Les livres du Nouveau Testament

De à
Préférences d'affichage Affichage des versets par :

Style d'écriture : Taille du texte :
Couleurs :


Traduction par Albert Rilliet, édition de 1858, libre de droits.

n°40 / Selon Matthieu. 14 :

1En ce temps-là Hérode le tétrarque ouït parler de la renommée de Jésus,2et il dit à ses serviteurs : « Cet homme est Jean le baptiste ; il est ressuscité des morts, et c’est pourquoi les miracles s’opèrent par lui. »3Hérode, en effet, après avoir fait dans le temps arrêter Jean, l’avait fait enchaîner et mettre en prison, à cause d’Hérodias, femme de Philippe son frère ;4car Jean lui disait : « Il ne t’est pas permis de la posséder. »5Et quoiqu’il eût désiré le faire mourir, il avait craint la foule, car on le regardait comme un prophète.6Mais lors de la fête anniversaire de la naissance d’Hérode, la fille d’Hérodias dansa devant tout le monde, et elle plut à Hérode,7en sorte qu’il s’engagea par serment à lui donner quoi que ce fût qu’elle demanderait.8Or, ayant été endoctrinée par sa mère : « Donne-moi, » dit-elle, « ici, sur un plat, la tête de Jean le baptiste. »9Et le roi attristé ordonna, à cause de son serment et des convives, qu’on la donnât,10et il envoya décapiter Jean dans la prison.11Et sa tête fut apportée sur un plat, et donnée à la jeune fille, et elle la porta à sa mère.12Et ses disciples vinrent enlever le cadavre, et ils l’enterrèrent, et ils allèrent en informer Jésus.13Or, Jésus l’ayant appris, partit de là sur une barque, pour se retirer à l’écart dans un lieu désert, et la foule l’ayant su le suivit à pied des différentes villes.14Et étant sorti, il vit une foule nombreuse, et il fut ému de compassion envers elle, et il guérit leurs malades.15Mais, le soir étant venu, les disciples s’approchèrent de lui en disant : « Ce lieu est désert, et l’heure est déjà avancée, renvoie la foule, afin qu’elle se rende dans les villages pour s’y acheter des vivres, »16Or Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller, donnez-leur vous-mêmes à manger. »17Mais ils lui disent : « Nous n’avons ici que cinq pains et deux poissons. »18Et il dit : « Apportez-les-moi ici,19et ordonnez à la foule de s’asseoir sur l’herbe. » Après avoir pris les cinq pains et les deux poissons, il prononça, en levant les yeux vers le ciel, une bénédiction ; et après les avoir rompus, il donna les pains à ses disciples et les disciples à la foule.20Et tous mangèrent et furent rassasiés ; et on emporta le surplus des morceaux dans douze corbeilles pleines.21Or, ceux qui mangèrent étaient environ cinq mille hommes, sans compter les femmes et les petits enfants.22Et aussitôt il contraignit ses disciples à monter dans une barque et à passer avant lui sur l’autre rive, jusques à ce qu’il eût renvoyé la foule.23Et, après avoir renvoyé la foule, il monta sur la montagne pour prier à l’écart. Mais, le soir étant venu, il se trouva seul en cet endroit.24Or, la barque était déjà éloignée de plusieurs stades de la terre, et elle était battue par les flots, car le vent était contraire.25Mais à la quatrième veille de la nuit, il vint vers eux en marchant sur la mer.26Or les disciples, en le voyant marcher sur la mer, furent tout troublés, et ils se disaient : « C’est un fantôme, » et dans leur peur ils se mirent à crier.27Mais Jésus leur parla aussitôt, en disant : « Courage, c’est moi ; n’ayez pas peur. »28Et Pierre lui répliqua : « Seigneur, si c’est toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. »29Et il lui dit : « Viens. » Et Pierre, étant descendu de la barque, marcha sur les eaux et vint vers Jésus ;30mais en voyant la violence du vent, il eut peur, et ayant commencé à s’enfoncer, il s’écria : « Seigneur, sauve-moi. »31Et aussitôt Jésus ayant étendu la main le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »32Et lorsqu’ils furent montés dans la barque, le vent tomba.33Mais ceux qui étaient dans la barque l’adorèrent, en disant : « Tu es vraiment le fils de Dieu. »34Et ayant achevé leur traversée, ils touchèrent terre à Gennèsaret,35et les gens de ce lieu-là l’ayant reconnu envoyèrent dans tout le pays circonvoisin, et on lui amena tous les malades,36et ils le suppliaient de les laisser toucher seulement la frange de son manteau, et tous ceux qui la touchèrent furent guéris.