La sainte Bible

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction revue par Jean-Frédéric Ostervald, édition de 1823, libre de droits.

n°1 / La Genèse. Premier livre de Moïse. 27 :

1Et il arriva quand Isaac fut devenu vieux, et que ses yeux furent si ternis qu’il ne pouvait plus voir, qu’il appela Esaü, son fils aîné, et lui dit : Mon fils ; et il lui répondit : me voici.2Et il lui dit : Voici maintenant, je suis fort âgé, et je ne sais point le jour de ma mort.3Maintenant donc, je te prie, prends tes armes, ton carquois et ton arc, et va t’en aux champs, et prends-moi de la venaison.4Et apprête-m’en des viandes d’appétit, comme je les aime ; et apporte-les-moi, afin que je mange, et que mon âme te bénisse avant que je meure.5Or, Rébecca écoutait, pendant qu’Isaac parlait à Esaü son fils. Esaü donc s’en alla aux champs pour prendre à la chasse quelque chose qu’il pût apporter.6Et Rébecca parla à Jacob son fils, et lui dit : Voici : j’ai entendu ton père, qui parlait à Esaü ton frère, et qui lui disait :7Apporte-moi de la venaison, et apprête-m’en des viandes d’appétit, afin que j’en mange ; et je te bénirai devant l’Eternel, avant que de mourir.8Maintenant donc, mon fils, obéis à ma parole, et fais ce que je vais te commander.9Va maintenant à la bergerie, et prends là deux des meilleurs chevreaux, et j’en apprêterai des viandes d’appétit pour ton père, comme il les aime.10Et tu les porteras à ton père, afin qu’il les mange, et qu’il te bénisse avant sa mort.11Et Jacob répondit à Rébecca sa mère : Voici, Esaü mon frère est fort velu, et je n’ai point de poil ;12Si mon père vient à me tâter, il me regardera comme un homme qui l’a voulu tromper, et j’attirerai sur moi sa malédiction, et non point sa bénédiction.13Et sa mère lui dit : Mon fils, que cette malédiction que tu crains, soit sur moi ; obéis seulement à ma parole, et va prendre ce que je t’ai dit.14Il s’en alla donc, et il le prit, et l’apporta à sa mère, et sa mère en apprêta des viandes d’appétit, comme son père les aimait.15Puis Rébecca prit les plus riches habits d’Esaü son fils aîné, qu’elle gardait dans la maison, et elle en revêtit Jacob son cadet.16Et elle couvrit de peaux de chevreaux les mains de son fils, et son cou, qui était sans poil.17Ensuite elle donna à son fils Jacob ces viandes d’appétit, et le pain qu’elle avait apprêté.18Il vint donc vers son père, et lui dit : Mon père. Et il répondit : Me voici ; qui es-tu, mon fils ?19Et Jacob dit à son père : Je suis Esaü, ton fils aîné ; j’ai fait ce que tu m’avais commandé. Lève-toi, je te prie, et assieds-toi, et mange de ma chasse, afin que ton âme me bénisse.20Et Isaac dit à son fils : Qu’est ceci ? Comment en as-tu pu trouver si tôt, mon fils ? Et il dit : L’Eternel ton Dieu m’en a fait rencontrer.21Et Isaac dit à Jacob : Mon fils, approche-toi, je te prie, et je te tâterai, afin que je sache si tu es mon fils Esaü même, ou si tu ne l’es pas.22Jacob donc s’approcha de son père Isaac, qui l’ayant tâté, dit : Cette voix est la voix de Jacob ; mais ces mains sont les mains d’Esaü.23Et il le méconnut ; car ses mains étaient velues, comme les mains de son frère Esaü ; et il le bénit.24Il dit donc : Es-tu mon fils Esaü même ? Il répondit : Je le suis.25Il lui dit aussi : Apporte-moi à manger de ta chasse, afin que mon âme te bénisse. Et il lui en apporta, et il en mangea. Il lui apporta aussi du vin, et il but.26Puis, Isaac son père lui dit : Approche-toi, je te prie, et viens me baiser, mon fils.27Et il s’approcha de lui, et le baisa. Et Isaac ayant senti l’odeur de ses habits, le bénit, en disant : Voici, l’odeur de mon fils est comme l’odeur d’un champ que l’Eternel a béni.28Que Dieu te donne de la rosée des cieux, et de la graisse de la terre, et une grande abondance de froment, et du meilleur vin ;29Que les peuples te servent, et que les nations se prosternent devant toi ! Sois le maître de tes frères, et que les fils de ta mère se prosternent devant toi ! Quiconque te maudira, soit maudit ; et quiconque te bénira, soit béni !30Et il arriva, aussitôt qu’Isaac eut achevé de bénir Jacob, Jacob étant à peine sorti de devant son père Isaac, que son frère Esaü revint de la chasse.31Il apprêta aussi des viandes d’appétit ; et les ayant apportées à son père, il lui dit : Que mon père se lève, et mange de la chasse de son fils, afin que ton âme me bénisse.32Et Isaac son père lui dit : Qui es-tu ? Et il dit : Je suis ton fils aîné, Esaü.33Et Isaac sentit une extraordinaire émotion ; et il dit : Qui est, et où est donc celui qui a pris de la chasse, et m’en a apporté, et j’ai mangé de tout ce qu’il m’a présenté, avant que tu vinsses ? Et je l’ai béni, et aussi sera-t-il béni.34Et aussitôt qu’Esaü eut entendu les paroles de son père, il jeta un cri fort grand et très-amer. Et il dit à son père : Donne-moi aussi ta bénédiction, mon père.35Mais il dit : Ton frère m’est venu surprendre, et il a emporté ta bénédiction.36Et Esaü dit : C’est avec raison qu’on l’a appelé Jacob ; car il m’a déjà supplanté deux fois : Il m’a enlevé mon droit d’aînesse, et voici, maintenant il a emporté ma bénédiction. Ensuite il dit : N’as-tu point réservé de bénédiction pour moi ?37Et Isaac répondit à Esaü, et lui dit : Voici, je l’ai établi ton seigneur, et je lui ai donné tous ses frères pour serviteurs ; et je l’ai fourni de froment et du meilleur vin. Et que te ferai-je donc, mon fils ?38Et Esaü dit à son père : N’as-tu qu’une bénédiction, mon père ? Bénis-moi aussi, mon père. Et Esaü, élevant sa voix, pleura.39Et Isaac son père répondit, et lui dit : Voici, ta demeure sera dans un terroir gras, arrosé de la rosée des cieux d’en-haut.40Et tu vivras par ton épée, et tu serviras ton frère ; mais le temps viendra, qu’étant devenu maître, tu briseras son joug, et le secoueras de dessus ton cou.41Et Esaü haïssait Jacob à cause de la bénédiction que son père lui avait donnée ; et il dit en son cœur : Les jours du deuil de mon père approchent ; et alors je tuerai Jacob mon frère.42Et on rapporta à Rébecca les discours d’Esaü, son fils aîné ; et elle envoya appeler Jacob son second fils, et elle lui dit : Voici, Esaü ton frère se console dans l’espérance qu’il a de te tuer.43Maintenant donc, mon fils, obéis à ma parole : Lève-toi, et sauve-toi à Caran, vers Laban mon frère ;44Et demeure avec lui quelque temps, jusqu’à ce que la fureur de ton frère se passe,45Et que sa colère s’appaise envers toi, et qu’il ait oublié les choses que tu lui as faites. J’enverrai ensuite pour te tirer de là. Pourquoi serais-je privée de vous deux en un même jour ?46Et Rébecca dit à Isaac : La vie m’est devenue ennuyeuse, à cause de ces Héthiennes. Si Jacob prend pour femme quelqu’une de ces Héthiennes, comme sont les filles de ce pays, à quoi me sert la vie ?