La sainte Bible

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction selon la Vulgate dite Bible de Gustave Doré, édition de 1866, libre de droits.

n°10 / Les Rois Livre II 1 :

David fait mourir un Amalécite qui se vantait d’avoir tué Saül. Plainte de David sur la mort de Saül et de Jonathas.
1Après la mort de Saül, David, ayant défait les Amalécites et étant revenu à Siceleg, y avait passé deux jours.2Le troisième jour il parut un homme qui venait du camp de Saül, les vêtements déchirés, et la tête couverte de poussière. Lorsqu’il fut arrivé près de David, il le salua en se prosternant la face contre terre.3David lui dit : D’où venez-vous ? Il repondit : Je me suis sauvé de l’armée d’Israël.4David ajouta : Qu’est-il arrivé ? Dites-le-moi. Il lui dit : La bataille s’est donnée ; le peuple a fui ; un grand nombre sont tombés morts, et Saül même et Jonathas, son fils, ont été tués.5David dit au jeune homme qui lui apportait cette nouvelle : Comment savez-vous que Saül et son fils Jonathas sont morts ?6Le jeune homme répondit : Je suis venu par hasard sur la montagne de Gelboé, et j’y ai trouvé Saül qui s’était jeté sur la pointe de son épée. Comme des chars et des cavaliers approchaient,7Il m’aperçut en se retournant, et m’appela. Et quand j’eus répondu : Me voici,8Il me dit : Qui êtes-vous ? Je répondis : Je suis Amalécite.9Il ajouta : Approchez-vous, et tuez-moi, parce que je suis dans les angoisses de la douleur, et que mon âme est encore tout entière en moi.10Et m’approchant de lui, je l’ai tué ; car je savais qu’il ne pouvait survivre au coup qu’il s’était donné. Et j’ai pris le diadème qui était sur sa tête, et le bracelet qui était à son bras, et je vous les ai apportés, à vous, mon seigneur.11Alors David prenant ses vêtements les déchira, et tous ceux qui étaient avec lui firent de même.12Ils furent dans le deuil, pleurèrent et jeûnèrent jusqu’au soir, au sujet de Saül et de Jonathas, son fils, et de tout le peuple du Seigneur et de la maison d’Israël, parce qu’ils étaient tombés sous le glaive.13David dit au jeune homme qui lui avait apporté cette nouvelle : D’où êtes-vous ? Il lui répondit : Je suis fils d’un étranger, d’un Amalécite.14David lui dit : Comment n’avez-vous pas craint de porter la main sur le christ du Seigneur et de le tuer ?15Et appelant un de ses serviteurs, il dit : Venez, jetez-vous sur lui. Celui-ci aussitôt le frappa, et il mourut.16David ajouta : Que votre sang retombe sur votre tête : car votre bouche a porté témoignage contre vous, en disant : C’est moi qui ai tué le christ du Seigneur.17Or David fit cette lamentation sur la mort de Saül et de Jonathas, son fils,18Et il ordonna à ceux de Juda d’apprendre à leurs enfants le chant de l’arc, comme il est écrit dans le livre des Justes, et il dit : Considère, ô Israël, ceux qui ont été frappés, qui sont morts sur tes hauteurs.19Israël, tes guerriers illustres ont été tués sur tes montagnes. Comment les forts sont-ils tombés ?20N’allez pas l’annoncer dans Geth, ne le publiez pas sur les places d’Ascalon, de peur que les vierges des Philistins ne s’en réjouissent, de peur que les vierges des incirconcis n’en tressaillent de joie.21Montagnes de Gelboé, puissent la rosée et la pluie ne descendre jamais sur vous ! Qu’il n’y ait sur vos coteaux aucun champ dont on offre les prémices, parce que là a été jeté le bouclier des héros, le bouclier de Saül, comme s’il n’eût pas été consacré par l’huile sainte.22Jamais la flèche de Jonathas ne manqua son but ; toujours elle était teinte du sang des morts et de la graisse des vaillants ; jamais l’épée de Saül n’a été tirée en vain.23Saül et Jonathas, aimables et beaux durant leur vie, n’ont point été séparés même dans la mort ; eux plus rapides que les aigles, eux plus forts que les lions.24Filles d’Israël, pleurez sur Saül : il vous ornait de pourpre au milieu des délices ; il parait d’or vos vêtements.25Comment sont tombés les héros au milieu du combat. Comment Jonathas a-t-il été tué sur tes montagnes, ô Israël ?26Je pleure sur toi, Jonathas mon frère, le plus beau des hommes, plus aimable que les plus aimables d’entre les femmes. Comme une mère aime son fils unique, ainsi je t’aimais.27Comment les forts sont-ils tombés ? Comment la gloire des armes a-t-elle été anéantie ?