La sainte Bible

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction par David Martin, édition de 1744, libre de droits.

n°41 / Évangile de Marc 5 :

1Et ils arrivèrent au-delà de la mer, dans le pays des Gadaréniens.2Et quand il fut sorti de la nacelle, un homme qui avait un esprit immonde, [sortit] d’abord des sépulcres, et le vint rencontrer.3Cet homme faisait sa demeure dans les sépulcres, et personne ne le pouvait tenir lié, non pas même avec des chaînes.4Parce que souvent, quand il avait été lié de fers et de chaînes, il avait rompu les chaînes, et mis les fers en pièces, et personne ne le pouvait dompter.5Et il était continuellement de nuit et de jour dans les montagnes, et dans les sépulcres, criant, et se frappant avec des pierres.6Mais quand il eut vu Jésus de loin, il courut et se prosterna devant lui.7Et criant à haute voix, il dit : qu’y a-t-il entre nous, Jésus, Fils du Dieu souverain ? Je te conjure de la part de Dieu, de ne me tourmenter point.8Car [Jésus] lui disait : sors de cet homme, esprit immonde.9Alors il lui demanda : comment te nommes-tu ? Et il répondit, et dit : J’ai nom Légion ; parce que nous sommes plusieurs.10Et il le priait instamment qu’il ne les envoyât point hors de cette contrée.11Or il y avait là vers les montagnes un grand troupeau de pourceaux qui paissait.12Et tous ces démons le priaient, en disant : Envoie-nous dans les pourceaux, afin que nous entrions en eux ; et aussitôt Jésus le leur permit.13Alors ces esprits immondes étant sortis, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau, qui était d’environ deux mille, se jeta du haut en bas dans la mer ; et ils furent étouffés dans la mer.14Et ceux qui paissaient les pourceaux s’enfuirent, et en portèrent les nouvelles dans la ville, et dans les villages.15Et [ceux de la ville] sortirent pour voir ce qui était arrivé, et vinrent à Jésus ; et ils virent le démoniaque, celui qui avait eu la légion, assis et vêtu, et en bon sens ; et ils furent saisis de crainte.16Et ceux qui avaient vu [le miracle], leur racontèrent ce qui était arrivé au démoniaque, et aux pourceaux.17Alors ils se mirent à le prier qu’il se retirât de leurs quartiers.18Et quand il fut entré dans la nacelle, celui qui avait été démoniaque le pria de permettre qu’il fût avec lui.19Mais Jésus ne le lui permit point, et lui dit : va-t’en à ta maison vers les tiens, et raconte-leur les grandes choses que le Seigneur t’a faites, et comment il a eu pitié de toi.20Il s’en alla donc, et se mit à publier en Décapolis les grandes choses que Jésus lui avait faites ; et tous s’en étonnaient.21Et quand Jésus fut repassé à l’autre rivage dans une nacelle, de grandes troupes s’assemblèrent vers lui, et il était près de la mer.22Et voici un des Principaux de la Synagogue nommé Jaïrus, vint à lui, et le voyant, il se jeta à ses pieds.23Et il le priait instamment, en disant : ma petite fille est à l’extrémité ; [je te prie] de venir, et de lui imposer les mains, afin qu’elle soit guérie, et qu’elle vive.24[Jésus] s’en alla donc avec lui ; et de grandes troupes de gens le suivaient et le pressaient.25Or une femme qui avait une perte de sang depuis douze ans,26Et qui avait beaucoup souffert [entre les mains] de plusieurs médecins, et avait dépensé tout son bien, sans avoir rien profité, mais plutôt était allée en empirant ;27Ayant ouï parler de Jésus, vint dans la foule par derrière, et toucha son vêtement.28Car elle disait : si je touche seulement ses vêtements, je serai guérie.29Et dans ce moment la perte de sang s’arrêta ; et elle sentit en son corps qu’elle était guérie de son fléau.30Et aussitôt Jésus reconnaissant en soi-même la vertu qui était sortie de lui, se retourna vers la foule, en disant : qui est-ce qui a touché mes vêtements ?31Et ses Disciples lui dirent : tu vois que la foule te presse, et tu dis : qui est-ce qui m’a touché ?32Mais il regardait tout autour pour voir celle qui avait fait cela.33Alors la femme saisie de crainte et toute tremblante, sachant ce qui avait été fait en sa personne, vint et se jeta à ses pieds, et lui déclara toute la vérité.34Et il lui dit : ma fille ! Ta foi t’a sauvée ; va-t’en en paix, et sois guérie de ton fléau.35Comme il parlait encore, il vint des gens de chez le Principal de la Synagogue, qui lui dirent : ta fille est morte, pourquoi donnes-tu encore de la peine au Maître ?36Mais Jésus ayant aussitôt entendu ce qu’on disait, dit au Principal de la Synagogue : ne crains point ; crois seulement.37Et il ne permit à personne de le suivre, sinon à Pierre, et à Jacques, et à Jean, le frère de Jacques.38Puis il vint à la maison du Principal de la Synagogue, et il vit le tumulte, [c’est-à-dire], ceux qui pleuraient et qui jetaient de grands cris.39Et étant entré, il leur dit : pourquoi faites-vous tout ce bruit, et pourquoi pleurez-vous ? La petite fille n’est pas morte, mais elle dort.40Et ils se riaient de lui. Mais [Jésus] les ayant tous fait sortir, prit le père et la mère de la petite fille, et ceux qui étaient avec lui, et entra là où la petite fille était couchée.41Et ayant pris la main de l’enfant, il lui dit : Talitha cumi, qui étant expliqué, veut dire : petite fille (je te dis) lève-toi.42Et d’abord la petite fille se leva, et marcha ; car elle était âgée de douze ans ; et ils en furent dans un grand étonnement.43Et il leur commanda fort expressément que personne ne le sût ; puis il dit qu’on lui donnât à manger.