Les livres du Nouveau Testament

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction par Albert Rilliet, édition de 1858, libre de droits.

n°40 / Selon Matthieu. 27 :

1Mais lorsque le matin fut venu, tous les grands prêtres et les anciens du peuple tinrent conseil contre Jésus, sur la manière de le faire mourir,2et, après l’avoir enchaîné, ils l’emmenèrent, et ils le livrèrent à Pilate, le gouverneur.3Alors Judas qui l’avait livré, voyant qu’il était condamné, fut saisi de repentir, et il rapporta les trente pièces d’argent aux grands prêtres et aux anciens,4en disant : « J’ai péché en livrant un sang innocent. » Mais eux lui dirent : « Qu’est-ce que cela nous fait ? Cela te regarde. »5Et ayant lancé les pièces d’argent dans le sanctuaire, il se retira et alla se pendre.6Mais les grands prêtres ayant pris les pièces d’argent dirent : « Il n’est pas permis de les jeter dans le corban, puisqu’elles sont le prix du sang. »7Or ayant tenu conseil, ils achetèrent avec cet argent le champ du potier, pour servir de sépulture aux étrangers.8C’est pourquoi ce champ-là a été appelé, jusques à aujourd’hui, champ du sang. —9Alors fut accompli ce dont il a été parlé par l’entremise de Jérémie le prophète, lorsqu’il dit : « Et ils ont pris les trente pièces d’argent, la valeur de celui qui a été évalué, qu’ils ont évalué d’entre les fils d’Israël,10et ils les ont données pour le champ du potier, comme le Seigneur me l’avait prescrit. »11Cependant Jésus comparut devant le gouverneur, et le gouverneur l’interrogea en disant : « Es-tu le roi des Juifs ? » Or Jésus lui dit : « C’est toi qui le dis. »12Et pendant qu’il était accusé par les grands prêtres et les anciens, il ne répondait rien.13Alors Pilate lui dit : « N’entends-tu pas tout ce dont ils témoignent contre toi ? »14Et il ne lui répondit pas même un seul mot, en sorte que le gouverneur était tout émerveillé.15Or le gouverneur avait coutume, lors d’une fête, d’accorder à la foule l’élargissement d’un prisonnier, celui qu’elle préférait.16Or ils détenaient alors un prisonnier fameux, appelé Barabbas.17Lors donc qu’ils furent rassemblés, Pilate leur dit : « Lequel voulez-vous que je vous élargisse, Barabbas ou Jésus qui est appelé Christ ? »18Car il savait que c’était par jalousie qu’ils l’avaient livré.19Or pendant qu’il siégeait sur le tribunal, sa femme lui fit dire : « Qu’il ne se passe rien entre toi et ce juste ; car j’ai beaucoup souffert aujourd’hui dans un rêve à son sujet. »20Cependant les grands prêtres et les anciens gagnèrent la foule, afin qu’elle réclamât Barabbas et sacrifiât Jésus.21Or le gouverneur, reprenant la parole, leur dit : « Lequel des deux voulez-vous que je vous élargisse ? »22Et ils dirent : « Barabbas. » Pilate leur dit : « Que ferai-je donc de Jésus qui est appelé Christ ? » Ils dirent tous : « Qu’il soit crucifié ! »23Mais il dit : « Eh ! quel mal a-t-il fait ? » Mais eux s’écriaient de plus belle : « Qu’il soit crucifié ! »24Or Pilate, ayant vu qu’il n’obtenait rien, mais que le tumulte allait croissant, prit de l’eau et se lava les mains en présence de la foule, en disant : « Je suis innocent de ce sang ; cela vous regarde. »25Et tout le peuple répliqua : « Son sang soit sur nous et sur nos enfants ! »26Alors il leur accorda l’élargissement de Barabbas, et après avoir fait flageller Jésus, il le livra afin qu’il fût crucifié.27Alors les soldats du gouverneur, ayant conduit Jésus dans le prétoire, réunirent autour de lui toute la cohorte.28Et après l’avoir rhabillé, ils le revêtirent d’un manteau militaire, de couleur écarlate ;29et ayant tressé une couronne avec des épines ils lui en ceignirent la tête, et ils lui mirent un roseau dans la main droite ; et s’étant agenouillés devant lui, ils le bafouèrent en disant : « Salut, roi des Juifs ! »30Et après avoir craché sur lui, ils prirent le roseau et ils le frappaient à la tête.31Et quand ils l’eurent bafoué, ils le dépouillèrent du manteau militaire et le revêtirent de ses propres vêtements, et ils l’emmenèrent pour le crucifier.32Or, comme ils sortaient, ils rencontrèrent un homme de Cyrène, nommé Simon ; ils le mirent en réquisition pour porter sa croix.33Et lorsqu’ils furent arrivés à l’endroit qui est appelé Golgotha (ce qui signifie endroit dit du crâne),34ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel ; et après l’avoir goûté, il ne voulut pas le boire.35Or, quand ils l’eurent crucifié, ils se partagèrent ses vêtements, après avoir tiré au sort ;36et se tenant assis, ils le surveillaient là.37Et ils placèrent au-dessus de sa tête sa sentence où était écrit : « Celui-ci est Jésus, le roi des juifs. »38Alors sont crucifiés avec lui deux brigands, un à droite et un à gauche.39Cependant les passants l’injuriaient, en branlant la tête,40et en disant : « Ô toi qui détruis le sanctuaire, et qui le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même ! Si tu es fils de Dieu, descends de la croix. »41De même aussi les grands prêtres, le bafouant avec les scribes et les anciens, disaient :42« Il en a sauvé d’autres, il ne peut se sauver lui-même ! Il est roi d’Israël ! Qu’il descende maintenant de la croix, et nous croirons en lui !43Il s’est confié en Dieu ! Qu’il le délivre maintenant, s’il veut ; car il a dit : Je suis Fils de Dieu. »44Et les brigands qui avaient été crucifiés avec lui l’insultaient aussi de la même manière.45« Cependant depuis la sixième heure, des ténèbres survinrent sur toute la terre jusques à la neuvième heure.46Mais vers la neuvième heure Jésus s’écria en jetant un grand cri : « Éloï ! Éloï ! Lema sabactani ? » Ce qui signifie : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-Tu abandonné ? »47Mais quelques-uns des assistants l’ayant entendu, disaient : « Il appelle Élie, celui-ci ! »48Et aussitôt l’un d’entre eux, étant accouru, prit une éponge, et après l’avoir remplie de vinaigre et fixée à un roseau, il lui donnait à boire.49Mais les autres dirent : « Laisse-nous voir si Élie vient le sauver ! » Et un autre ayant pris une lance lui perça le flanc, et il en sortit de l’eau et du sang.50Mais Jésus, après avoir derechef jeté un grand cri, rendit l’esprit.51Et voici, le rideau du sanctuaire se déchira en deux du haut en bas, et la terre trembla, et les rochers se fendirent,52et les sépulcres s’ouvrirent, et beaucoup de corps des saints qui étaient morts ressuscitèrent ;53et étant sortis de leurs sépulcres après sa résurrection ils entrèrent dans la ville sainte, et apparurent à plusieurs personnes.54Cependant le centurion, et ceux qui avec lui surveillaient Jésus, ayant vu le tremblement de terre et ce qui se passait, furent dans une grande crainte, et ils disaient : « Vraiment, celui-ci était fils de Dieu. »55Or il y avait là plusieurs femmes qui regardaient de loin, lesquelles avaient suivi Jésus depuis la Galilée en le servant.56Parmi elles se trouvait Marie la Magdalène, et Marie la mère de Jacques et de José, et la mère des fils de Zébédée.57Or, quand le soir fut venu, arriva un homme riche d’Arimathée nommé Joseph, lequel avait été aussi disciple de Jésus.58Cet homme s’étant rendu auprès de Pilate, réclama le corps de Jésus ; alors Pilate ordonna de le remettre.59Et Joseph ayant pris le corps, l’enveloppa dans un linceul blanc,60et il le plaça dans son propre sépulcre neuf, qu’il avait fait tailler dans le roc, et après avoir roulé une grande pierre contre l’entrée du sépulcre, il s’en alla.61Or il y avait là Marie la Magdalène et l’autre Marie, assises en face du tombeau.62Mais le lendemain, qui suit la préparation, les grands prêtres et les pharisiens se réunirent auprès de Pilate,63en disant : « Seigneur, nous nous sommes souvenus que cet imposteur a dit, pendant qu’il vivait encore : « Au bout de trois jours je dois ressusciter. »64Ordonne donc que le tombeau soit protégé jusques au troisième jour, de peur que les disciples ne viennent le dérober, et ne disent au peuple : Il est ressuscité des morts ; et cette nouvelle imposture sera pire que la première. »65Pilate leur dit : « Prenez une garde ; allez, protégez-le comme vous l’entendez. »66Or s’en étant allés, ils mirent le tombeau, après avoir scellé la pierre, sous la protection de la garde.