La sainte Bible

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction par Louis Segond & Hugues Oltramare, édition de 1874, libre de droits.

n°41 / Évangile selon saint Marc 11 :

1Comme ils approchaient de Jérusalem et qu’ils avaient atteint Bethphagé et Béthanie, vers la montagne des Oliviers, Jésus envoya deux de ses disciples,2en leur disant : « Allez à ce village qui est en face de vous, et vous trouverez, en y entrant, un ânon attaché, sur lequel jamais homme ne s’est assis : détachez-le et amenez-le moi.3Si l’on vous dit : « Pourquoi faites-vous cela ? » dites : « Parce que le Seigneur en a besoin ; et aussitôt on l’enverra ici. »4Ils allèrent et trouvèrent un ânon attaché à une porte, dehors, au contour du chemin, et ils le détachèrent.5Quelques-uns de ceux qui étaient là, leur dirent : « Que faites-vous ? vous détachez cet ânon ? »6Ils répondirent comme Jésus le leur avait dit, et on les laissa faire.7Ils amenèrent l’ânon à Jésus, jetèrent leurs manteaux sur l’animal, et Jésus monta dessus.8Une foule de gens étendirent leurs manteaux sur la route, d’autres des rameaux qu’ils avaient coupés dans les champs.9Ceux qui allaient devant, et ceux qui suivaient, criaient : « Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! »10« Béni soit le règne qui vient, le règne de David notre père ! Hosanna dans les lieux très-hauts ! »11Jésus entra à Jérusalem, dans le temple, et, après avoir tout considéré, comme il était déjà tard, il s’en alla à Béthanie avec les Douze.12Le lendemain, quand ils eurent quitté Béthanie, Jésus eut faim ;13et, apercevant de loin un figuier couvert de feuilles, il alla voir s’il y trouverait quelque fruit. Il y monta, et n’y trouva que des feuilles, car ce n’était pas la saison des figues.14Alors, prenant la parole, il dit au figuier : « Que jamais personne ne mange de ton fruit ! » Et ses disciples l’entendirent.15Ils arrivèrent à Jérusalem. Jésus, étant entré dans le temple, se mit à chasser ceux qui y vendaient et qui y achetaient ; il renversa les tables des changeurs et les bancs des vendeurs de pigeons ;16et il ne souffrait pas qu’on transportât aucun objet en traversant le temple.17Il ajoutait cet enseignement : « N’est-il pas écrit : « Ma maison sera appelle une maison de prière pour toutes les nations ? » Mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs. »18Les principaux sacrificateurs et les scribes l’ayant entendu, cherchaient le moyen de le faire périr ; car ils le craignaient, parce que tout le peuple était frappé de son enseignement.19Quand le soir fut venu, Jésus sortit de la ville.20Le lendemain matin, en passant, les disciples virent le figuier qui avait séché jusqu’à la racine.21Pierre, se rappelant ce qui s’était passé, dit à Jésus : « Rabbi, vois donc, le figuier que tu as maudit a séché. »22Et Jésus leur répondit : « Ayez foi en Dieu.23En vérité, je vous le dis, si quelqu’un dit à cette montagne, « va te jeter à la mer, » et s’il ne doute point en son cœur, mais qu’il ait foi à l’accomplissement de sa parole, cela se fera.24C’est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demandez dans vos prières, ayez foi que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir.25Quand vous êtes debout, en prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses :26si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les deux, ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. »27Ils arrivèrent de nouveau à Jérusalem. Pendant que Jésus allait et venait dans le temple, les principaux sacrificateurs, les scribes et les anciens se rendirent vers lui,28et lui dirent : « De quel droit fais-tu ces choses, et qui t’a donné le droit de les faire ? »29Jésus leur répondit : « Je vous ferai aussi une question ; répondez-moi, et je vous dirai de quel droit je fais ces choses.30Le baptême de Jean venait-il du ciel ou des hommes ? Répondez-moi. »31Mais ils firent entre eux cette réflexion : Si nous disons « du ciel, » il dira : Pourquoi n’y avez-vous pas cru ?32Faut-il dire « des hommes ? » — Ils craignaient le peuple, car tous croyaient réellement que Jean était un prophète.33Ils répondirent à Jésus : « Nous ne savons. » Et Jésus leur dit : « Moi non plus, je ne vous dirai pas de quel droit je fais ces choses. »