père ; il en est un qui vous accuse, c’est Moïse, en qui vous espérez. (5:45) 46 Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, car il a écrit de moi ; (5:46) 47 mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ? (5:47) Jean
5:1-47
8Traduction selon la Vulgate dite Bible de Gustave Doré
Édition de 1866, libre de droits.
1 Après cela, la fête des Juifs étant arrivée, Jésus alla à Jérusalem. (5:1) 2 Or il y avait à Jérusalem la piscine Probatique, appelée en hébreu Bethsaïda, et ayant cinq galeries, (5:2) 3 Sous lesquelles étaient couchés un grand nombre de malades, d’aveugles, de boiteux et de paralytiques, qui attendaient que l’eau fût agitée. (5:3) 4 Car l’ange du Seigneur, en un certain temps, descendait dans cette piscine, et l’eau était agitée ; et celui qui descendait le premier dans la piscine, après que l’eau avait été agitée, était guéri, quelque maladie qu’il eût. (5:4) 5 Or il y avait là un homme malade depuis trente-huit ans. (5:5) 6 Jésus, l’ayant vu couché, et le sachant malade depuis très-longtemps, lui dit : Voulez-vous être guéri ? (5:6) 7 Le malade lui répondit : Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine lorsque l’eau a été troublée ; car, pendant le temps que je mets à y aller, un autre descend avant moi. (5:7) 8 Jésus lui dit : Levez-vous, emportez votre lit, et marchez. (5:8) 9 Et cet homme fut guéri à l’instant ; il prit son lit et marcha. Or c’était un jour de sabbat. (5:9) 10 Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : C’est aujourd’hui le sabbat, et il ne vous est pas permis d’emporter votre lit. (5:10) 11 Il leur répondit : Celui qui m’a guéri m’a dit : Emportez votre lit, et marchez. (5:11) 12 Ils l’interrogèrent donc : Quel est cet homme qui vous a dit : Emportez votre lit, et marchez ? (5:12) 13 Mais celui qui avait été guéri ne le connaissait pas ; car Jésus s’était retiré de la foule qui était là. (5:13) 14 Jésus ensuite trouva cet homme dans le temple, et lui dit : Vous êtes guéri ; ne péchez plus, de peur qu’il ne vous arrive quelque chose de pire. (5:14) 15 Cet homme s’en alla, et dit aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. (5:15) 16 C’est pourquoi les Juifs persécutaient Jésus, parce qu’il faisait ces choses le jour du sabbat. (5:16) 17 Alors Jésus leur dit : Mon Père agit sans cesse, et j’agis également. (5:17) 18 Mais les Juifs cherchaient encore avec plus d’ardeur à le faire mourir, parce que non-seulement il violait le sabbat, mais qu’il appelait Dieu son Père, se faisant ainsi égal à Dieu. Jésus ajouta : (5:18) 19 En vérité, en vérité je vous le dis : Le Fils ne peut rien faire de lui-même, si ce n’est ce qu’il voit faire au Père ; car tout ce que le Père fait, le Fils le fait comme lui, (5:19) 20 Parce que le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres encore plus grandes que celles-ci, en sorte que vous en serez vous-mêmes dans l’admiration. (5:20) 21 Car, comme le Père ressuscite les morts, et leur rend la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il lui plaît. (5:21) 22 Le Père ne juge personne ; mais il a donné tout pouvoir de juger au Fils, (5:22) 23 Afin que tous honorent le Fils, comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore point le Père, qui l’a envoyé. (5:23) 24 En vérité, en vérité je vous le dis : Celui qui entend ma parole, et qui croit à Celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement, mais il passe de la mort à la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité je vous le dis : L’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’entendront vivront. (5:25) 26 Car, comme le Père a la vie en lui-même, il a aussi donné au Fils d’avoir la vie en lui-même ; (5:26) 27 Et il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu’il est le Fils de l’homme. (5:27) 28 Ne vous étonnez pas de cela ; car le temps vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront la voix du Fils de Dieu. (5:28) 29 Et ceux qui auront fait le bien en sortiront pour ressusciter à la vie ; mais ceux qui auront fait le mal en sortiront pour ressusciter à leur condamnation. (5:29) 30 Je ne puis rien faire de moi-même. Je juge selon ce que j’entends, et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si je rends témoignage de moi, mon témoignage n’est pas véritable. (5:31) 32 Il y en a un autre qui rend témoignage de moi ; et je sais que le témoignage qu’il en rend est véritable. (5:32) 33 Vous avez envoyé vers Jean ; et il a rendu témoignage à la vérité. (5:33) 34 Pour moi, je ne reçois pas le témoignage d’un homme ; mais je dis cela, afin que vous soyez sauvés. (5:34) 35 Jean était une lampe ardente et brillante ; et vous avez voulu pour un peu de temps vous réjouir à sa lumière. (5:35) 36 Mais j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que mon Père m’a donné pouvoir de faire les œuvres que je fais rendent témoignage de moi, que le Père m’a envoyé ; (5:36) 37 Et le Père, qui m’a envoyé, a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, ni vu sa figure ; (5:37) 38 Et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas à Celui qu’il a envoyé. (5:38) 39 Scrutez les Écritures, puisque vous croyez y trouver la vie éternelle ; ce sont elles qui rendent témoignage de moi, (5:39) 40 Et vous ne voulez pas venir à moi pour la vie. (5:40) 41 Je ne reçois point ma gloire des hommes. (5:41) 42 Mais je vous connais : vous n’avez point l’amour de Dieu en vous. (5:42) 43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, vous qui recevez la gloire que vous vous donnez les uns aux autres, et qui ne recherchez point la gloire qui vient de Dieu seul ? (5:44) 45 Ne pensez pas que je doive vous accuser devant le Père ; vous avez un accusateur, Moïse, en qui vous espérez. (5:45) 46 Car si vous croyiez à Moïse, vous me croiriez aussi, parce que c’est de moi qu’il a écrit. (5:46) 47 Si vous ne croyez pas à ce qu’il a écrit, comment croirez-vous à mes paroles ? (5:47) Jean
5:1-47
9Traduction par L. Segond & H. Oltramare
Édition de 1874, libre de droits.
1 Après cela, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. (5:1) 2 Or il y a à Jérusalem, près de la porte des Brebis, une piscine appelée en hébreu Bethesda, qui a cinq portiques. (5:2) 3 Là étaient couchés par terre un grand nombre de malades, des aveugles, des boiteux, des gens ayant quelque membre sec. (5:3) 4 [Note : Car un ange descendait, à certains moments, dans la piscine, et agitait l’eau. Le premier donc qui entrait dans l’eau, après qu’elle avait été agitée, était guéri de sa maladie, quelle qu’elle fût.] (5:4) 5 Il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans. (5:5) 6 Jésus le voyant couché, et reconnaissant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit : « Tu veux être guéri ? » (5:6) 7 Le malade lui répondit : « Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine quand l’eau est agitée, et, pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. » (5:7) 8 Jésus lui dit : « Lève-toi, prends ton lit et marche. » (5:8) 9 Aussitôt cet homme fut guéri : il prit son lit et se mit à marcher. Or c’était un jour de sabbat. (5:9) 10 Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : « C’est le sabbat, il ne t’est pas permis de porter ton lit. » (5:10) 11 Il leur répondit : « Celui qui m’a guéri m’a dit : « Prends ton lit, et marche. » (5:11) 12 Ils lui demandèrent : « Qui est cet homme qui t’a dit : Prends et marche ? » (5:12) 13 Mais le malade l’ignorait, car Jésus s’était esquivé, grâce à la foule qui était en cet endroit. (5:13) 14 Plus tard, le trouvant dans le temple, Jésus lui dit : « Te voilà guéri, ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pis. » (5:14) 15 Cet homme alla rapporter aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. (5:15) 16 Aussi les Juifs persécutaient-ils Jésus, parce qu’il faisait ces choses le jour du sabbat. (5:16) 17 Mais Jésus leur répondit : « Mon Père agit continuellement, et moi aussi, j’agis. » (5:17) 18 C’est pourquoi les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non-seulement parce qu’il violait le sabbat, mais encore parce qu’il disait que Dieu était son propre Père, se faisant égal à Dieu. (5:18) 19 Jésus prenant la parole, leur dit : « En vérité, en vérité, je vous dis que le Fils ne peut rien faire de lui-même, s’il ne le voit faire au Père ; car ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. (5:19) 20 Le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-là, afin que vous soyez dans l’étonnement. (5:20) 21 Car, de même que le Père ressuscite les morts et donne la vie, de même le Fils donne la vie à qui il veut. (5:21) 22 Le Père même ne juge personne, mais il a remis au Fils le jugement tout entier, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. (5:22) 23 Celui qui n’honore point le Fils, n’honore point le Père qui l’a envoyé. (5:23) 24 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit en celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle ; et il n’est point amené en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront ; (5:25) 26 car, de même que le Père a la vie en lui-même, de même il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même. (5:26) 27 Il lui a même donné le pouvoir d’exercer le jugement, parce qu’il est un fils d’homme. (5:27) 28 Ne vous en étonnez point, car l’heure vient, où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront : (5:28) 29 ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour la condamnation. (5:29) 30 Je ne puis rien faire de moi-même ; je juge selon que j’entends ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si c’est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai. (5:31) 32 Il y en a un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu’il me rend est vrai. (5:32) 33 Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. (5:33) 34 Pour moi, je n’emprunte pas le témoignage d’un homme, mais ce que je vous en dis, c’est afin que vous soyez sauvés. (5:34) 35 Jean était la lampe qui brûle et luit, mais vous n’avez voulu vous réjouir qu’un moment à sa lumière. (5:35) 36 Pour moi, j’ai un témoignage qui est supérieur à celui de Jean, ce sont les œuvres que mon Père m’a donné d’accomplir : ces œuvres mêmes rendent témoignage de moi, elles attestent que mon Père m’a envoyé. (5:36) 37 Et le Père, qui m’a envoyé, a rendu lui-même témoignage de moi : sa voix, vous ne l’avez jamais entendue ; sa face, vous ne l’avez jamais vue ; (5:37) 38 et sa parole... vous ne la gardez pas en vous, puisque vous ne croyez pas en celui qu’il a envoyé. (5:38) 39 Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez y trouver la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi ; (5:39) 40 mais vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie. (5:40) 41 Je ne demande pas ma gloire aux hommes ; (5:41) 42 mais je vous connais, je sais que vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu. (5:42) 43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres et qui ne recherchez pas la gloire qui vient de Dieu seul. (5:44) 45 Ne pensez pas que ce soit moi qui doive vous accuser devant le Père ; votre accusateur, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance, (5:45) 46 car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez, parce qu’il a parlé de moi ; (5:46) 47 mais si vous n’ajoutez pas foi à ses écrits, comment ajouteriez-vous foi à mes paroles ? » (5:47) Jean
5:1-47
10Traduction par J. N. Darby
Édition de 1885, libre de droits.
1 — Après ces choses, il y avait une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. (5:1) 2 Or il y a à Jérusalem, près de la porte des brebis, un réservoir d’eau, appelé en hébreu Béthesda, ayant cinq portiques, (5:2) 3 dans lesquels étaient couchés une multitude d’infirmes, d’aveugles, de boiteux et de gens qui avaient les membres secs, [attendant le mouvement de l’eau. (5:3) 4 Car à de certaines saisons un ange descendait dans le réservoir et agitait l’eau ; le premier donc qui entrait après que l’eau avait été agitée, était guéri, de quelque maladie qu’il fût pris]. (5:4) 5 Or il y avait là un homme infirme depuis trente-huit ans. (5:5) 6 Jésus, le voyant couché là, et sachant qu’il était dans cet état déjà depuis longtemps, lui dit : Veux-tu être guéri ? (5:6) 7 Le malade lui répondit : Seigneur, je n’ai personne qui, lorsque l’eau a été agitée, me jette dans le réservoir ; et, pendant que moi je viens, un autre descend avant moi. (5:7) 8 Jésus lui dit : Lève-toi, prends ton petit lit, et marche. (5:8) 9 Et aussitôt l’homme fut guéri, et il prit son petit lit, et marcha. Or c’était sabbat ce jour-là. (5:9) 10 Les Juifs donc dirent à celui qui avait été guéri : C’est [un jour de] sabbat ; il ne t’est pas permis de prendre ton petit lit. (5:10) 11 Il leur répondit : Celui qui m’a guéri, celui-là m’a dit : Prends ton petit lit, et marche. (5:11) 12 Ils lui demandèrent donc : Qui est l’homme qui t’a dit : Prends ton petit lit, et marche ? (5:12) 13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était ; car Jésus s’était retiré de là, une foule se trouvant dans ce lieu. (5:13) 14 Après ces choses, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit : Voici, tu es guéri ; ne pèche plus, de peur que pis ne t’arrive. (5:14) 15 L’homme s’en alla et annonça aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. (5:15) 16 Et à cause de cela les Juifs persécutaient Jésus [et cherchaient à le faire mourir], parce qu’il avait fait ces choses en un jour de sabbat. (5:16) 17 Mais Jésus leur répondit : Mon Père travaille jusqu’à maintenant, et moi je travaille. (5:17) 18 À cause de cela donc les Juifs cherchaient d’autant plus à le faire mourir, parce que non seulement il violait le sabbat, mais aussi parce qu’il disait que Dieu était son propre Père, se faisant égal à Dieu. (5:18) 19 Jésus donc répondit et leur dit : En vérité, en vérité, je vous dis : Le Fils ne peut rien faire de lui-même, à moins qu’il ne voie faire une chose au Père, car quelque chose que celui-ci fasse, cela, le Fils aussi de même le fait. (5:19) 20 Car le Père aime le Fils, et lui montre toutes les choses qu’il fait lui-même, et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’admiration. (5:20) 21 Car comme le Père réveille les morts et les vivifie, de même aussi le Fils vivifie ceux qu’il veut ; (5:21) 22 car aussi le Père ne juge personne, mais il a donné tout le jugement au Fils ; (5:22) 23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils, n’honore pas le Père qui l’a envoyé. (5:23) 24 En vérité, en vérité, je vous dis que celui qui entend ma parole, et qui croit celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement ; mais il est passé de la mort à la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité, je vous dis que l’heure vient, et elle est maintenant, que les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. (5:25) 26 Car comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils aussi d’avoir la vie en lui-même ; (5:26) 27 et il lui a donné autorité de juger aussi, parce qu’il est fils de l’homme. (5:27) 28 Ne vous étonnez pas de cela ; car l’heure vient en laquelle tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix ; (5:28) 29 et ils sortiront, ceux qui auront pratiqué le bien, en résurrection de vie ; et ceux qui auront fait le mal, en résurrection de jugement. (5:29) 30 Je ne puis rien faire, moi, de moi-même ; je juge selon ce que j’entends, et mon jugement est juste ; car je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si moi je rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai. (5:31) 32 C’est un autre qui rend témoignage de moi ; et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est vrai. (5:32) 33 Vous, vous avez envoyé auprès de Jean, et il a rendu témoignage à la vérité ; (5:33) 34 mais moi, je ne reçois pas témoignage de l’homme, mais je dis ces choses afin que vous, vous soyez sauvés. (5:34) 35 Celui-là était la lampe ardente et brillante ; et vous, vous avez voulu vous réjouir pour un temps à sa lumière ; (5:35) 36 mais moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que le Père m’a données pour les accomplir, ces œuvres mêmes que je fais rendent témoignage de moi, que le Père m’a envoyé. (5:36) 37 Et le Père qui m’a envoyé, lui, a rendu témoignage de moi. Jamais vous n’avez entendu sa voix, ni vu sa figure ; (5:37) 38 et vous n’avez pas sa parole demeurant en vous ; car celui-là que lui a envoyé, vous, vous ne le croyez pas. (5:38) 39 Sondez les écritures, car vous, vous estimez avoir en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi : (5:39) 40 — et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie. (5:40) 41 Je ne reçois pas de gloire des hommes ; (5:41) 42 mais je vous connais, [et je sais] que vous n’avez pas l’amour de Dieu en vous. (5:42) 43 Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, celui-là vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, vous qui recevez de la gloire l’un de l’autre et qui ne cherchez pas la gloire qui [vient] de Dieu seul ? (5:44) 45 Ne pensez pas que moi, je vous accuserai devant le Père ; il y en a un qui vous accuse, Moïse en qui vous espérez. (5:45) 46 Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi ; car lui a écrit de moi. (5:46) 47 Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ? (5:47) Jean
5:1-47
11Traduction par L. Cl. Fillion
Édition de 1889, libre de droits.
1 Après cela, il y avait une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. (5:1) 2 Or il y a à Jérusalem la piscine des Brebis, qui s’appelle en hébreu Bethsaïda, et qui a cinq portiques. (5:2) 3 Sous ces portiques étaient étendus un grand nombre de malades, d’aveugles, de boiteux, de paralytiques, qui attendaient le mouvement de l’eau. (5:3) 4 Car l’ange du Seigneur descendait de temps en temps dans la piscine, et en agitait l’eau ; et celui qui descendait le premier dans la piscine après que l’eau avait été agité était guéri, quelle que fût sa maladie. (5:4) 5 Or il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans. (5:5) 6 Jésus, l’ayant vu couché et sachant qu’il était malade depuis longtemps déjà, lui dit : Veux-tu être guéri ? (5:6) 7 Le malade lui répondit : Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine lorsque l’eau a été agitée ; et pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. (5:7) 8 Jésus lui dit : Lève-toi, prends ton grabat, et marche. (5:8) 9 Et aussitôt cet homme fut guéri, et il prit son grabat, et marcha. Or ce jour-là était un jour de sabbat. (5:9) 10 Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : C’est le sabbat ; il ne t’est pas permis d’emporter ton grabat. (5:10) 11 Il leur répondit : Celui-là même qui m’a guéri m’a dit : Prends ton grabat, et marche. (5:11) 12 Ils lui demandèrent : Quel est cet homme qui t’a dit : Prends ton grabat, et marche ? (5:12) 13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était ; car Jésus s’était retiré de la foule rassemblée en ce lieu. (5:13) 14 Plus tard, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit : Voici que tu as été guéri ; ne pèche plus désormais, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. (5:14) 15 Cet homme alla, et annonça aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. (5:15) 16 C’est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus, parce qu’il faisait ces choses le jour du sabbat. (5:16) 17 Mais Jésus leur répondit : Mon Père agit jusqu’à présent, et moi aussi j’agis. (5:17) 18 A cause de cela, les Juifs cherchaient encore davantage à le faire mourir, parce que non seulement il violait le sabbat, mais parce qu’en outre il disait que Dieu était son Père, se faisant égal à Dieu. Jésus reprit donc la parole, et leur dit : (5:18) 19 En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, si ce n’est ce qu’il voit faire au Père ; car tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. (5:19) 20 Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’admiration. (5:20) 21 De même, en effet, que le Père ressuscite les morts et les vivifie, de même aussi le Fils vivifie ceux qu’il veut. (5:21) 22 Car le Père ne juge personne ; mais il a remis tout le jugement au Fils, (5:22) 23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils, n’honore pas le Père qui l’a envoyé. (5:23) 24 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement ; mais il est passé de la mort à la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. (5:25) 26 Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné également au Fils d’avoir la vie en lui-même ; (5:26) 27 et il lui a donné le pouvoir d’exercer un jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme. (5:27) 28 Ne vous étonnez pas de cela ; car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront la voix du Fils de Dieu ; (5:28) 29 et ceux qui auront fait le bien en sortiront pour la résurrection de la vie ; mais ceux qui auront fait le mal en sortiront pour la résurrection du jugement. (5:29) 30 Je ne puis rien faire de moi-même : selon ce que j’entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si c’est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai. (5:31) 32 C’est un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est vrai. (5:32) 33 Vous avez envoyé auprès de Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. (5:33) 34 Pour moi, ce n’est pas d’un homme que je recois le témoignage ; mais je dis cela afin que vous soyez sauvés. (5:34) 35 Jean était une lampe ardente et brillante ; et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. (5:35) 36 Mais moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que le Pére m’a données d’accomplir, les œuvres mêmes que je fais, rendent de moi le témoignage que c’est le Père qui m’a envoyé. (5:36) 37 Le Pére, qui m’a envoyé, a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, ni contemplé sa face. (5:37) 38 Et vous n’avez pas sa parole demeurant en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu’il a envoyé. (5:38) 39 Vous scrutez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie eternelle ; ce sont elles aussi qui rendent témoignage de moi. (5:39) 40 Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie. (5:40) 41 Je n’accepte pas la gloire qui vient des hommes. (5:41) 42 Mais je vous connais, et je sais que vous n’avez pas l’amour de Dieu en vous. (5:42) 43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez point la gloire qui vient de Dieu seul ? (5:44) 45 Ne pensez pas que ce soit moi qui vous accuserai devant le Père ; celui qui vous accuse, c’est Moïse, en qui vous espérez. (5:45) 46 Car, si vous croyiez à Moïse, vous croiriez aussi en moi, puisque c’est de moi qu’il a écrit. (5:46) 47 Mais, si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ? (5:47) Jean
5:1-47
12Traduction par Edmond Stapfer
Édition de 1889, libre de droits.
1 Après cela, vint une fête des Juifs et Jésus monta à Jérusalem. (5:1) 2 Or, il s’y trouve près de la Porte-des-Brebis une piscine (le mot hébreu est Bethzatha) ; elle a cinq portiques (5:2) 3 sous lesquels étaient étendus une multitude de malades : aveugles, estropiés, perclus. [Ils attendaient l’agitation de l’eau ;] (5:3) 4 [à certains moments, en effet, un ange descendait dans la piscine et mettait l’eau en mouvement, et le premier qui entrait dans la piscine après ce bouillonnement de l’eau était guéri, quelle que fût sa maladie.] (5:4) 5 Il y avait là un homme dont la maladie remontait à trente-huit ans. (5:5) 6 Le voyant couché et sachant qu’il était là depuis longtemps, Jésus lui dit : « Veux-tu être guéri ? » (5:6) 7 — « Seigneur, lui répondit le malade, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine lorsque l’eau vient à bouillonner. Pendant que j’y vais, un autre y descend avant moi. » (5:7) 8 Jésus lui dit : « Lève-toi, prends ton grabat et marche. » (5:8) 9 Cet homme fut immédiatement guéri ; il prit son grabat ; il marchait. Or ceci se passait en un jour de sabbat. (5:9) 10 Alors les Juifs s’adressèrent à l’homme guéri : « C’est le jour du sabbat ; il ne t’est point permis d’emporter ce grabat. » (5:10) 11 Il leur répliqua : « Celui-là même qui m’a guéri m’a dit : « Prends ton grabat et marche. » (5:11) 12 — « Quel est cet homme, lui demandèrent-ils, qui t’a dit de le prendre et de marcher ? » (5:12) 13 Mais l’homme guéri ne savait pas qui c’était ; Jésus, d’ailleurs, s’était retiré parce qu’il y avait foule en ce lieu. (5:13) 14 Quelque temps après Jésus rencontra cet homme dans le Temple et lui dit : « Te voilà guéri ; ne pèche plus de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. » (5:14) 15 Cet homme s’en alla dire aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. (5:15) 16 Et c’est parce que Jésus agissait de la sorte le jour du sabbat, c’est pour cela même que les Juifs le poursuivaient. (5:16) 17 Mais lui, il leur dit : « Mon Père jusqu’à présent agit, et moi aussi j’agis. » (5:17) 18 Là-dessus, les Juifs cherchaient d’autant plus à le faire mourir ; non seulement parce qu’il annulait le sabbat, mais parce qu’en outre il disait que Dieu était son propre Père, se faisant l’égal de Dieu. (5:18) 19 Jésus alors leur adressa ces paroles : « En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même ; il ne fait que ce qu’il voit faire au Père. En effet, tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait également ; (5:19) 20 car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, pour que vous soyez remplis d’admiration. (5:20) 21 De même, en effet, que le Père ressuscite les morts et vivifie, de, même le Fils vivifie qui il veut. (5:21) 22 Car le Père ne juge qui que ce soit ; mais il a remis au Fils tout le jugement (5:22) 23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. » (5:23) 24 « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et croit à Celui qui m’a envoyé, possède une vie éternelle et ne comparaît point en jugement : de la mort il est passé à la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité, je vous le dis, il vient une heure, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. (5:25) 26 Car, comme le Père a la vie en soi, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en soi, (5:26) 27 et il lui a donné la puissance d’exercer un jugement, parce qu’il est fils d’homme. (5:27) 28 Ne vous étonnez pas de cela ; car il vient une heure où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, (5:28) 29 et en sortiront ; ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour vivre, et ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour être jugés. » (5:29) 30 « Je ne puis, moi, rien faire de moi-même ; comme j’entends, je juge, et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. » (5:30) 31 « Si c’est moi qui me rends témoignage à moi-même, mon témoignage n’est pas véridique. (5:31) 32 Il en est un autre qui me rend témoignage, et le témoignage qu’il me rend est, je le sais, véridique. » (5:32) 33 « Vous vous êtes adressés à Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. (5:33) 34 Quant à moi, ce n’est pas le témoignage qui vient d’un homme que j’accepte, mais j’en parle afin que vous soyez sauvés. (5:34) 35 Il était lui le flambeau qui brûle et qui brille et, à sa clarté, vous vous êtes plu un moment à vous réjouir. » (5:35) 36 « Quant à moi, j’ai le témoignage qui est plus grand que celui de Jean ; car j’ai les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir ; ce sont ces œuvres mêmes, celles que je fais, qui rendent témoignage de moi et attestent que le Père m’a envoyé. » (5:36) 37 « De plus, le Père qui m’a envoyé a, lui aussi, rendu témoignage de moi. Vous n’avez jamais ni écouté sa voix ni contemplé sa face, (5:37) 38 et sa parole vous ne l’avez pas demeurant en vous, puisque vous ne croyez pas à celui qu’Il a envoyé. » (5:38) 39 « Vous scrutez les Écritures, parce que vous pensez y trouver la vie éternelle, et elles aussi, elles me rendent témoignage. » (5:39) 40 « Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! » (5:40) 41 « La gloire qui vient des hommes, je ne l’accepte pas ; (5:41) 42 mais je vous connais pour n’avoir pas l’amour de Dieu en vous : (5:42) 43 moi, qui suis venu au nom de mon Père, vous ne me recevez pas ! Qu’un autre se présente en son propre nom, et vous le recevrez ! » (5:43) 44 « Comment pourriez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres et ne recherchez pas la gloire qui vient de Dieu seul ? (5:44) 45 Ne pensez pas que, devant le Père, ce soit moi qui vous accuserai. Votre accusateur c’est Moïse en qui vous mettez votre espoir. (5:45) 46 Car si vous croyiez à Moïse, vous croiriez à moi-même ; en effet, c’est de moi que parlent ses écrits ; (5:46) 47 mais si vous ne croyez pas à ce qu’il a écrit, comment croirez-vous à mes paroles ? » (5:47) Jean
5:1-47
13Traduction du rabbinat par Zadoc Kahn
Édition de 1899-1906, libre de droits.
— Cette traduction ne possède que l'Ancien Testament.
14Traduction par Louis Segond
Édition de 1910, libre de droits.
1 Après cela, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. (5:1) 2 Or, à Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s’appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques. (5:2) 3 Sous ces portiques étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, qui attendaient le mouvement de l’eau ; (5:3) 4 car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l’eau ; et celui qui y descendait le premier après que l’eau avait été agitée était guéri, quelle que fût sa maladie. (5:4) 5 Là se trouvait un homme malade depuis trente-huit ans. (5:5) 6 Jésus, l’ayant vu couché, et sachant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit : Veux-tu être guéri ? (5:6) 7 Le malade lui répondit : Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine quand l’eau est agitée, et, pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. (5:7) 8 Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche. (5:8) 9 Aussitôt cet homme fut guéri ; il prit son lit, et marcha. (5:9) 10 C’était un jour de sabbat. Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : C’est le sabbat ; il ne t’est pas permis d’emporter ton lit. (5:10) 11 Il leur répondit : Celui qui m’a guéri m’a dit : Prends ton lit, et marche. (5:11) 12 Ils lui demandèrent : Qui est l’homme qui t’a dit : Prends ton lit, et marche ? (5:12) 13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était ; car Jésus avait disparu de la foule qui était en ce lieu. (5:13) 14 Depuis, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit : Voici, tu as été guéri ; ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. (5:14) 15 Cet homme s’en alla, et annonça aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. (5:15) 16 C’est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus, parce qu’il faisait ces choses le jour du sabbat. (5:16) 17 Mais Jésus leur répondit : Mon Père agit jusqu’à présent ; moi aussi, j’agis. (5:17) 18 À cause de cela, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu’il violait le sabbat, mais parce qu’il appelait Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu. (5:18) 19 Jésus reprit donc la parole, et leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. (5:19) 20 Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement. (5:20) 21 Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut. (5:21) 22 Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, (5:22) 23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. (5:23) 24 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu ; et ceux qui l’auront entendue vivront. (5:25) 26 Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même. (5:26) 27 Et il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu’il est Fils de l’homme. (5:27) 28 Ne vous étonnez pas de cela ; car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront. (5:28) 29 Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement. (5:29) 30 Je ne puis rien faire de moi-même : selon que j’entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si c’est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai. (5:31) 32 Il y en a un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est vrai. (5:32) 33 Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. (5:33) 34 Pour moi ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage ; mais je dis ceci, afin que vous soyez sauvés. (5:34) 35 Jean était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. (5:35) 36 Moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir, ces œuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c’est le Père qui m’a envoyé. (5:36) 37 Et le Père qui m’a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez point vu sa face, (5:37) 38 et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu’il a envoyé. (5:38) 39 Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. (5:39) 40 Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! (5:40) 41 Je ne tire pas ma gloire des hommes. (5:41) 42 Mais je sais que vous n’avez point en vous l’amour de Dieu. (5:42) 43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez point la gloire qui vient de Dieu seul ? (5:44) 45 Ne pensez pas que moi je vous accuserai devant le Père ; celui qui vous accuse, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. (5:45) 46 Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu’il a écrit de moi. (5:46) 47 Mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ? (5:47) Jean
5:1-47
15Traduction par Augustin Crampon
Édition de 1923, libre de droits.
1 Après cela, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. (5:1) 2 Or, à Jérusalem, près de la porte des Brebis, il y a une piscine qui s’appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques. (5:2) 3 Sous ces portiques étaient couchés un grand nombre de malades, d’aveugles, de boiteux et de paralytiques ; [ils attendaient le bouillonnement de l’eau. (5:3) 4 Car un ange du Seigneur descendait à certains temps dans la piscine, et agitait l’eau : et celui qui y descendait le premier après l’agitation de l’eau, était guéri de son infirmité quelle qu’elle fût]. (5:4) 5 Là se trouvait un homme malade depuis trente-huit ans. (5:5) 6 Jésus l’ayant vu gisant, et sachant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit : “ Veux-tu être guéri ? ˮ (5:6) 7 Le malade lui répondit : “ Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine dès que l’eau est agitée, et pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. ˮ (5:7) 8 Jésus lui dit : “ Lève-toi, prends ton grabat et marche. ˮ (5:8) 9 Et à l’instant cet homme fut guéri ; il prit son grabat et se mit à marcher. C’était un jour de sabbat. (5:9) 10 Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : “ C’est le sabbat, il ne t’est pas permis d’emporter ton grabat. ˮ (5:10) 11 Il leur répondit : “ Celui qui m’a guéri m’a dit : Prends ton grabat et marche. ˮ (5:11) 12 Ils lui demandèrent : “ Qui est l’homme qui t’a dit : Prends ton grabat et marche ? ˮ (5:12) 13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était ; car Jésus s’était esquivé, grâce à la foule qui était en cet endroit. (5:13) 14 Plus tard, Jésus le trouva dans le temple et lui dit : “ Te voilà guéri ; ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. ˮ (5:14) 15 Cet homme s’en alla, et annonça aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. (5:15) 16 C’est pourquoi les Juifs persécutaient Jésus, parce qu’il faisait ces choses le jour du sabbat. (5:16) 17 Mais Jésus leur dit : “ Mon Père agit jusqu’à présent, et moi aussi j’agis. ˮ (5:17) 18 Sur quoi, les Juifs cherchaient encore avec plus d’ardeur à le faire mourir, parce que, non content de violer le sabbat, il disait encore que Dieu était son père, se faisant égal à Dieu. Jésus reprit donc la parole et leur dit : (5:18) 19 “ En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, mais seulement ce qu’il voit faire au Père ; et tout ce que fait le Père, le Fils aussi le fait pareillement. (5:19) 20 Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, qui vous jetteront dans l’étonnement. (5:20) 21 Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, aussi le Fils donne la vie à qui il veut. (5:21) 22 Le Père même ne juge personne, mais il a donné au Fils le jugement tout entier, (5:22) 23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. (5:23) 24 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et croit à celui qui m’a envoyé a la vie éternelle, et n’encourt point la condamnation, mais il est passé de la mort à la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. (5:25) 26 Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même ; (5:26) 27 et il lui a aussi donné le pouvoir de juger, parce qu’il est Fils de l’homme. (5:27) 28 Ne vous en étonnez pas ; car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix. (5:28) 29 Et ils en sortiront, ceux qui auront fait le bien, pour une résurrection de vie ; ceux qui auront fait le mal, pour une résurrection de condamnation. (5:29) 30 Je ne puis rien faire de moi-même. Selon que j’entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma propre volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si c’est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas véridique. (5:31) 32 Il y en a un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est véridique. (5:32) 33 Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. (5:33) 34 Pour moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage ; mais je dis cela afin que vous soyez sauvés. (5:34) 35 Jean était la lampe qui brûle et luit, mais vous n’avez voulu que vous réjouir un moment à sa lumière. (5:35) 36 Pour moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir, ces œuvres mêmes que je fais, rendent témoignage de moi, que c’est le Père qui m’a envoyé. (5:36) 37 Et le Père qui m’a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, ni vu sa face, (5:37) 38 et vous n’avez point sa parole demeurant en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu’il a envoyé. (5:38) 39 Vous scrutez les Écritures, parce que vous pensez trouver en elles la vie éternelle ; (5:39) 40 or, ce sont elles qui rendent témoignage de moi ; et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie. (5:40) 41 Ce n’est point que je demande ma gloire aux hommes ; (5:41) 42 mais je vous connais, je sais que vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu. (5:42) 43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; qu’un autre vienne en son propre nom, vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres, et qui ne recherchez pas la gloire qui vient de Dieu seul ? (5:44) 45 Ne pensez pas que ce soit moi qui vous accuserai devant le Père ; votre accusateur, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. (5:45) 46 Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu’il a écrit de moi. (5:46) 47 Mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ? ˮ (5:47) Jean
5:1-47
16Nouvelle édition de Genève
Édition de 1979 © Copyright.[+]
1 Après cela, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. (5:1) 2 Or, à Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s’appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques. (5:2) 3 Sous ces portiques étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, [qui attendaient le mouvement de l’eau ; (5:3) 4 car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l’eau ; et celui qui y descendait le premier après que l’eau avait été agitée était guéri, quelle que soit sa maladie]. (5:4) 5 Là se trouvait un homme malade depuis trente-huit ans. (5:5) 6 Jésus, l’ayant vu couché, et sachant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit : Veux-tu être guéri ? (5:6) 7 Le malade lui répondit : Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine quand l’eau est agitée, et, pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. (5:7) 8 Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche. (5:8) 9 Aussitôt cet homme fut guéri ; il prit son lit, et marcha. (5:9) 10 C’était un jour de sabbat. Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : C’est le sabbat ; il ne t’est pas permis d’emporter ton lit. (5:10) 11 Il leur répondit : Celui qui m’a guéri m’a dit : Prends ton lit, et marche. (5:11) 12 Ils lui demandèrent : Qui est l’homme qui t’a dit : Prends ton lit, et marche ? (5:12) 13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était ; car Jésus avait disparu de la foule qui était en ce lieu. (5:13) 14 Depuis, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit : Voici, tu as été guéri ; ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. (5:14) 15 Cet homme s’en alla, et annonça aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. (5:15) 16 C’est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus, parce qu’il faisait ces choses le jour du sabbat. (5:16) 17 Mais Jésus leur répondit : Mon Père agit jusqu’à présent ; moi aussi, j’agis. (5:17) 18 A cause de cela, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu’il violait le sabbat, mais parce qu’il appelait Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu. (5:18) 19 Jésus reprit donc la parole, et leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. (5:19) 20 Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement. (5:20) 21 Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut. (5:21) 22 Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, (5:22) 23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. (5:23) 24 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu ; et ceux qui l’auront entendue vivront. (5:25) 26 Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même. (5:26) 27 Et il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu’il est Fils de l’homme. (5:27) 28 Ne vous étonnez pas de cela ; car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront. (5:28) 29 Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement. (5:29) 30 Je ne puis rien faire de moi-même : d’après ce que j’entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si c’est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai. (5:31) 32 Il y en a un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est vrai. (5:32) 33 Vous avez envoyé une délégation vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. (5:33) 34 Pour moi ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage ; mais je dis ceci, afin que vous soyez sauvés. (5:34) 35 Jean était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. (5:35) 36 Moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir, ces œuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c’est le Père qui m’a envoyé. (5:36) 37 Et le Père qui m’a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez point vu sa face, (5:37) 38 et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu’il a envoyé. (5:38) 39 Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. (5:39) 40 Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! (5:40) 41 Je ne tire pas ma gloire des hommes. (5:41) 42 Mais je sais que vous n’avez point en vous l’amour de Dieu. (5:42) 43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez point la gloire qui vient de Dieu seul ? (5:44) 45 Ne pensez pas que moi je vous accuserai devant le Père ; celui qui vous accuse, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. (5:45) 46 Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu’il a écrit à mon sujet. (5:46) 47 Mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ? (5:47) Jean
5:1-47
17Traduction Louis Segond 21
Édition de 2007 © Copyright.[+]
1 Après cela, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. (5:1) 2 Or, à Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s’appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques. (5:2) 3 Sous ces portiques étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, qui attendaient le mouvement de l’eau ; (5:3) 4 car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l’eau ; et celui qui y descendait le premier après que l’eau avait été agitée était guéri, quelle que fût sa maladie. (5:4) 5 Là se trouvait un homme malade depuis trente-huit ans. (5:5) 6 Jésus, l’ayant vu couché, et sachant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit : Veux-tu être guéri ? (5:6) 7 Le malade lui répondit : Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine quand l’eau est agitée, et, pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. (5:7) 8 Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche. (5:8) 9 Aussitôt cet homme fut guéri ; il prit son lit, et marcha. (5:9) 10 C’était un jour de sabbat. Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : C’est le sabbat ; il ne t’est pas permis d’emporter ton lit. (5:10) 11 Il leur répondit : Celui qui m’a guéri m’a dit : Prends ton lit, et marche. (5:11) 12 Ils lui demandèrent : Qui est l’homme qui t’a dit : Prends ton lit, et marche ? (5:12) 13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était ; car Jésus avait disparu de la foule qui était en ce lieu. (5:13) 14 Depuis, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit : Voici, tu as été guéri ; ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. (5:14) 15 Cet homme s’en alla, et annonça aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. (5:15) 16 C’est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus, parce qu’il faisait ces choses le jour du sabbat. (5:16) 17 Mais Jésus leur répondit : Mon Père agit jusqu’à présent ; moi aussi, j’agis. (5:17) 18 À cause de cela, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu’il violait le sabbat, mais parce qu’il appelait Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu. (5:18) 19 Jésus reprit donc la parole, et leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. (5:19) 20 Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement. (5:20) 21 Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut. (5:21) 22 Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, (5:22) 23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. (5:23) 24 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu ; et ceux qui l’auront entendue vivront. (5:25) 26 Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même. (5:26) 27 Et il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu’il est Fils de l’homme. (5:27) 28 Ne vous étonnez pas de cela ; car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront. (5:28) 29 Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement. (5:29) 30 Je ne puis rien faire de moi-même : selon que j’entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si c’est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai. (5:31) 32 Il y en a un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est vrai. (5:32) 33 Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. (5:33) 34 Pour moi ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage ; mais je dis ceci, afin que vous soyez sauvés. (5:34) 35 Jean était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. (5:35) 36 Moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir, ces œuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c’est le Père qui m’a envoyé. (5:36) 37 Et le Père qui m’a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez point vu sa face, (5:37) 38 et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu’il a envoyé. (5:38) 39 Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. (5:39) 40 Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! (5:40) 41 Je ne tire pas ma gloire des hommes. (5:41) 42 Mais je sais que vous n’avez point en vous l’amour de Dieu. (5:42) 43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez point la gloire qui vient de Dieu seul ? (5:44) 45 Ne pensez pas que moi je vous accuserai devant le Père ; celui qui vous accuse, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. (5:45) 46 Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu’il a écrit de moi. (5:46) 47 Mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ? (5:47) Jean
5:1-47
18Traduction française de la Bible King James par N. L. Stratford
Édition de 2022 © Copyright.[+]
1 Après cela, il y eut une fête des Juifs ; et Jésus monta à Jérusalem. (5:1) 2 Or il y a à Jérusalem, près du marché aux moutons, un réservoir, qui est appelé en hébreu Bethesda, ayant cinq porches. (5:2) 3 Dans lesquels étaient étendus une grande multitude de gens perclus, d’aveugles, de boiteux, aux membres atrophiés qui attendaient le mouvement de l’eau. (5:3) 4 Car un ange descendait à un certain moment dans le réservoir, et agitait l’eau : quiconque donc entrait le premier après que l’eau avait été agitée, était rendu bien portant, quelque fût son mal. (5:4) 5 Et il y avait là un certain homme qui était infirme depuis trente-huit ans. (5:5) 6 Lorsque Jésus le vit étendu, et sut qu’il était dans cet état depuis longtemps, il lui dit : Veux-tu être rendu bien portant ? (5:6) 7 L’homme perclus lui répondit : Sire, je n’ai personne pour me mettre dans le réservoir quand l’eau est agitée : mais pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. (5:7) 8 Jésus lui dit : Lève-toi, prends ton lit, et marche. (5:8) 9 Et immédiatement l’homme fut rendu bien portant, et prit son lit, et marcha : et ce jour-là était le sabbat. (5:9) 10 ¶ Les Juifs donc disaient à celui qui avait été rétabli : C’est le jour du sabbat : il ne t’est pas permis de porter ton lit. (5:10) 11 Il leur répondit : Celui qui m’a rendu bien portant, celui-là même m’a dit, Prends ton lit, et marche. (5:11) 12 Alors ils lui demandèrent : Qui est cet homme qui t’a dit, Prends ton lit, et marche ? (5:12) 13 Et celui qui avait été guéri ne savait qui c’était : car Jésus s’était retiré de là, une multitude étant dans ce lieu. (5:13) 14 Ensuite Jésus le trouve dans le temple, et lui dit : Voici, tu es bien portant : ne pèche plus, de peur que quelque chose de pire ne t’arrive. (5:14) 15 L’homme partit et dit aux Juifs que c’était Jésus, qui l’avait rendu bien portant. (5:15) 16 Et par conséquent les Juifs persécutaient Jésus, et cherchaient à le tuer, parce qu’il avait fait ces choses le jour du sabbat. (5:16) 17 ¶ Mais Jésus leur répondit : Mon Père travaille jusqu’à maintenant, et je travaille. (5:17) 18 Par conséquent les Juifs cherchaient d’autant plus à le tuer, parce que non seulement il avait enfreint le sabbat, mais parce qu’il disait aussi que Dieu était son Père, se faisant lui-même égal à Dieu. (5:18) 19 Alors Jésus répondit et leur dit : En vérité, en vérité, je vous dis, Le Fils ne peut rien faire de lui-même, sinon ce qu’il voit le Père faire : car quelles que soient les choses qu’il fait, le Fils aussi les fait de même. (5:19) 20 Car le Père aime le Fils et lui montre toutes les choses que lui-même fait : et il lui montrera de plus grandes œuvres que celles-ci, afin que vous puissiez être émerveillés. (5:20) 21 Car comme le Père ressuscite les morts et les vivifie ; oui certainement le Fils vivifie qui il veut. (5:21) 22 Car le Père ne juge aucun homme, mais il a donné tout jugement au Fils : (5:22) 23 Afin que tous les hommes honorent le Fils, comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils, n’honore pas le Père qui l’a envoyé. (5:23) 24 En vérité, en vérité, je vous dis : Celui qui entend ma parole, et croit en celui qui m’a envoyé, a la vie sempiternelle, et ne viendra pas en condamnation ; mais est passé de la mort vers la vie. (5:24) 25 En vérité, en vérité, je vous dis : L’heure vient, et est maintenant, lorsque les morts entendront la voix du Fils de Dieu : et ceux qui entendent vivront. (5:25) 26 Car comme le Père a la vie en lui-même ; ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même ; (5:26) 27 Et il lui a donné l’autorité d’exécuter aussi le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme. (5:27) 28 Ne soyez pas surpris de cela : car l’heure vient en laquelle tous ceux qui sont dans les tombeaux entendront sa voix, (5:28) 29 Et sortiront ; ceux qui auront fait le bien, vers la résurrection de vie ; et ceux qui auront fait le mal, vers la résurrection de damnation. (5:29) 30 Je ne peux rien faire de moi-même : je juge selon ce que j’entends : et mon jugement est juste ; parce que je ne cherche pas ma propre volonté, mais la volonté du Père qui m’a envoyé. (5:30) 31 Si je rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai. (5:31) 32 ¶ Il y en a un autre qui rend témoignage de moi ; et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est vrai. (5:32) 33 Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. (5:33) 34 Mais je ne reçois pas témoignage d’homme : mais je dis ces choses, afin que vous puissiez être sauvés. (5:34) 35 Il était une lumière brûlante, et brillante : et vous étiez disposés, pour un moment à vous réjouir en sa lumière. (5:35) 36 ¶ Mais j’ai un plus grand témoignage que celui de Jean : car les œuvres que le Père m’a donné d’achever, ces œuvres mêmes que je fais, rendent témoignage de moi, que le Père m’a envoyé. (5:36) 37 Et le Père lui-même, qui m’a envoyé, a rendu témoignage de moi. Vous n’avez entendu sa voix à aucun moment, ni vu sa forme. (5:37) 38 Et vous n’avez pas sa parole demeurant en vous : car celui qu’il a envoyé, vous ne le croyez pas. (5:38) 39 ¶ Cherchez dans les écritures ; car en elles vous pensez que vous avez la vie éternelle : et ce sont elles qui témoignent de moi. (5:39) 40 Et vous ne voulez pas venir à moi, pour que vous puissiez avoir la vie. (5:40) 41 Je ne reçois aucun honneur des hommes. (5:41) 42 Mais je vous connais, vous n’avez pas l’amour de Dieu en vous. (5:42) 43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas : si un autre vient en son propre nom, lui, vous le recevrez. (5:43) 44 Comment pouvez-vous croire, vous qui recevez l’honneur l’un de l’autre, et vous ne cherchez pas l’honneur qui vient seulement de Dieu ? (5:44) 45 Ne pensez pas que je vous accuserai devant le Père : il y en a un qui vous accuse, c’est-à-dire, Moïse, en qui vous avez confiance. (5:45) 46 Car si vous aviez cru Moïse, vous m’auriez cru : car il a écrit de moi. (5:46) 47 Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ? (5:47) Jean
5:1-47