La sainte Bible

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction revue par Jean-Frédéric Ostervald, édition de 1823, libre de droits.

n°41 / Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon Saint Marc. 15 :

1Dès qu’il fut jour, les principaux sacrificateurs, avec les sénateurs et les Scribes, et tout le conseil, ayant délibéré ensemble, emmenèrent Jésus lié, et le livrèrent a Pilate.2Et Pilate l’interrogea et lui dit : Es-tu le roi des Juifs ? Jésus lui répondit : Tu le dis.3Et les principaux sacrificateurs l’accusaient de plusieurs choses ; mais il ne répondait rien.4Et Pilate l’interrogea encore et lui dit : Ne réponds-tu rien ? Vois combien de choses ils avancent contre toi.5Mais Jésus ne répondit plus rien, de sorte que Pilate en était tout surpris.6Or, il avait accoutumé de relâcher, à la fête de Pâque, celui des prisonniers que le peuple demandait.7Et il y en avait un, nommé Barabbas, qui était en prison avec d’autres séditieux qui avaient commis un meurtre dans une sédition.8Et le peuple se mit à demander, avec de grands cris, qu’il leur fît comme il leur avait toujours fait.9Pilate leur répondit : Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ?10Car il savait bien que c’était par envie que les principaux sacrificateurs l’avaient livré.11Mais les principaux sacrificateurs incitèrent le peuple à demander qu’il leur relâchât plutôt Barabbas.12Et Pilate, reprenant la parole, leur dit : Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez le roi des Juifs ?13Et ils crièrent de nouveau : Crucifie-le.14Et Pilate leur dit : Mais quel mal a-t-il fait ? Et ils crièrent encore plus fort : Crucifie-le.15Pilate donc, voulant contenter le peuple, leur relâcha Barabbas ; et après avoir fait fouetter Jésus, il le livra pour être crucifié.16Alors les soldats l’emmenèrent dans la cour du prétoire, et ils y assemblèrent toute la compagnie des soldats ;17Et ils le revêtirent d’un manteau de pourpre, et lui mirent sur la tête une couronne d’épines qu’ils avaient entrelacées.18Et ils se mirent à le saluer, en disant : Je te salue, roi des Juifs.19Et ils lui frappaient la tête avec une canne, et ils crachaient contre lui, et se mettant à genoux, ils se prosternaient devant lui.20Après s’être ainsi moqués de lui, ils lui ôtèrent le manteau de pourpre, et lui ayant remis ses habits, ils l’emmenèrent pour le crucifier.21Et un certain homme de Cyrène, nommé Simon, père d’Alexandre et de Rufus, passant par là en revenant des champs, ils le contraignirent de porter la croix de Jésus.22Et ils le conduisirent au lieu appelé Golgotha, c’est-à-dire la place du crâne.23Et ils lui présentèrent à boire du vin mêlé avec de la myrrhe ; mais il n’en but point.24Et après l’avoir crucifié, ils partagèrent ses habits, en les jetant au sort, pour savoir ce que chacun en aurait.25Il était la troisième heure quand ils le crucifièrent.26Et le sujet de sa condamnation était marqué par cet écriteau : LE ROI DES JUIFS.27Ils crucifièrent aussi avec lui deux brigands, l’un à sa droite, et l’autre à sa gauche.28Ainsi cette parole de l’Écriture fut accomplie : Il a été mis au rang des malfaiteurs.29Et ceux qui passaient par là lui disaient des outrages, hochant la tête et disant : Hé ! toi, qui détruis le temple, et qui le rebâtis en trois jours,30Sauve-toi toi-même, et descends de la croix.31De même aussi les principaux sacrificateurs et les Scribes disaient entre eux, en se moquant : Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même.32Que le Christ, le roi d’Israël, descende maintenant de la croix, afin que nous le voyions, et que nous croyions. Et ceux qui étaient crucifiés avec lui, lui disaient aussi des outrages.33Mais depuis la sixième heure il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu’à la neuvième heure.34Et à la neuvième heure Jésus cria à haute voix, disant : Éloï, Éloï, lamma sabachthani ? C’est-à-dire : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?35Et quelques-uns de ceux qui étaient présens, l’ayant entendu, disaient : Voilà qu’il appelle Élie.36Et l’un d’eux courut, emplit une éponge de vinaigre, la mit au bout d’une canne, et la lui présenta pour boire, en disant : Laissez, voyons si Élie viendra l’ôter de la croix.37Alors Jésus ayant jeté un grand cri, rendit l’esprit.38Et le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’au bas.39Et le centenier qui était vis-à-vis de lui, voyant qu’il était expiré en criant ainsi, dit : Cet homme était véritablement Fils de Dieu.40Il y avait aussi des femmes qui regardaient de loin, entre lesquelles étaient Marie-Magdelaine, et Marie, mère de Jacques le petit et de Joses, et Salomé,41Lesquelles le suivaient et le servaient lorsqu’il était en Galilée, et plusieurs autres qui étaient montées avec lui à Jérusalem.42Comme il était déjà tard, et que c’était le jour de la préparation, c’est-à-dire la veille du sabbat,43Joseph d’Arimathée, qui était un sénateur de considération, et qui attendait aussi le règne de Dieu, vint avec hardiesse vers Pilate, et lui demanda le corps de Jésus.44Pilate s’étonna qu’il fût déjà mort ; et ayant appelé le centenier, il lui demanda s’il y avait long-temps qu’il était mort.45Et l’ayant appris du centenier, il donna le corps à Joseph.46Et Joseph ayant acheté un linceul, le descendit de la croix, l’enveloppa dans ce linceul, et le mit dans un sépulcre qui était taillé dans le roc ; et il roula une pierre à l’entrée du sépulcre.47Et Marie-Magdelaine et Marie, mère de Joses, regardaient où on le mettait.