La sainte Bible

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction selon la Vulgate dite Bible de Gustave Doré, édition de 1866, libre de droits.

n°59 / Épître catholique de saint Jacques 1 :

S’exciter à la joie dans l’affliction. Demander à Dieu la sagesse. Prier avec confiance. Dieu est l’auteur de tout bien. On doit parler peu et écouter
1Jacques, serviteur de Dieu et de Notre-Seigneur Jésus-Christ, aux douze tribus qui sont dispersées, salut.2Mes frères, regardez comme le plus grand sujet de joie les diverses afflictions qui vous arrivent,3Sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience.4Or la patience rend les œuvres parfaites, de manière que vous soyez vous-mêmes parfaits et accomplis, sans que rien vous manque.5Cependant, si quelqu’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui répand ses dons sur tous libéralement sans les reprocher, et la sagesse lui sera donnée.6Mais qu’il la demande avec foi sans aucune hésitation. Car celui qui hésite ressemble au flot de la mer, qui est agité et emporté çà et là par le vent.7Il ne faut donc pas que celui-là s’imagine obtenir quelque chose du Seigneur.8L’homme qui a l’esprit partagé est inconstant dans toutes ses voies.9Que celui d’entre nos frères qui est d’une basse condition se glorifie de sa véritable élévation.10Et, au contraire, que celui qui est riche se confonde en son néant, parce qu’il passera comme la fleur de l’herbe.11Car le soleil s’est levé avec ses ardeurs, l’herbe a séché, sa fleur est tombée, et le charme de sa beauté s’est évanoui : ainsi le riche se flétrira dans ses voies.12Heureux l’homme qui souffre patiemment la tentation, parce que, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie que Dieu a promise à ceux qui l’aiment.13Que nul ne dise, lorsqu’il est tenté, que c’est Dieu qui le tente ; car Dieu ne porte point au mal, et il ne tente personne.14Mais chacun est tenté par sa propre concupiscence, qui l’entraîne et l’attire.15Ensuite, quand la concupiscence a conçu, elle enfante le péché, et le péché, une fois consommé, engendre la mort.16Ne vous y trompez donc pas, mes frères bien-aimés.17Toute grâce excellente, tout don parfait vient den haut, descendant du Père des lumières, en qui il n’y a ni changement, ni ombre de vicissitude.18Car c’est volontairement qu’il nous a engendrés par la parole de vérité, afin que nous fussions comme les prémices de ses nouvelles créatures.19Vous le savez, mes frères bien-aimés, que chacun de vous soit donc prompt à écouter, lent à parler, et lent à se mettre en colère.20Car la colère de l’homme n’opère point la justice de Dieu.21C’est pourquoi, rejetant toute impureté et tous les genres de malice, recevez avec docilité la parole qui a été entée en vous, et qui peut sauver vos âmes.22Mais ayez soin de pratiquer cette parole, et ne vous contentez pas de l’écouter, en vous séduisant vous-mêmes.23Car si quelqu’un écoute la parole, et ne la pratique pas, celui-là sera comparé à un homme qui regarde son visage représenté au naturel dans un miroir,24Et après s’être considéré, il s’en va, et oublie à l’heure même ce qu’il était.25Mais celui qui médite la loi parfaite, la loi de liberté, et qui s’y attache, n’écoutant pas seulement pour oublier aussitôt, mais pratiquant ce qu’il écoute, celui-là sera heureux dans ses œuvres.26Si quelqu’un croit être religieux, et ne met pas un frein à sa langue, mais séduit lui-même son cœur, sa religion est vaine.27La religion pure et sans tache aux yeux de Dieu notre Père est celle-ci : Visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et se conserver pur de la corruption de ce siècle.