La sainte Bible

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction selon la Vulgate dite Bible de Gustave Doré, édition de 1866, libre de droits.

n°16 / Néhémie ou Livre II d’Esdras 5 :

Conduite et désintéressement de Néhémie dans l’exercice de sa charge de gouverneur de la Judée.
1Alors le peuple et les femmes poussèrent de grands cris contre les Juifs leurs frères.2Et il y en avait qui disaient : Nous avons des fils et des filles en grand nombre, vendons-les, et achetons du blé pour nous nourrir, et pour avoir de quoi vivre.3D’autres disaient : Engageons nos champs, nos vignes et nos maisons, afin d’avoir du blé pendant la famine.4D’autres disaient : Empruntons de l’argent pour payer les tributs du roi, et abandonnons nos champs et nos vignes ;5Notre chair est comme la chair de nos frères, et nos fils sont comme leurs fils ; et cependant nous sommes contraints de réduire en servitude nos fils et nos filles, et nous avons de nos filles qui sont esclaves, et nous ne possédons rien pour les racheter. Nos champs et nos vignes appartiennent à des étrangers.6En entendant ces plaintes, je fus vivement irrité.7Je méditai dans mon cœur ; je réprimandai les principaux du peuple et les magistrats, et je leur dis : Exigez-vous donc l’usure de vos frères ? Je convoquai en même temps une grande assemblée contre eux,8Et je leur dis : Nous avons racheté, vous le savez, autant que nous l’avons pu, les Juifs nos frères qui avaient été vendus aux gentils. Et vous, maintenant, vous vendrez vos frères, et il faudra que nous les rachetions ? Ils gardèrent le silence, et ne surent que répondre.9Je leur dis ensuite : Ce que vous faites n’est pas bien. Pourquoi ne marchez-vous pas dans la crainte de notre Dieu, afin qu’il ne nous soit point adressé de reproches par les peuples nos ennemis ?10Mes frères, mes gens et moi nous avons prêté à plusieurs de l’argent et du blé ; nous ne leur demandons rien, et nous abandonnons ce qu’on nous doit.11Rendons-leur aujourd’hui leurs champs et leurs vignes, leurs plants d’oliviers et leurs maisons. Payez même pour eux le centième de l’argent, du blé, du vin et de l’huile, que vous avez coutume d’exiger d’eux.12Ils répondirent : Nous leur rendrons, et nous ne leur demanderons rien ; et nous ferons ce que vous nous avez dit. Alors je fis venir les prêtres, et je leur fis promettre avec serment qu’ils agiraient comme j’avais dit.13Après cela je secouai mes vêtements, et je dis : Que tout homme qui n’accomplira point ce que j’ai dit, soit ainsi secoué et rejeté de Dieu loin de sa maison, et privé du fruit de ses travaux ; qu’il soit ainsi secoué et rejeté, et réduit à l’indigence. Tout le peuple répondit : Amen ; et ils louèrent Dieu. Le peuple fit donc ce qui avait été proposé.14Pour moi, depuis le jour où le roi m’a commandé d’être gouverneur du pays de Juda, c’est-à-dire depuis la vingtième année du règne d’Artaxercès, jusqu’à la trente-deuxième, pendant l’espace de douze ans, nous n’avons rien pris, mes frères ni moi, des revenus dus aux gouverneurs.15Ceux qui l’avaient été avant moi avaient accable le peuple, en prenant tous les jours quarante sicles sur le pain, sur le vin et sur l’argent ; et leurs officiers les surchargeaient. Mais pour moi je n’ai point agi ainsi, parce que je crains Dieu.16Bien plus, j’ai travaillé aux réparations des murailles ; je n’ai pas acheté de champ ; et mes serviteurs se sont tous trouvés au travail.17Les Juifs mêmes et les magistrats, au nombre de cent cinquante personnes, et ceux qui venaient nous trouver des peuples existant autour de nous, mangeaient à ma table.18On m’apprêtait tous les jours un bœuf et six moutons de choix, sans compter les volailles. De dix en dix jours je distribuais du vin en abondance, et je donnais beaucoup d’autres choses, quoique je ne prisse rien de tout ce qui était dû à ma charge ; car le peuple était extrêmement pauvre.19O mon Dieu, souvenez-vous de moi pour me faire miséricorde, selon tout le bien que j’ai fait à ce peuple.