La sainte Bible

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction par Louis-Issac Lemaistre de Saci, édition de 1855, libre de droits.

n°40 / Évangile de saint Matthieu. 20 :

1LE royaume des cieux est semblable à un père de famille, qui sortit dès le grand matin, afin de louer des ouvriers pour travailler à sa vigne :2et étant convenu avec les ouvriers qu’ils auraient un denier pour leur journée, il les envoya à sa vigne.3Il sortit encore sur la troisième heure du jour ; et en ayant vu d’autres qui se tenaient dans la place sans rien faire,4il leur dit : Allez-vous-en aussi vous autres à ma vigne, et je vous donnerai ce qui sera raisonnable.5Et ils s’y en allèrent. Il sortit encore sur la sixième et sur la neuvième heure du jour, et fit la même chose.6Enfin étant sorti sur la onzième heure, il en trouva d’autres qui étaient là sans rien faire, auxquels il dit : Pourquoi demeurez-vous là tout le long du jour sans travailler ?7C’est, lui dirent-ils, que personne ne nous a loués. Et il leur dit : Allez-vous-en aussi vous autres à ma vigne.8Le soir étant venu, le maître de la vigne dit à celui qui avait le soin de ses affaires : Appelez les ouvriers, et payez-les, en commençant depuis les derniers jusqu’aux premiers.9Ceux donc qui n’étaient venus à la vigne que vers la onzième heure, s’étant approchés, reçurent chacun un denier.10Ceux qui avaient été loués les premiers venant à leur tour, crurent qu’on leur donnerait davantage ; mais ils ne reçurent non plus qu’un denier chacun :11et en le recevant ils murmuraient contre le père de famille,12en disant : Ces derniers n’ont travaillé qu’une heure, et vous les rendez égaux à nous, qui avons porté le poids du jour et de la chaleur.13Mais pour réponse il dit à l’un d’eux : Mon ami, je ne vous fais point de tort : n’êtes-vous pas convenu avec moi d’un denier pour votre journée ?14Prenez ce qui vous appartient, et vous en allez : pour moi, je veux donner à ce dernier autant qu’à vous.15Ne m’est-il donc pas permis de faire ce que je veux ? Et votre oeil est-il mauvais, parce que je suis bon ?16Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers : parce qu’il y en a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus.17Or, Jésus s’en allant à Jérusalem, il prit à part ses douze disciples, et leur dit :18Nous allons à Jérusalem, et le Fils de l’homme sera livré aux princes des prêtres et aux scribes, qui le condamneront à la mort,19et le livreront aux gentils, afin qu’ils le traitent avec moquerie, et qu’ils le fouettent et le crucifient : et il ressuscitera le troisième jour.20Alors la mère des enfants de Zébédée s’approcha de lui avec ses deux fils, et l’adora en témoignant qu’elle voulait lui demander quelque chose.21Il lui dit : Que voulez-vous ? Ordonnez, lui dit-elle, que mes deux fils que voici soient assis dans votre royaume, l’un à votre droite, et l’autre à votre gauche.22Mais Jésus leur répondit : Vous ne savez ce que vous demandez, Pouvez-vous boire le calice que je dois boire ? Ils lui dirent : Nous le pouvons.23Il leur repartit : Il est vrai que vous boirez le calice que je boirai : mais pour ce qui est d’être assis à ma droite ou à ma gauche, ce n’est pas à moi à vous le donner, mais ce sera pour ceux à qui mon Père l’a préparé.24Les dix autres apôtres ayant entendu ceci, en conçurent de l’indignation contre les deux frères.25Et Jésus les ayant appelés à lui, leur dit : Vous savez que les princes des nations les dominent, et que les grands les traitent avec empire.26Il n’en doit pas être de même parmi vous : mais que celui qui voudra devenir plus grand parmi vous, soit votre serviteur ;27et que celui qui voudra être le premier d’entre vous, soit votre esclave :28comme le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie pour la rédemption de plusieurs.29Lorsqu’ils sortaient de Jéricho, il fut suivi d’une grande troupe de peuple ;30et deux aveugles qui étaient assis le long du chemin, ayant entendu dire que Jésus passait, commencèrent à crier, en disant : Seigneur, Fils de David ! ayez pitié de nous.31Et le peuple les reprenait pour les faire taire : mais ils se mirent à crier encore plus haut, en disant : Seigneur, Fils de David ! ayez pitié de nous.32Alors Jésus s’arrêta, et les ayant appelés, il leur dit : Que voulez-vous que je vous fasse ?33Seigneur ! lui dirent-ils, que nos yeux soient ouverts.34Jésus étant donc ému de compassion à leur égard, leur toucha les yeux : et au même moment ils recouvrèrent la vue, et le suivirent.