La sainte Bible

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction par Louis Segond & Hugues Oltramare, édition de 1874, libre de droits.

n°41 / Évangile selon saint Marc 6 :

1Jésus partit de là et se rendit dans sa patrie. Ses disciples l’accompagnaient.2Quand le sabbat fut venu, il se mit à enseigner dans la synagogue ; et plusieurs étaient étonnés en l’entendant et disaient : D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée ? De pareils miracles se font par ses mains !3N’est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, un frère de Jacques, de Joses, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici avec nous ? Et il était pour eux une pierre d’achoppement.4Mais Jésus leur dit : « Ce n’est que dans son pays chez ses parents et dans sa maison qu’un prophète n’est pas honoré. »5Et, sauf un petit nombre de malades qu’il guérit en leur imposant les mains, il ne put faire là aucun miracle :6il était surpris de leur incrédulité. Ensuite il fit une tournée dans les villages en enseignant.7Il appela près de lui les Douze et se mit à les envoyer deux à deux, en leur donnant pouvoir sur les esprits impurs.8Il leur recommanda de ne rien prendre pour la route, si ce n’est un bâton, de n’emporter ni pain, ni sac, ni monnaie dans leur ceinture ;9mais d’être chaussés de sandales et de ne pas mettre deux tuniques.10Puis il ajouta : « Dans quelque maison que vous entriez, restez-y, jusqu’à ce que vous partiez de cet endroit,11et, quel que soit le lieu on l’on ne vous reçoive pas et on l’on ne vous écoute pas, sortez-en, et secouez la poussière de vos pieds pour que cela serve de témoignage aux habitants. »12Et les Douze étant partis, prêchèrent qu’on se repentît ;13ils chassaient beaucoup de démons ; ils oignaient d’huile beaucoup de malades et les guérissaient.14Le roi Hérode, ayant entendu parler de Jésus, dont le nom était devenu célèbre, dit : « Jean-Baptiste est ressuscité c’est pour cela que la puissance miraculeuse se déploie en lui. »15D’autres disaient : « C’est Elie : » d’autres : « C’est un prophète comme l’un des anciens prophètes ; »16mais Hérode, entendant ces bruits, disait : « C’est ce Jean que j’ai fait décapiter, qui est ressuscité. »17En effet, c’était lui, Hérode, qui avait fait arrêter Jean et l’avait fait charger de chaînes dans la prison, à cause d’Hérodiade, femme de Philippe, son frère, parce qu’il l’avait épousée,18et que Jean lui avait dit : « Il ne t’est pas permis d’avoir pour femme la femme de ton frère. »19Hérodiade qui en voulait à Jean, désirait le faire mettre à mort ; mais ne pouvait y parvenir,20parce qu’Hérode craignait Jean, le connaissant pour un homme juste et saint ; il le protégeait même, et faisait beaucoup de choses, après avoir pris ses conseils, et il les prenait volontiers.21Enfin il se présenta une occasion favorable. Le jour anniversaire de sa naissance, Hérode donna un festin aux grands de sa cour, à ses officiers et aux principaux de la Galilée ;22et la fille d’Hérodiade étant entrée dans la salle, dansa et charma Hérode ainsi que les convives. Le roi dit à la jeune fille : « Demande-moi ce que tu voudras, et je te le donnerai. »23Et il ajouta avec serment : « Quoi que tu me demandes, je te le donnerai, fût-ce même la moitié de mon royaume. »24Elle sortit, et dit à sa mère : « Que dois-je demander ? » Sa mère lui dit : « La tête de Jean-Baptiste. »25La jeune fille rentrant aussitôt, s’empressa d’adresser au roi sa demande : « Je veux, dit-elle, que tu me donnes, à l’heure même, dans un bassin, la tête de Jean-Baptiste. »26Le roi devint tout triste ; mais, à cause de ses serments et à cause des convives, il ne voulut pas la refuser,27et il envoya immédiatement un de ses gardes, avec l’ordre d’apporter la tête de Jean. Le garde alla décapiter Jean dans la prison28et apporta sa tête dans un bassin ; il la donna à la jeune fille, qui la donna à sa mère.29Les disciples de Jean, ayant appris ce meurtre, vinrent prendre le corps de leur maître et le déposèrent dans un sépulcre.30Les Apôtres s’étant réunis auprès de Jésus, et lui ayant rapporté tout ce qu’ils avaient fait et tout ce qu’ils avaient enseigné,31Jésus leur dit : « Venez, vous seuls, à l’écart, dans un lieu solitaire, et prenez un peu de repos. » Il y avait, en effet, beaucoup d’allants et de venants, de sorte que les disciples n’avaient pas même le temps de manger.32Ils s’en allèrent donc, dans une barque, en un lieu solitaire à l’écart.33On les vit partir, et bon nombre de gens devinèrent où ils allaient ; ils y accoururent à pied de toutes les villes, et arrivèrent avant eux.34Lorsque Jésus sortit de la barque, il vit une grande foute, et fut ému de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont point de berger ; et il se mit à les enseigner longuement.35Comme l’heure était déjà fort avancée, ses disciples s’approchèrent de lui, et lui dirent : « Ce lieu est désert, et l’heure est déjà fort avancée ;36renvoie-les, afin qu’ils aillent dans les campagnes et dans les villages d’alentour s’acheter de quoi manger. »37Il leur répondit : « Donnez-leur, vous-mêmes, à manger. » Et ils lui dirent : « Que nous allions acheter pour deux cents deniers de pain, et que nous leur donnions à manger ! »38Jésus reprit : « Combien de pains avez-vous ? Allez, voyez. » Et eux, s’en étant assurés, dirent : « Cinq pains et deux poissons. »39Alors il leur commanda de faire asseoir tout le monde, par groupes, sur l’herbe verte ;40et ils s’assirent par troupes de cent et de cinquante.41Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; puis il rompit les pains et les donna à ses disciples, pour qu’ils les distribuassent. Il partagea aussi les deux poissons entre tous.42Tous mangèrent et furent rassasiés ;43et l’on emporta douze corbeilles pleines de morceaux de pain et de ce qui restait des poissons.44Le nombre de ceux qui mangèrent des pains, s’élevait à cinq mille hommes.45Aussitôt après, Jésus pressa ses disciples d’entrer dans la barque et de le précéder vers l’autre rive, du côté de Bethsaïde, pendant que lui-même renverrait la foule.46Après avoir pris congé d’elle, il s’en alla sur la montagne pour prier.47Quand la nuit fut venue, la barque était au milieu de la mer, et Jésus était seul à terre.48Ayant aperçu ses disciples qui avaient une traversée pénible, car le vent leur était contraire, il vint vers eux, à la quatrième veille de la nuit environ, en marchant sur la mer ; il voulait les dépasser.49Mais eux, le voyant marcher sur la mer, crurent que c’était un fantôme, et poussèrent des cris ;50car ils le voyaient tous, et ils étaient bouleversés. Alors il leur parla et leur dit : « Rassurez-vous, c’est moi ; n’ayez point de peur. »51Puis il entra auprès d’eux dans la barque, et le vent cessa. Et les disciples en furent stupéfaits et surpris au delà de toute idée ;52car ils n’avaient rien compris à l’affaire des pains, parce que leur cœur était aveuglé.53Lorsqu’ils eurent achevé leur traversée, ils arrivèrent au pays de Génésareth, et abordèrent.54A peine eurent-ils débarqué, que les gens reconnaissant Jésus,55coururent çà et là, dans tous les environs, et l’on se mit à transporter les malades sur leurs lits, partout où l’on entendait dire qu’il était.56En quelque lieu qu’il entrât, dans les villages, dans les villes ou dans les campagnes, on déposait les malades sur les places publiques, et on le priait de les laisser seulement toucher la houppe de son manteau ; et tous ceux qui pouvaient toucher Jésus étaient guéris.