Le Nouveau Testament

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction par Edmond Stapfer, édition de 1889, libre de droits.

n°58 / Épître aux Hébreux 2 :

1Voilà pourquoi nous devons apporter une attention toute spéciale à ce que nous avons entendu, pour ne pas le perdre par notre négligence.2Si, en effet, la parole apportée par des anges a reçu sa sanction, si toute transgression et toute désobéissance ont été punies comme elles le méritaient,3comment échapperions-nous si nous négligions un si grand salut, salut qui d’abord fut annoncé par le Seigneur, et qui nous fut ensuite confirmé par ceux qui l’avaient entendu de lui,4et dont Dieu appuyait le témoignage par des signes, des prodiges, toutes sortes de miracles et par son Esprit saint qu’il répartissait selon sa volonté ?5car ce n’est pas aux anges qu’il a soumis le monde à venir dont nous parlons.

6On lit quelque part cette déclaration : « Qu’est-ce que l’Homme que tu te souviennes de lui ? Ou le Fils de l’homme que tu t’en occupes ?7Tu l’as mis pour quelque temps au-dessous des anges, Tu l’as couronné de gloire et d’honneur,8Tu as tout mis sous ses pieds ! » Ce terme : « tu lui as tout soumis » indique que Dieu n’a rien laissé en dehors de son pouvoir. Cependant nous ne voyons pas encore que « tout lui soit soumis ».9Nous voyons seulement que Jésus « mis pour quelque temps au-dessous des anges » a été, à cause de ses souffrances et de sa mort, « couronné de gloire et d’honneur ». C’était par une grâce de Dieu, afin de subir la mort pour tous les hommes.10Il était digne, en effet, de Celui par lequel et à cause duquel tout a été créé, de Celui qui voulait conduire à la gloire un grand nombre de fils, d’élever par des souffrances jusqu’à la perfection l’auteur de leur salut.11Tous, et celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés, ont un même Père ; voilà pourquoi Jésus ne dédaigne pas d’appeler ceux-ci ses « frères »12quand il dit : « J’annoncerai ton nom à mes frères ; Au milieu de l’assemblée, je te louerai. »13Et ailleurs : « Je mettrai ma confiance en lui ». Ailleurs encore : « Me voici, moi et les enfants que Dieu m’a donnés. »14Puisque les « enfants » ont tous en partage la chair et le sang, lui en a eu aussi sa part pour détruire par sa mort celui qui est le maître de la mort, je veux dire le Diable,15et pour délivrer ceux que la crainte de la mort rendait esclaves toute leur vie.16Car assurément ce n’est pas aux anges qu’il porte secours, c’est à la race d’Abraham.17Par suite, il le fallait entièrement semblable à « ses frères », afin d’être, pour leurs rapports avec Dieu, un grand-prêtre compatissant et digne de foi, pour faire l’expiation des péchés du peuple.18C’est parce qu’il a souffert, c’est parce qu’il a été éprouvé qu’il peut secourir ceux qui sont éprouvés.