Le Nouveau Testament

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction par Edmond Stapfer, édition de 1889, libre de droits.

n°58 / Épître aux Hébreux 6 :

1Laissons donc les commencements de ce qu’il y a à dire sur le Christ, mettons-nous à ce qu’il y a de plus achevé, ne recommençons pas à poser les principes fondamentaux : renoncement aux œuvres mortes, foi en Dieu,2doctrine des baptêmes, imposition des mains, résurrection des morts, jugement éternel.3Tout cela nous le ferons, si Dieu le permet.4Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part à l’Esprit saint,5qui ont goûté l’excellente parole de Dieu et les richesses du monde à venir6et qui retombent, soient ramenés à la repentance par une seconde régénération, eux qui, pour leur propre compte, remettent en croix le Fils de Dieu et le vouent aux outrages !7En effet, une terre, arrosée par des pluies fréquentes et produisant des plantes utiles à ceux pour lesquels elle est cultivée, a part à la bénédiction de Dieu.8Mais si elle ne rapporte que « des épines et des chardons », on l’abandonne, on la déclare presque maudite, on finit par y mettre le feu.9Cependant, bien-aimés, malgré ce langage, nous croyons pour vous à tout ce qu’il y a de mieux, à ce qui mène au salut.10Dieu est trop juste pour oublier votre activité, l’amour que vous avez montré pour son nom, les services passés et présents rendus par vous aux fidèles.11Nous désirons bien que chacun de vous montre jusqu’au bout le même zèle à affermir de plus en plus son espérance12de manière à ne pas vous relâcher, mais à imiter ceux que leur foi et leur persévérance ont mis en possession de l’héritage promis.13Quand Dieu fit sa promesse à Abraham (comme il ne pouvait prêter serment au nom d’un plus grand que lui, « il prêta serment sur son propre nom »),14il dit : « Certes je te comblerai de bénédictions ; certes je multiplierai beaucoup tes descendants ».15Et alors, sa persévérance lui obtint ce qui lui avait été promis.16Les hommes, en effet, prêtent serment sur un plus grand qu’eux, et leur serment est une garantie, il met fin à toutes leurs discussions.17Eh bien, Dieu, voulant expressément montrer à ceux qui devaient recevoir l’héritage promis que sa volonté est immuable, intervint par un serment,18et il l’a fait pour que, par deux choses immuables, par lesquelles il était impossible que Dieu mentît, nous ayons un puissant encouragement qui soit notre refuge, nous saisissions l’espérance qui s’offre à nous.19Oui, cette espérance nous la tenons comme l’ancre de notre âme, ferme et solide, « elle pénètre dans le sanctuaire, derrière le voile »,20là où Jésus notre précurseur est entré pour nous quand il est devenu grand-prêtre « à tout jamais selon l’ordre de Melchisédek ».