La sainte Bible

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction par Louis Segond & Hugues Oltramare, édition de 1874, libre de droits.

n°41 / Évangile selon saint Marc 10 :

1Jésus étant parti de là, se rendit aux confins de la Judée, de l’autre côté du Jourdain. Des foules se joignirent de nouveau à lui, et Jésus, suivant sa coutume, se mit de nouveau à les enseigner.2Des pharisiens vinrent vers lui, et lui demandèrent s’il est permis à un mari de répudier sa femme : c’était pour le mettre à l’épreuve.3Jésus leur répondit : « Qu’est-ce que Moïse vous a prescrit ? »4— « Moïse, dirent-ils, nous a autorisés à dresser un acte de divorce et à répudier. »5Jésus reprit : « C’est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a donné ce commandement,6mais au commencement de la création, Dieu les fit, l’un homme, l’autre femme ;7pour cette raison. L’homme, quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme,8et les deux seront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair.9Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a uni. »10Rentrés au logis, les disciples l’interrogèrent encore sur ce sujet ;11et il leur dit : « Si un homme répudie sa femme et en épouse une autre, il se rend coupable d’adultère à l’égard de la première ;12et si une femme se divorce d’avec son mari et en épouse un autre, elle commet un adultère. »13On lui amena de petits enfants, pour qu’il les touchât. Les disciples reprenaient ceux qui les amenaient,14mais Jésus, s’en étant aperçu, en fut fâché, et leur dit : « Laissez venir vers moi ces petits enfants ; ne les en empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.15En vérité, je vous dis que si l’on ne reçoit pas le royaume de Dieu avec les dispositions d’un petit enfant, l’on n’y entre point.16Puis il embrassa ces enfants, leur imposa les mains, et les bénit.17Au moment où il sortait pour se mettre en route, un homme accourut, et, se jetant à ses genoux, lui adressa cette question : « Bon Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? »18Jésus lui dit : « Pourquoi m’appelles-tu bon ? Dieu seul est bon.19Tu connais les commandements : « Ne commets point adultère ; ne tue point ; ne dérobe point ; ne porte point de faux témoignage ; ne fais tort à personne ; honore ton père et mère. »20Cet homme répondit : « Maître, j’ai gardé tous ces commandements dès ma jeunesse. »21Jésus, l’ayant regardé, l’aima, et lui dit : « Il te manque une chose : va, vends tout ce que tu as, et le donne aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel ; puis viens, suis-moi en portant ta croix. »22Mais lui, assombri par cette parole, s’en alla tout triste, car il avait de grands biens.23Alors Jésus, jetant ses regards autour de lui, dit à ses disciples : « Qu’il est difficile à ceux qui possèdent les richesses d’entrer dans le royaume de Dieu ! »24Ils furent stupéfaits de ces paroles. Alors Jésus reprit : « Mes enfants, qu’il est difficile à ceux qui mettent leur confiance dans les richesses d’entrer dans le royaume de Dieu !25Il est plus aisé qu’un chameau passe par le trou d’une aiguille, qu’il ne l’est à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. »26Les disciples encore plus étonnés, se disaient les uns aux autres : « Et qui peut être sauvé ? »27Jésus, arrêtant son regard sur eux, dit : « Cela est impossible aux hommes, mais non à Dieu ; car toutes choses sont possibles à Dieu. »28Pierre se mit à lui dire : « Pour nous, tu le vois, nous avons tout quitté pour te suivre. »29Jésus répondit : « En vérité je vous le dis, personne ne quittera, pour moi et pour l’évangile, maison, ou frères, ou sœurs, ou mère, ou père, ou enfants, ou terres,30qu’il ne reçoive au centuple, dans le temps présent, des maisons, des frères, des sœurs, des mères, des enfants et des terres, au milieu même des persécutions, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle.31Bien des derniers seront les premiers, et bien des premiers seront les derniers. »32Ils étaient en route pour monter à Jérusalem : Jésus allait devant, et les disciples suivaient pleins de stupeur, quelques-uns même pleins d’effroi. Jésus, prenant de nouveau les Douze près de lui, se mit à leur dire ce qui devait lui arriver :33« Voici que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l’homme sera livré aux principaux sacrificateurs et aux scribes : ils le condamneront à mort et le livreront aux Gentils,34qui le bafoueront, le flagelleront, cracheront sur lui et le mettront à mort ; mais, trois jours après, il ressuscitera. »35Jacques et Jean, fils de Zébédée, s’avancèrent vers lui, et lui dirent : « Maître, nous voudrions que tu fisses pour nous ce que nous allons te demander. »36Jésus leur dit : « Que voulez-vous que je fasse pour vous ? »37— « Accorde-nous, lui dirent-ils, d’être assis, l’un à ta droite, l’autre à ta gauche, quand tu seras dans ta gloire ? »38Jésus leur répondit : « Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire le calice que je vais boire, et être baptisés du baptême dont je vais être baptisé ? »39— « Nous le pouvons, » dirent-ils. Jésus leur répondit : « Oui, vous boirez le calice que je vais boire, et vous serez baptisés du baptême dont je vais être baptisé ;40mais quant à être assis à ma droite ou à ma gauche, il ne m’appartient pas de l’accorder ; cette distinction sera pour ceux à qui elle est réservée. »41Les dix autres disciples, qui avaient entendu cette demande, commencèrent à se fâcher contre Jacques et Jean.42Jésus les appela et leur dit : « Vous savez que les princes reconnus par les nations les maîtrisent, et que les grands les dominent ;43il n’en est point ainsi parmi vous : au contraire, celui qui veut être grand parmi vous sera votre serviteur,44et celui qui veut être le premier, sera l’esclave de tous.45Car le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie pour la rançon de beaucoup. »46Ils arrivèrent à Jéricho. Comme Jésus sortait de Jéricho, lui, ses disciples et une assez grande foule, le fils de Timée, Bar-Timée, mendiant aveugle, se trouvait assis sur le bord de la route.47Ayant entendu dire que c’était Jésus de Nazareth qui passait, il se mit à crier : « Fils de David, Jésus, aie pitié de moi. »48Plusieurs le reprenaient pour le faire taire ; mais il criait encore plus fort : « Fils de David, aie pitié de moi. »49Jésus s’arrêta, et dit : « Appelez-le. » On appela l’aveugle, et on lui dit : « Courage ! lève-toi, il t’appelle. »50Et lui, jetant son manteau, se leva d’un bond, et vint vers Jésus.51Jésus, prenant la parole, lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » L’aveugle lui dit : « Rabbouni, que je recouvre la vue. »52— « Va, lui dit Jésus, ta foi t’a guéri. » Aussitôt il recouvra la vue, et il suivit Jésus dans le chemin.