La sainte Bible

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction par Louis Segond & Hugues Oltramare, édition de 1874, libre de droits.

n°41 / Évangile selon saint Marc 15 :

1Dès le matin, les principaux sacrificateurs, après avoir tenu conseil avec les anciens, les scribes et tout le sanhédrin, firent lier Jésus, l’emmenèrent et le livrèrent à Pilate.2Pilate l’interrogea : « C’est toi, qui es le roi des Juifs ? » — « Tu le dis, » lui répondit Jésus.3Comme les principaux sacrificateurs le chargeaient de plusieurs crimes,4Pilate l’interrogea de nouveau, disant : « Tu ne réponds rien ? Vois donc, de combien de crimes ils te chargent. »5Mais Jésus ne fit plus aucune réponse, ce qui étonna Pilate.6A chaque fête, il relâchait un prisonnier, celui que le peuple demandait.7Or, on tenait en prison le nommé Barrabas, avec ses complices, pour un meurtre commis dans une émeute.8La foule étant montée au prétoire, se mit à demander l’élargissement d’un prisonnier, ainsi qu’il le leur accordait toujours.9Pilate leur répondit : « Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juif ? »10car il comprenait que c’était par envie que les principaux sacrificateurs l’avaient livré.11Mais les principaux sacrificateurs agitèrent le peuple, afin que Pilate leur relâchât plutôt Barrabas.12Pilate reprenant la parole, leur dit : « Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez le roi des Juifs ? »13Ils crièrent de nouveau : « Crucifie-le. »14— « Quel mal a-t-il fait ? » leur dit Pilate. Ils crièrent encore plus fort : « Crucifie-le. »15Pilate, voulant satisfaire le peuple, lui relâcha Barrabas, et, après avoir fait flageller Jésus, il le livra pour être crucifié.16Les soldats l’emmènent dans l’intérieur de la cour, c’est-à-dire, dans le prétoire, et appellent toute la cohorte.17Ils l’affublent d’un manteau de pourpre, et tressent une couronne d’épines, dont ils ceignent sa tête.18Puis ils se mettent à le saluer : « Salut, roi des Juifs. »19Et ils le frappent sur la tête avec un roseau, crachent sur lui, et fléchissent les genoux par manière d’hommage.20Quand ils l’eurent bafoué, ils lui ôtèrent la pourpre et le revêtirent de ses propres vêtements. Après cela, ils l’emmènent pour le crucifier.21Ils mettent en réquisition, pour porter sa croix, un passant qui venait des champs, Simon de Cyrène, le père d’Alexandre et de Rufus ;22et ils entraînent Jésus à la place de Golgotha, ce qui signifie : la place du Crâne.23Ils lui présentent du vin aromatisé avec de la myrrhe, mais il n’en prit pas.24Ils le crucifient, et se partagent ses vêtements en tirant au sort pour savoir qui aurait telle ou telle pièce :25c’était la troisième heure du jour quand on le crucifia.26L’inscription indiquant le sujet de sa condamnation, portait : « Le Roi des Juifs. »27Ils crucifient avec lui deux brigands, l’un à sa droite, l’autre à sa gauche.28[Note : Et ainsi s’accompli le passage des Écritures qui dit : « Et il a été mis au nombre des malfaiteurs. »]29Les passants l’insultaient en branlant la tête, et en disant : « Hé ! toi qui détruis le temple, et qui le rebâtis en trois jours,30sauve-toi toi-même en descendant de ta croix. »31Les principaux sacrificateurs aussi, avec les scribes, le raillaient entre eux, et disaient : « Il en a sauvé d’autres, et il ne peut se sauver lui-même !32Que le Messie, le roi d’Israël descende maintenant de la croix, pour que nous voyions et que nous croyions » Les brigands qui étaient crucifiés avec lui, l’insultaient également.33A la sixième heure, des ténèbres se répandirent sur tout le pays jusqu’à la neuvième.34A la neuvième heure, Jésus cria d’une voix forte : « Éloï, Éloï, lema sabachtani, » ce qui signifie : mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?35Quelques-uns des assistants l’ayant entendu, dirent : « Tenez, il appelle Élie. »36Il y en eut un qui courut tremper une éponge dans du vinaigre, et l’ayant ajustée à une tige, il lui donna à boire, disant : « Laissez, voyons si Élie viendra l’ôter de la croix. »37Mais Jésus, ayant poussé un grand cri, expira.38Le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas.39Le centurion, qui était en face de Jésus, voyant qu’il avait expiré en jetant un tel cri, dit : « Assurément, cet homme était Fils de Dieu. »40Il y avait aussi des femmes qui regardaient de loin, entre autres Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques le mineur et de Joses, et Salomé,41qui suivaient Jésus et l’assistaient, lorsqu’il était en Galilée, et plusieurs autres qui étaient montées avec lui à Jérusalem.42Comme c’était le jour de la préparation, c’est-à-dire, la veille du sabbat,43Joseph d’Arimathée arriva sur le soir : c’était un sénateur distingué par ses manières ; il attendait, lui aussi, le royaume de Dieu. Il avait osé se rendre auprès de Pilate, pour lui demander le corps de Jésus.44Pilate, surpris de ce que Jésus était déjà mort, fit venir le centurion et lui demanda s’il y avait longtemps que Jésus était mort ;45et, sur le rapport du centurion, il accorda gratuitement le cadavre à Joseph.46Alors Joseph, ayant acheté un linceul, descendit Jésus de la croix, l’enveloppa dans le linceul, le déposa dans un sépulcre taillé dans le roc, et roula une pierre à l’entrée du sépulcre.47Marie Madeleine et Marie, mère de Joses, observaient le lieu où l’on mettait le corps.