Le Nouveau Testament

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction par Edmond Stapfer, édition de 1889, libre de droits.

n°58 / Épître aux Hébreux 12 :

1Eh bien, nous aussi, puisque nous avons autour de nous une, si grande nuée de témoins, débarrassons-nous de tout fardeau et du péché qui nous circonvient si facilement, courons avec persévérance dans la carrière ouverte devant nous,2les yeux fixés sur l’auteur et le consommateur de ta foi, sur Jésus, lequel, regardant à la joie placée devant lui, a enduré la croix et, pour en avoir méprisé la honte, « S’est assis à la droite » du trône de Dieu.3Considérez celui qui a supporté de la part des pécheurs une telle opposition contre lui pour que vos âmes ne se découragent pas, pour que vous ne faiblissiez pas.4Vous n’avez pas encore eu à résister jusqu’au sang dans votre lutte contre le péché,5et vous auriez oublié l’exhortation qui vous est adressée comme à des fils : « Mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur Et ne te décourage pas quand il te reprend,6Car le Seigneur châtie celui qu’il aime Et il frappe de ses verges tout fils qu’il reconnaît comme sien. »7Si vous avez des châtiments à endurer, c’est que Dieu vous traite comme des fils, car quel est le fils que son père ne châtie pas ?8Si vous êtes dispensés du châtiment dont tous les fils ont leur part, vous êtes illégitimes, vous n’êtes pas de vrais fils.9De plus, nos pères par le sang nous ont châtiés, et nous les avons respectés ; ne devrons-nous pas à bien plus forte raison nous, soumettre à notre Père spirituel pour avoir la vie ?10Ceux-là nous châtiaient pour quelques jours et comme bon leur semblait ; lui le fait pour notre bien, pour que nous ayons notre part de sa sainteté.11Tout châtiment, il est vrai, ne paraît pas être au premier moment un sujet de joie, mais de tristesse ; mais plus tard il fait recueillir en paix par ceux qui en ont subi l’épreuve, le fruit qui s’appelle la justice.12Ainsi donc, « Relevez ces mains qui tombent Et ces genoux qui fléchissent »,13et : « Mettez vos pieds dans les chemins droits » pour que ce qui boite ne soit pas renversé, mais plutôt guéri.14« Cherchez à être en paix » avec tout le monde ; cherchez la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur.15Veillez à ce que personne ne se prive de la grâce de Dieu, à ce qu’« il ne pousse aucune plante vénéneuse qui pourrait faire du mal », qui pourrait empoisonner plusieurs d’entre vous.16Que personne ne soit impur ou profane comme Ésaü, qui « vendit », pour un simple repas, « ses droits de premier-né ».17Et vous savez que lorsqu’il voulut plus tard recevoir la bénédiction de son père, il fut repoussé ; il ne put faire accueillir sa repentance, quoiqu’il l’eût demandée avec larmes.18Vous ne vous êtes pas approchés d’une montagne qu’on pût toucher, « que le feu embrasât, ni de l’obscurité, des ténèbres, de la tempête,19du bruit de la trompette, de la voix des commandements », que les auditeurs demandèrent instamment à ne pas entendre plus longtemps.20Car ils ne pouvaient supporter cette injonction : « Même l’animal qui touchera cette montagne sera lapidé ».21Et ce spectacle était si effrayant que Moïse dit : « Je suis épouvanté et tremblants ».22Mais vous vous êtes approchés de la montagne de Sion et de la ville du Dieu vivant, de la Jérusalem céleste, du chœur des myriades d’anges,23de l’Église de vos aînés inscrits aux cieux, de Dieu, juge de tous, des esprits des justes arrivés au but,24de Jésus, médiateur d’une Alliance nouvelle, et du sang de propitiation qui parle mieux que celui d’Abel.25Prenez garde de refuser d’entendre Celui qui vous parle. Car s’ils n’ont pas échappé, ceux qui refusaient d’entendre Celui qui se révélait sur la terre, à bien plus forte raison n’échapperons-nous pas si nous repoussons Celui qui se révèle du haut des cieux,26dont la voix faisait autrefois trembler la terre et qui fait aujourd’hui cette déclaration : « Je ferai trembler une fois encore non seulement la terre, mais aussi le ciel. »27Ces mots : « une fois encore » indiquent la transformation du monde visible qui sera ébranlé, tandis que le monde inébranlable est éternel.28Ainsi, puisque c’est un Royaume inébranlable que nous avons reçu, soyons pleins d’une reconnaissance telle que nous rendions à Dieu avec piété et avec respect un culte qui lui soit agréable.29« Car notre Dieu est un feu dévorant. »